AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aux jardins (PV Océane)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arès
Dieu de la Guerre
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 19
Localisation : Casablanca

MessageSujet: Aux jardins (PV Océane)   Lun 16 Avr - 13:01


Le Soleil se coucha derrière les Monts des Dragons. Seules les chandelles de l'Olympe illuminaient le paysage, des champs qui s'étendaient au Nord jusqu'aux hauteurs des tours de la Cité, Héllenos. Ameryon, habillé de son armure argentée, couvée par une robe bleue, quitta la Résidence des Dieux, entra à l’Écurie, et retrouva Nahar, le Seigneur des Chevaux, qui hennit de joie en voyant son maitre. Ameryon l'a retrouvé jadis, en Éthiopie, et guérit la monture d'une blessure mortelle ...
Ameryon descendit l'Escalier Plat, menant directement aux Jardins de la Résidence des Demi-Dieux. Là la vue d'Héllenos était merveilleuse.
Ameryon sauta du dos de sa monture et alla au balcon, d'où il contemplait la ville ...
Comme elle était belle, Héllenos. Les gens vivaient en paix, loin de la guerre qui ne cessait au Sud, entre Athènes et Sparte et les autres cités dont les seigneurs sont avides de pouvoir. Comme elle était belle, avec les créatures qui y vivaient : Pégases aux pelages blancs s'envolant au dessus d'elle. Les centaures galopant dans les ruelles en faisant des rires qu'on entendait de là-haut ...
Ameryon admirait le paysage quand il entendit un sifflement rauque. Il leva la tête, et vit un faucon noir. Il sifflait, voletant autour d'Ameryon. Celui-ci fronça les sourcils, c'était un mauvais présage. La cité est elle en danger ? Qu'est ce qui se passait ? Soudain, il entendit un cri. Quelqu'un demandait secours. Ameryon se tourna. Les demi-dieux autour de lui ne paraissaient entendre rien du tout. Ils continuaient à boire, à chanter et à rire.
Une vision vint au devant des yeux de l'Immortel. Deux yeux blancs et morts le regardaient. Une voix murmurait dans ses oreilles :
"Va au secours de la Dame des Eaux Suprêmes ... Il y a en toi un pouvoir qui peut réaliser son rêve ... Son rêve de voir ... Un pouvoir que tu as pris du Sud ... De ta mère ..."
Ameryon répondit à l'appel. Il invoqua un char, tiré par des chevaux ailés et alla vers la direction dont venaient les cris. C'était sans doute un être féminin qui les poussaient, fou de terreur ... Ameryon pénétra dans un bois isolé, où le vent était lourd. Les arbres étaient gris, tout était triste ...
Dans une vaste clairière, trois Satyres menaçaient de leurs haches, une jeune dame dont les yeux étaient blancs et qui criait. Ameryon sauta du char.


- Laissez la demi-déesse libre, Satyres de Dionysos ... Et revenez aux vignes de votre Seigneur !

Mais les Satyres firent des rires glacés et continuèrent à terroriser la Demi-Déesse aveugle. Celle-ci finit par s'évanouir ...

- Que la terreur de la foudre vous réduise à néant !

Des éclairs s'invoquèrent, et foudroyèrent les Satyres. Ils tombèrent. Ameryon prit la demi-déesse dans ses bras et lui caressa la nuque afin de l'éveiller ... Il l'emmena aux Jardins, et lui fit boire la Boisson de l'Immortalité ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aux jardins (PV Océane)   Sam 21 Avr - 15:48

Océane pleurait. C’était le soir, dans sa chambre. Après une journée dehors à nouveau, elle était rentrée chez elle. Si chez elle pouvait être considéré comme ce lieu qu’elle craignait plus que tout autre endroit. Chaque après-midi, elle redoutait de revenir dans cette maison plus qu’hostile à son égard. Après un repas pris rapidement dans la petite cuisine, elle s’était enfermée dans sa chambre, mais pas avant que l’insupportable petit garnement qu’elle était obligée de supporter l’ait à nouveau embêtée. Cette fois-la, il avait vraiment dépassé les bornes, avait été odieux. D’où les larmes d’Océane. Heureusement pour elle, un des amis du gamin était venu jouer, alors il lui fichait à présent la paix. Elle n’en demandait pas plus. Comme d’habitude, elle était assise sur son lit, les jambes repliées sur elle-même. Des larmes coulaient de ses yeux aveugles, mais elle ne faisait rien pour les en empêcher. Les souvenirs lui embrouillaient l’esprit, tournoyaient autour d’elle sans discontinuer, comme pour la noyer dedans. Des fragments de sa vie d’avant, mais surtout, le dernier cri de son père. « Papa… » Il lui manquait énormément. Il avait tout fait, pour elle. Ils étaient tout, l’un pour l’autre. Et à présent, elle se retrouvait seule. Seule et perdue…

Et au bout d’un moment, la colère l’envahit. C’était rare, mais ça lui arrivait. Elle n’avait pas mérité ce qu’il lui arrivait ! Elle ne méritait pas que ses parents la traite ainsi, que son demi-frère soit odieux avec elle. Non. Mais… que pouvait-elle faire ? Elle n’avait qu’eux. Si elle s’en allait, personne ne la chercherait, personne ne se soucierait d’elle, et elle n’avait aucun lieu où aller… Soudain, sa petite chambre sembla se refermer sur elle, l’obscurité permanente dans laquelle elle vivait lui sembla trop oppressante. Il fallait qu’elle sorte, ou elle allait étouffer. Elle se leva donc, sa canne d’aveugle en main, et descendit doucement le petit escalier. Tout le monde était bien trop occupé pour faire attention à elle, alors la difficulté de sortir était minime, même pour elle.

L’air frais lui fit un bien fou. Pourtant, sa colère ne retombait pas. Le désespoir s’ajoutait à présent à son sentiment d’injustice. Sans qu’elle s’en rendre compte, les larmes s’étaient remises à couler le long de ses joues. Ce soir-là, son optimisme l’avait quitté… Elle décida d’aller à l’endroit où elle allait souvent. La forêt. Ses pas la dirigèrent instinctivement vers l’endroit. Un parfum, doux et entêtant de fleur et d’arbre monta jusqu’au nez d’Océane, et elle huma le tout avec apaisement. Elle sentait le vent, certes froid, mais ô combien rafraichissant et apaisant, courir le long de ses bras avec des frissons, et elle savait apprécier ce genre de petit bonheur.

Elle s’assit sur un banc dans ce qui devait être une petite clairière et savoura le moment, en profitant pour méditer et se calmer. Elle priait souvent, quel que soit l’heure ou le lieu. Son ouïe aiguisée l’avertit soudain de quelque chose. La demoiselle se figea aussitôt et tendit l’oreille, le cœur battant soudain à tout rompre. Qu’est ce que cela pouvait-il bien signifier ? Des bruits se rapprochaient, mais ce n’étaient pas des pas humains… En tout cas, ça se rapprochait. Elle entendit bientôt des rires grossiers et prit peur. Mais avant qu’elle ne puisse s’enfuir, ils étaient là. Des satyres. Armés, elle l’entendait au crissement que produisaient leurs lames. Elle hurla. Mais qui pourrait bien l’entendre ? Il n’y avait personne aux alentours. Pourtant elle continua, terrorisée. Les satyres se rapprochaient, quand quelqu’un apparut tout à coup. Son sauveur ? Océane se prit à l’espérer, mais les satyres n’arrêtaient pas de la terroriser. S’en fut trop pour la jeune fille. Elle s’évanouit, tombant avec délicatesse sur le sol.

Quand Océane se réveilla, elle ignorait tout de l’endroit où elle était. Ses sens l’avertirent d’une odeur de fleur, comme dans un jardin, et d’une main douce sur son cou, comme pour la réveiller. Un liquide froid coula dans sa gorge, lui faisant un bien fou. Pourtant, elle avait encore peur, et ça se voyait. Tout son visage, ses muscles était tendus, et ses sens aux aguets, guettant le moindre signe de danger. Elle se redressa d’un coup. Bien mal lui en pris. Sa tête lui faisait mal. Elle balbutia, terrifiée.

- Qui… qui êtes-vous ? Où sommes-nous ?

Elle s’assit prudemment, s’attendant à toutes les secondes au pire, et s’enveloppa dans ses propres bras, comme une tentative de protection enfantine. Son visage trahissait sa frayeur, et elle tournait la tête de tout les côtés vainement pour essayer de déterminer où elle était, et qui était cet homme qui l’avait sauvée des griffes des Satyres…
Revenir en haut Aller en bas
 
Aux jardins (PV Océane)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DES JARDINS A VISITER
» JDR "Nains et Jardins"
» [UploadHero] Effroyables jardins [DVDRiP]
» Association Jardins du Monde
» Les jardins japonais.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité d'Héllenos :: L'Olympe :: La Résidence des Demi-Dieux :: Les Jardins-
Sauter vers: