AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amor
Démon
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 21/09/2011

MessageSujet: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Dim 30 Oct - 10:39

Bonjour a tous ! Peuple de la cité d'hellenos, ceci ne fait pas partie du rp, c'est une petite mise en forme pour que vous compreniez ce que j'attend de vous sur ce coup. Car c'est plus ou moins important sans me vanter. Il y aura sans doute des blessés pendant l'attaque, aussi cela sera en plusieurs chapitres.

Exemple: Chapitre I: Les rues.

Je vais sans doute rp avec mes autres persos, et je tient à préciser que ce rp sera un rp libre. Cela ne vous oblige pas à terminer vos rp tout de suite.Tout le monde peut rp et je dirais quand le chapitre sera fini.

Si jamais vous avez des questions veuillez m'envoyer un message sur mon compte Amor.

Bon Rp à tous !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amor
Démon
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 21/09/2011

MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Mar 1 Nov - 16:50

Amor avait trouvé le moyen d'entrer librement dans la cité, et marchait d'un pas lent dans les rues. Il s'assit au millieu de la rue en tailleur sous les yeux ébahis des passants. Il médita sur la façon dont il allait opérer.


Un moustique failli se poser sur l'épaule d'Amor mais la glace le pourfendit en deux.
Il repensa à sa rencontre avec Artémis.



- Disparais de ma vue avant que je ne change d'avis ! Tu prétends pouvoir rivaliser avec un dieu, toi, un mortel ?! Puisque c'est comme ça, la prochaine fois que nous nous verrons, nous nous battrons. Mais je te préviens, n'espères rien de ma pitié ! Je ne te ferai pas de cadeaux ! Alors un conseil, garde tes distances.

Lui avait dit la déesse.Et Amor en salivait d'avance, car il faut dire que le démon aurait bien aimé goûter à du sang de déesse. Amor se moquait du bonheur du démon mais il était bien obligé pour que celui-ci le laisse tranquille, qu'il arrête de lui montrer ces horribles vision.

-Amor...Amor...Se lamentait sa mère, Je t'aime.

-Arrête ! s'écria Amor tel que les gens tressaillirent en passant à côté du garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Fille d'Éris
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 30/09/2011

MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Dim 6 Nov - 16:04

Arabella s'ennuyait à mourir dans sa grotte, personne à torturer. Bien-sûr il y avait les nymphes, mais elles se tenaient à distance de la demi-déesse. Et elles étaient différentes des humains, c'était beaucoup moins amusant. Arabella s'en alla donc vers la cité, vêtue d'une robe noire à la mode grecque. Les gens trouvaient étrange de voir quelqu'un porter du noir par une telle chaleur, et aussi de voir sa peau si pâle. Mais elle ne s'en préoccupait pas. Arabella chercha quelqu'un avec des souvenirs suffisamment douloureux pour le torturer avec et lui faire perdre la raison. Oui, elle pouvait lire le passé des gens rien qu'en les regardant. Mais pour l'instant, personne n'avait un passé intéressant à ses yeux.
Puis, elle entendit un cri.


-Arrête !

Ce cri aurait fait tressaillir n'importe qui, mais pas Arabella. Cela lui fit très plaisir, c'était comme une douce mélodie à ses oreilles. Elle chercha donc qui avait poussé ce cri. Et quel ne fut sa surprise de découvrir un enfant. Et lorsqu'elle lut son passé, elle en tomba des nues. Il nourrissait le même désir de vengeance qu'elle et un démon l'habitait. Très intéressant ce garçon, vraiment très intéressant. La demi-déesse pourrait l'utiliser pour détruire cette cité beaucoup trop paisible à son goût, ce qui avait toujours le don de lui saper le moral. La fille d'Éris décida donc de suivre discrètement ce garçon. Et une fois qu'il serait seul, elle lui proposerait de la rejoindre. Mais en attendant, elle allait l'observer. Et d'après ses pensées et ses mouvements, tout portait à croire qu'il allait attaquer. Que cela fit plaisir à Arabella, cela la fit sourire, sourire sadique. Que cela allait être excitant ! Arabella s'en réjouissait d'avance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amor
Démon
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 21/09/2011

MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Mer 9 Nov - 14:16

Après que Amor ait reprit son calme, il sentit une grande force maléfique se rapprocher, il tourna la tête et vit une fille à la peau pâle et les cheveux noir ében. Un rictus se dessina sur le visage de Amor et puis il se détourna de cette fille, c'est là , que la voix du démon résonna à son oreille :

-Amor...Amor...écoute moi...c'est le moment...vas-y.

-Oui...Tu as raison.

Répondit Amor. Puis il se tourna vers un homme assez musclé qui le dévisageait et cette homme dit a Amor:

-Tu me barres le chemin gamin.

-Maintenant !! Cria le démon.

Amor fit apparaître une épée de glace qu'il planta dans le ventre de l'homme.Celui-ci se plia en deux et Amor lui trancha la tête.

Des gens criaient et s'enfuiyaient. Un garde surgit au milieu de nulle part et lança à Amor une lance en bronze. La glace s'interposa et la lance se planta dans un bloc de glace. Amor murmura :

-Etreinte de glace...

Aussitôt la glace s'enroula autour du garde, et Amor referma brutalement la main et le garde explosa... Seul l'étrange fille échappa au massacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atalante
Chasseur
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 23/04/2011
Localisation : La forêt des Satyres

MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Mer 9 Nov - 15:29

Quand une rumeur se répandait en trois minutes comme quoi les rues d'Héllenos étaient envahies par un démon, on avait du mal à croire que c'était la vérité. Mais quand des hurlements déchirants se faisaient entendre dans toute la ville, ont pouvait se poser quelques questions...
Et c'est après avoir entendu des gens crier au secours qu'Atalante était partit dans les rues. N'importe qui d'autre aurait préférer fuir, et beaucoup le trouvaient bien courageux. Mais pour le chasseur, il était clair que ce n'était pas du courage. Quelques minutes avant, une femme était venue à sa rencontre, s'accrochant à sa tunique et pleurant toutes les larmes de son corps. Hurlant que son mari venait d'être tué, elle le priait d'aller voir si son fils était toujours vivant, dans sa maison. Sentant qu'il avait une lourde responsabilité sur ses frêles épaules, le chasseur avait donc décidé d'aider cette pauvre dame. Mais la vérité, c'est qu'il avait peur.

Les démons, il avait entendu bien des légendes à ce propos, toutes aussi horribles les unes que les autres. Souvent, ils étaient décris comme fils d’Hadès, et étaient réputés pour semer la mort autour d'eux. Comment lui, un chasseur de bas niveau, pourrait réussir à tuer un monstre aussi puissant ? Il devait être gigantesque ! Et assoiffé de sang. Jamais il ne réussirait à terrasser pareille créature ! Heureusement, il avait son arc, mais c'était un bien piètre réconfort, quand on savait que dans quelques minutes, on risquait de mourir. De plus, il ne savait rien de son ennemi. Quand il s'agissait des animaux, il savait les réactions qu'ils avaient face à un homme. Mais de la part d'un être maléfique... La femme qu'il avait rencontré ne lui avait rien dit. Il n'était donc pas très avancé. A un tournant, il fut même tenté de s'enfuir en courant, comme la plupart des autres habitants. Mais il revoyait le visage en larme de cette femme. Il ne voulait pas être responsable de la mort de quelqu'un, un enfant qui plus est. Il fallait qui fasse quelque chose. Il était le seul à pouvoir le faire.

Enfin, il aperçut du sang souillant le sol, et su qu'il était proche. Un long frisson lui parcourut l'échine, et il sentit la sueur froide se répandre sur sa peau. Enfin, il l'aperçut. Entouré des cadavres, c'était un garçon très jeune, de dos. Il le prit d'abord pour l'enfant que cherchait la dame, mais devina quelques secondes après que ça ne pouvait être lui. Ce gamin avait quelque chose d'effrayant. Autour de lui régnait un froid glacial. Et Atalante avait beau le chercher des yeux, il n'y avait aucun démon dans les parages. Surtout, tous les corps était étalés autour de lui. Ses soupçons se fondèrent enfin quand il aperçut ses yeux. Des yeux blancs, sans pupilles... sans âme. Le chasseur se plaqua contre le mur d'une maison, caché aux yeux de l'enfant. Il ne semblait pas l'avoir vu, et Atalante redoutait de croiser son regard. Un sentiment oppressant s'emparait de sa tête, comme si ses tempes étaient soudainement écrasées par une force inconnu. Il ne sentait plus le sang circuler au niveau de son visage. Ce sentiment étrange, c'était la terreur. Plus qu'une peur, s'en était presque douloureux. Et le chasseur, replié sur lui même, tremblait. Il tremblait de froid, mais aussi de peur...

Enfin, il entendit des pleurs. Les gémissements sonores d'un bébé. Plus aucun doute, c'était le fils de cette femme. Et les pleurs venaient d'une maison à l'opposé de lui... près du démon. C'était perdu d'avance. Il n’arriverait jamais à l'atteindre sans subir la même chose que les victimes aux pieds du garçon. Il fallait qu'il réfléchisse. L'enfant ne regardait pas dans sa direction, et il ne fallait surtout pas attaquer de front. Certains corps se trouvaient à des mètres de lui, et il semblait pouvoir tuer à distance sans problème.
Le chasseur encocha fébrilement une flèche, certain que ce qu'il faisait était surement la dernière chose qu'il allait faire dans sa vie. Puis il tendit la corde prenant soin de ne pas la faire grincer. Enfin, il s’accroupit et visa le garçon de la manière la plus discrète possible.


-Puisses-tu guider ma flèche, Artémis... murmura-t-il.

Et l'arme fut projetée en direction du démon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amor
Démon
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 21/09/2011

MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Mer 9 Nov - 16:01

-Puisse-tu guider ma flèche, Artémis...

Amor se retourna, il avait l’ouïe fine et à peine s’était-il retourné qu’une flèche se planta dans un bloc de glace qui avait protégé Amor de la flèche...

Amor arracha la flèche de la glace et en quelques secondes ressentit les pensées de son propriétaire. Il se retourna vers un homme aux cheveux blond et avec un carquois de flèche sur le dos :

-Je ne tuerai pas ce garçon Atalante ! Je ne tue pas les enfants. Toi en revanche...

Amor connaissait son nom grâce aux pensées qu’il avait ressentit grâce à la flèche. Mais Amor n’attendit pas plus longtemps il créa une épée et un bouclier de glace. Un homme s’interposa mais Amor le gela entièrement, on aurait dis une statue de glace...


Puis Amor fonça sur Atalante, il leva son épée mais fut stoppé en plein geste par le démon.

-Tue le !
-C’est ce que je comptait faire imbécile.

-Pas lui ! Le garçon.
-Je ne tue pas d’enfant démon !
-Si !
-Non !
-Tu devrais m’écouter.
-Sinon quoi ? Créature infernale.
-Sinon tu mourra.

-Pourquoi ?
-Cet enfant est la clé.
-De quoi ?
-De la bataille.

-S’il reste en vie, tu mourra.
-Comment le sais-tu ?
-Tirésias le devin me l’avait annoncé.
-Et alors ? Il n’a pas toujours raison.
-Je t’en conjure Amor...tue-le.

-Non !
-Alors tue d’abors cette imbécile.
-Avec plaisir. Dis Amor en ce tournant vers Atalante.
Amor invoqua une lance de glace et la lança sur Atalante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atalante
Chasseur
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 23/04/2011
Localisation : La forêt des Satyres

MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Mer 9 Nov - 16:53

En quelques secondes à peine, il avait été repéré. Il ne savait pas pourquoi, mais un bloc de glace était apparut à l'endroit même où sa flèche passait. Ébahi, le chasseur ne réagit pas, et il sentit son coeur rater quelques bonds quand les yeux glacials du garçon rencontrèrent les siens. Dans ce regard vide, il sentait la colère, la haine de ce démon. Et c'est cette rage qui l'effrayait, tout comme cette aura glaciale qui entourait son ennemi. Enfin, une épée et un bouclier de glace se matérialisèrent dans les mains du garçon, chose à laquelle Atalante ne s'attendait pas. C'était sûr maintenant, ce type n'était pas humain...
Puis il se mit à courir dans sa direction. Un homme se retrouva gelé sur son passage. Il fallait s'enfuir, courir le plus loin possible! Plus que quelques mètres et le démon le trancherait d'un geste. Sa dernière chance était de partir. Mais la peur le figeait, il n'arrivait plus à bouger. Comme dans les pires des cauchemars où tenter le s'enfuir était vain. Le garçon leva son bras tenant son épée. Atalante ferma les yeux, et attendit. C'était idiot, il le savait, d'attendre ainsi que la mort vous prenne.

Mais aucun coup ne vint et il rouvrit les yeux. Le bras du garçon était figé dans son mouvement. Pourtant, le chasseur n'était qu'à quelques mètres de lui. Les yeux blancs de la créature le fixaient avec hargne, tandis qu'il parlait... seul. C'est comme si quelqu'un était à côté de lui, et que le gamin répondait. Mais aucune autre voix que la sienne ne retentissait dans la rue. Et pourtant, l'être démoniaque continuait son monologue. Et Atalante l'écoutait sans piper mot. Il parlait de démon, ou plutôt semblait s'adresser à un démon. Peut être était il à côté de lui, invisible à ses yeux. Toutes ses paroles n'avaient aucun sens, et le doute s'insurgeait dans l'esprit déjà embrouillé du chasseur. Finalement, l'épée disparut, et une lance la remplaça. Atalante sut alors qu'il allait bientôt mourir, et toute sa vie défila devant ses yeux.

Il revit d'abord ses parents, qui l'avaient vu grandir. Qui l'avaient élevé. Son père qu'il n'avait plus revu depuis des années, et sa mère qu'il avait quitté, il désirait tellement les revoir. Leur dire qu'il les aimait, qu'ils lui manquaient. Dans quelques jours peut être, ils recevraient un message comme quoi leur fils était mort en même temps qu'Héllenos avait était détruite. Il songea à ses amis qu'il avait quitté depuis des années aussi. Il aurait tellement voulu les revoir, voir à quel point ils avaient grandis. Et ses Amis d'Héllenos, avaient-ils survécu au massacre ? Comment pouvait-il être sûr que leur corps ne reposaient pas parmi les autres victimes ? Et puis, il y avait Artémis... Qu'elle serait sa réaction en apprenant sa mort ? Passerait elle à un autre homme, sans plus se soucier du chasseur qui l'aimait de tout son être, ou serait-elle triste?
Et si tout simplement, il ne mourrait pas...

Cette pensée débloqua tout son corps, et le chasseur évita in extremis la pointe de la lance, roulant sur le côté. Il se releva tant bien que mal, et tira en désespoir de cause une flèche, mais qui n'atteignit même pas sa cible. Alors il entendit des pleurs, et se rendit compte, que la maison n'était qu'à quelques mètres de lui. S'il courait, il aurait peut être une chance ! Prenant son courage à deux mains, et oubliant le sentiment oppressant qui s'était emparé de chaque fibre de son corps, le chasseur couru, comme si c'était Hadès lui même, qui lui courait après...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amor
Démon
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 21/09/2011

MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Jeu 10 Nov - 8:23

Atalante se mit à décocher une flèche qui se planta dans le sol et il détala comme un lapin, avec une vitesse peu commune, comme si Hermès l’avait bénit.
Mais Amor fut plus rapide, il créa un mur de glace de 3 mètres de haut juste devant Atalante, celui-ci d’ailleurs s’applatit contre le mur et Amor créa 3 autres murs de glace de la même hauteur. Cela formait à présent un rectangle parfait qui pour seul éclairage avait le toit ouvert.

-Cerné... Murmura le démon.

-Fini de jouer Atalante ! S’écria Amor.

Une mine horrifiée se déssinait sur le visage d’Atalante. Amor créa un bouclier et une épée de glace puis il s’avança vers Atalante figé sur place et lui donna un coup de bouclier en pleine tête...
Celui-ci s’envola en l’air et heurta le mur de glace qui s’éffondra.


-Personne ne te sauvera Atalante...Personne... Dit Amor.

-Achève-le ! Dit le démon dans un ton d’exitation.

Amor n’en attendit pas moins, il jeta son bouclier fissuré et s’avança à pas lent vers Atalante au sol.

-Ce n’est pas Artémis qui te sauvera Atalante...Ne crois pas que c’est contre toi mais je vais devoir te tuer...

-Et de plus sache que je ne tue pas les femmes et les enfants, je ne suis pas venu pour cela...

Amor reprit en levant son épée :

-Puisse Hadès l’inflexible, avoir pitié de ton âme.

Puis Amor assena son épée mais une chose le stoppa en plein geste et il ressentit alors une aura très imposante qui lui rappelait quelque chose...


Dernière édition par Amor le Jeu 10 Nov - 16:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artémis
Admin / Déesse de la Chasse
avatar

Messages : 275
Date d'inscription : 12/03/2011
Age : 24
Localisation : En vadrouille dans la cité ou ailleurs

MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Jeu 10 Nov - 16:45

Artémis avait eu vent d'une attaque contre Héllenos. Athéna étant occupée à régler quelques problèmes politiques, Artémis décida de protéger la cité contre cette menace. Il s'agissait d'un démon d'après ce qu'elle avait entendu. Les démons étaient souvent les sbires d'Hadès, l'oncle d'Artémis. Si c'était lui le responsable de cette attaque, une fois qu'elle aurait rapporté cette histoire à son père, Zeus lui passerait un sacré savon. Au début, le roi des dieux était contre l'idée de cette cité, mais il avait changé d'avis depuis, et quiconque s'attaquerait à Héllenos subirait sa colère.
Artémis s'approchait du lieu de la bataille en courant sur les toits, pour ne pas être ralentie par la foule appeurée qui fuyait l'ennemi. Elle progressait en courant si rapidement et légèrement que ses pieds semblaient ne pas toucher les tuiles, telle une biche. Enfin elle arriva. Elle aperçut une sorte de maison de glace sans toit, un enfant, de dos, se tenait face à un jeune homme blond qu'Artémis aurait reconnu entre mille ! C'était Atalante ! Et ce garçon s'apprêtait à l'achever. Artémis érigea immédiatement un mur invisible et indéstructible autour de son bien-aimé pour le protéger. L'arme du garçon vint se cogner contre le mur, ne faisant aucun mal à Atalante. Puis, en un éclair, la déesse décocha une flèche, elle était terriblement en colère. Elle lâcha la corde tendue à l'extrême et, comme si sa colère lui avait donné une force colossale, la flèche traversa le mur de glace et blessa profondément le garçon à l'épaule avant d'aller se planter dans le sol.
La déesse descendit du toit, et décocha une autre flèche, prête à tirer, la vue des cadavres d'innocents attisant encore plus sa colère, déjà gigantesque.


- Touches à un seul de ses cheveux et tu le paieras de ta vie !

Tandis qu'elle attendait une quelconque réaction de la part du garçon, elle reconnut son aura maléfique, émanant surtout du démon qu'il abritait. Artémis le fixa de son regard bleuté dans lequel on aurait presque pu apercevoir une flamme, tellement elle était en colère.

- Encore toi ! J'aurais du te tuer dans la forêt ce jour-là au lieu de t'accorder ma clémence ! Mais cette fois tu ne t'en tireras pas comme ça !

Toujours en joue, la déesse s'apprêtait à tirer sa flèche, visant cette fois le coeur d'Amor, en prenant garde à maintenir le mur protecteur autour d'Atalante pour ne pas le blesser par mégarde.

_________________

Artémis Administratrice du Forum.
Thème d'Artémis

Merci à Eris pour ce kit magnifique!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amor
Démon
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 21/09/2011

MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Jeu 10 Nov - 17:48

Amor ressentit d’un coup une vive douleur dans l’épaule, il vit une flèche au sol ensanglantée. Il vit Artémis et grimaça à la voir aussi en en colère, puis s’adressa à Amor :

- Touches à un seul de ses cheveux et tu le paieras de ta vie !

Apparament Artémis ne l’avait pas encore reconnu mais ne tarda pas :

- Encore toi ! J'aurais du te tuer dans la forêt ce jour-là au lieu de t'accorder ma clémence ! Mais cette fois tu ne t'en tireras pas comme ça !

Puis elle s’avança et s’apprêta à décoché une flèche sur Amor,la flèche ce glaça et se brisa comme de la porcelaine...
Puis Amor répondit à Artémis :
-Crois-tu que l’on avait rien prévu ? Démon peux-tu...
-Avec plaisir ! répondit celui-ci

Amor passa sa main au dessus de la tête de Atalante pour montrer quelle n’était plus protégée et dit :

-De toute façon ce laquais ne m’interesse pas !

Puis il donna un coup de pied à Atalante qui s’écrasa contre le mur d’une maison...
Amor vit Artémis bouillonner de colère, puis Amor passa sa main à l’endroit de sa blessure et celle-ci cicatrisa aussitôt...

-C’est plutôt toi qui m’interesse...

Amor leva le bras et des centaines de pics de glace sortirent du sol pour empaler Artémis...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atalante
Chasseur
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 23/04/2011
Localisation : La forêt des Satyres

MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Jeu 10 Nov - 22:01

Un mur de glace. Deux murs de glace. Une prison entière de glace. Atalante était pris au piège, tel un vulgaire gibier. Pris de panique, il tenta d'escalader le mur, sans succès. La paroi était tellement lisse est glissante. Derrière lui, le garçon venait de se poser. Il n'y avait aucune échappatoire. Se pressant contre le mur glacé, face au démon, les traits de son visage se figèrent en une expression d'horreur. Il allait mourir, c'était certain maintenant. Mais qu'elle abrutit il avait été de croire qu'il aurait pu protéger quelqu'un contre un démon pareil ?! Il n'était qu'humain, gringalet, et peureux. Il n'avait vraiment rien à faire ici. Il venait de commettre une terrible erreur, et allait le payer de sa vie. Il ne sentit pas venir le coup du bouclier, et fut projeté contre un mur. Le choc lui fit perdre l'équilibre, et il eu beau s'accrocher à la paroi, ses jambes vacillèrent sous son poids, et il tomba à genoux. Haletant, il avisa l'épée de glace se lever une fois de plus sur lui. Le regard du chasseur était éclairé par la douleur et la rage. Il avait peur, certes, mais il était aussi en colère. En colère contre ce démon, et contre lui même, honteux d'être aussi inutile. Ses jambes étaient trop fatiguées pour le soutenir, et il n'avait plus la volonté de se battre. Dans le silence de la rue raisonnait la voix de l'enfant.

-Personne ne te sauvera Atalante...Personne...

Le démon s'approchait, Atalante ferma les yeux.

-Ce n’est pas Artémis qui te sauvera Atalante...Ne crois pas que c’est contre toi mais je vais devoir te tuer...

Et l'épée s'abaissa...
Un bruit sourd retentit, mais nul coup n'avait été sentit. Atalante ouvrit les yeux, et vit l'épée brisée dans les mains de son ennemi. Surtout, il la vit elle. L'élue de son coeur, celle en qu'il avait toujours cru. Alors elle l'avait sauvé. Le regard empli de rage, elle avait son arc à la main, et s'avançait de son allure fière et divine. Aux yeux d'Atalante, elle était magnifique, et il ne voyait plus qu'elle. Le démon tout près de lui ne lui faisait pas peur. La simple présence de la déesse suffisait à le rassurer. De plus, il sentait qu'il était protégé, quoi qu'il arrive.


- Touches à un seul de ses cheveux et tu le paieras de ta vie !

-Artémis...

Et soudain, elle parut le reconnaître. Le démon qui tuait tout sur son passage, elle l'avait déjà vu!

- Encore toi ! J'aurais du te tuer dans la forêt ce jour-là au lieu de t'accorder ma clémence ! Mais cette fois tu ne t'en tireras pas comme ça !

Et là, tous les espoirs du chasseur s'effondrèrent. La flèche d'Artémis avait été brisée par la glace. Et le bouclier qui semblait le protéger ne fonctionnait pas. Le coup qu'il reçut dans son ventre, il ne le vit pas venir... pas plus que le mur qui stoppa brutalement sa chute. Le choc contre son dos lui coupa la respiration, et il sentit du sang lui remonter dans la bouche. Puis il s’effondra sur le sol dans une plainte qu'il tenta tant bien d’étouffer. Le souffle coupé, il s'appuya sur ses avant bras avec difficulté, tremblant comme une feuille. Il avait mal partout, n'arrivait plus à respirer, et appuya une main sur son ventre qui lui faisait terriblement mal. Il ne comprenait pas. Pourquoi le bouclier de la déesse ne l'avait pas protégé ? Brutalement, il se rendit compte à quel point il était ridicule. Il se cachait lâchement derrière les pouvoirs d'une déesse. Il n'arrivait même pas à se défendre seul ! Mais quel incapable il faisait !
Honteux et les larmes aux yeux, il leva les yeux sur les deux êtres divins. Ce n'est que quand d'énormes piques jaillirent du sol qu'il cria le nom de la déesse dans un hurlement déchirant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artémis
Admin / Déesse de la Chasse
avatar

Messages : 275
Date d'inscription : 12/03/2011
Age : 24
Localisation : En vadrouille dans la cité ou ailleurs

MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Dim 20 Nov - 16:19

La flèche qu'Artémis s'apprêtait se retrouva complètement gelée avant de se briser. Nullement impressionnée, la déesse continua de fixer Amor.

-Crois-tu que l’on avait rien prévu ? Démon peux-tu...

Artémis n'entendit pas la réponse du démon, mais elle comprit tout de suite en voyant Amor passant sa main au-dessus de la tête d'Atalante que le bouclier avait disparu. Ce démon était-il puissant au point de pouvoir rivaliser avec une Olympienne ? Apparemment oui. Mais la réfléxion d'Artémis prit fin lorsqu'elle entendit Amor parler.

-De toute façon ce laquais ne m’interesse pas !

Amor donna un violent coup de pied dans le ventre d'Atalante, qui alla s'écraser contre le mur d'une maison. En le voyant dans cet état, la déesse se sentit bouillir de colère, encore plus qu'avant ! Cette fois s'en était vraiment trop ! Artémis décocha une autre flèche, mais elle n'eut pas le temps de la tirer.

-C’est plutôt toi qui m’interesse...

Sur ces mots, des centaines de pics de glace jaillirent du sol. Prise par surprise, certains pics blessèrent la déesse aux jambes. Elle eut toutefois juste le temps de sauter sur le toit d'une maison pour éviter les autres pics.

- Tu ne perds rien pour attendre ! Je t'aurai un jour ! cria-t-elle à Amor.

Artémis descendit du toit, hors de vue du garçon et d'Atalante. Elle guérit ses blessures, qui n'étaient pas graves heureusement. Puis elle fit mine de partir en faisant disparaître son aura, il ne pourrait pas sentir sa présence. Puis elle se dirigea, sans faire un bruit, derrière Amor, où se trouvait Atalante. Toujours dissumulée derrière une maison, elle matérialisa des centaines de flèches d'argent qui filèrent droit sur Amor. Même si il bougeait, elles le suivraient. Il était impossible qu'il ne reçoive pas au moins trois ou quatre flèches.
Pendant qu'Amor essayait d'échapper aux flèches, Artémis alla vers Atalante, l'aida à se relever. Avant de disparaître réellement, elle lança à Amor :


- Tes crimes ne resteront pas impunis, j'en fais le serment !

Sur ce, elle se téléporta avec Atalante vers un endroit sûr pour le soigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amor
Démon
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 21/09/2011

MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   Mar 22 Nov - 18:02

- Tu ne perds rien pour attendre ! Je t'aurai un jour !

Puis elle partit.Sûrement pour guérir ses blessures,un petit moment passa puis elle apparue devant Atalante et décocha des centaines de flèches.Elle se bloqua toute sauf trois qui se fichèrent en plein dans la pointrine de Amor qui roula au sol.Puis il entendit quelque chose qui ressemblait à :

- Tes crimes ne resteront pas impunis, j'en fais le serment !

Puis elles disparue avec Atalante,Amor glaça les flèches de sorte que les débris ne reste pas coincée,il failli se soignée quand le démon chuchota à son oreille :

-Non !Tu veux être couvert de cicatrices et ressemblé à un jouteur?Laisse moi faire !

Puis un instant après les blessures disparurent complètement comme s'il n'avait jamais exister.Amor se frotta la pointrine et interrogea le démon :

-Et maintenant?On fait quoi?On s'est fait avoir ! Elle est partit ! Elle s'est enfuie !! Envolée ! On a fait ça pour rien ! Pour rien ! Des gens sont mort !! Pour rien ! A quoi cela a servis?!!

-Calme toi !Depuis quand tu te soucis de la santé des habitants d'Hellenos !N'oublie pas qu'ils ont tué ta mère !Et quand à ce que nous allons faire...J'ai mon idée...Laisse moi faire...

-J'espère que tu as raison !

FIN DU CHAPITRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues   

Revenir en haut Aller en bas
 
Attaque de la cité: Chapitre I: les Rues
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Délibération avant l'attaque sur la cité du cygne
» Attaque Orc
» Chapitre 5 - A l’attaque ! Objectif : Ressources
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité d'Héllenos :: La Cité :: Les Rues-
Sauter vers: