AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade

Aller en bas 
AuteurMessage
Caphira

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 24/02/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi dans Héllinos

MessageSujet: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Mer 26 Mar - 22:37

Caphira ce promenait en chantant, elle ne fesait pas attention ou elle allait, elle marchait et marchait. Elle appercue un petit lac, aujourd'hui il fesait très chaud, alors elle y plongea immédiatement. Elle sortie de son sac une fûte de pan, elle se mise en en jouer. Quel que minute plus tard, elle désidea de sortir de l'eau et de continuer sa route. Elle ne connaisait pas beaucoup de gens dans la cité, elle est une fille plutôt timide, elle préfaire reste chez elle. Caphira ce remise à chanter, elle transportait avec elle un petit sac de poivre, pour en lancer dans les yeux de l'ennemis en cas d'attaque. Elle avait laisser son épée sur la ceinture à sa taille, elle tenait fermement le manche de son épée car: elle n'aimait pas les bruit de la forêt, sela lui fesait vraiment peur. Elle entendit un bruit puis s'exclama

- Qui est la! Je... je... Suis armée!

personne ne répondit, alors elle continua sa route

Elle entendit un bruit des branche qui crac et elle cria

- QUI EST LA !!!! JE C'EST QUI Y IL  A QUEL QUN!!!

Elle appercue un autre petit lac et y plongea pour si réfugier. Personne ne sortie des buisson ou de derrière un arbre, alors elle sortie du lac. Caphira tremblait, elle avait un peu froid dans sa petit robe blanche. Il commençait à faire nuit, le temps ce refroidissait.

_________________


Enfance joyeuse...
Futur Haineux...
Un sourire...
Un cœur triste...

Sans un mot elle vis sa vie...

Avec le pois du monde sur elle, elle sourit...

Caphira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calypso
Modérateurs
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 14/11/2011

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Sam 29 Mar - 17:25

Aujourd’hui, la cité d'Hellenos était baignée de soleil...

Parmi la foule, non loin de l'agora, une frêle silhouette se fondait aisément parmi la population. De belles perles parsemant ses cheveux, elle marchait d'un pas rendu, rapidement. Sa robe, longue étoffe blanche et fine, s'enroulait autour de sa poitrine en un gracieux bandeau, et tombait sur le bas de son corps en une vague de tissus immaculé. Épousant tantôt le galbe d'une cuisse, tantôt son ventre plat, elle demeurait néanmoins trop lâche et opaque pour qu'on distingue les formes de la jeune fille en son sein. L'enfant, quant à elle, ne pouvait s’empêcher de jeter de ses yeux azur une salve de regards inquiets. La raison de cette tension résidant dans ses prunelles? Les coups d'oeil persistant des passants, quand ces derniers venaient à s'approcher d'elle. Ce qu'ignorait alors la belle andouille, c'est que ce qu'elle prenait pour des regards appuyés et du rejet n'était nul autre qu'un intérêt qu'elle éveillait chez les autres. Mais, par naïveté, par peur aussi, elle s'était convaincue qu'on la voyait comme quelqu'un de différent, d'étranger, d'anormal. Elle désirait alors échapper à cette foule, échapper à ce monde, pour retrouver son amie portant le doux nom de solitude.

Pourquoi cette Hermite c'était-elle aventurée si loin de son trou, si tant de monde semblait la mettre dans un embarras certain? Et bien il se trouvait que la petite avait eut le courage d'immerger de son propre isolement, motivée par une seule et unique chose: l'envie de dénicher de nouvelles possessions. Certes, la belle enfant était un coeur solitaire qui ne savait céder sa confiance à autrui, mais, comme toute jeune fille de son âge, elle se plaisait à acquérir ne nouveaux objets pour orner sa chambre, à la demeure de Poséidon. Arrivée depuis peu, elle n'avait guère eu l'occasion d'orner son petit nid, et ce dernier paraissait bien froid à ses yeux. Elle s'était donc mise en quête de jolies décorations pour égayer son propre palais. Seulement voila, il n'y a plus peureux qu'un être vivant de solitude, et la jeune sirène s'était trouvée impressionnée face à tant de regards braqués vers elle.
Fuir, rentrer, rien de plus...

Sortir de la cité fut une bénédiction, et son soulagement poussa son pas à devenir plus lent, son coeur à battre de manière plus douce. Seulement ce répit fut de courte durée, car elle ne fit guère plus attention où elle se dirigeait, et se retrouva bientôt au milieu d'une forêt qu'elle ne connaissait pas. Rebrousser chemin, plus que de l'aider, la perdit encore plus, et elle finit par ne plus savoir où aller. L'angoisse gonflant dans sa poitrine, elle cherchait du regard une issue. Ce fut son ouïe qui en dénicha une. En effet, des bruits de pas lui indiquèrent que quelqu'un était là. D'abord effrayée, elle se glissa en silence derrière un arbre et jeta un oeil vers la source du bruit: c'était une jeune fille, dont elle ne pu distinguer que la chevelure rose. Vêtue, pareillement à elle, d'une robe blanche, elle ne semblait guère agressive. La jeune Calypso décida alors de la suivre. Après tout, cette fille constituée son unique porte de sortie. Seulement la maladroite trébucha sans raison, parvenant à se retenir à l'arbre mais provoquant ainsi un concert de craquement que provoquaient les feuilles mortes sous son poids. Elle resta néanmoins cachée, invisible aux yeux de la belle inconnue.


- Qui est là? Je... je... Suis armée!

La jeune sirène ne répondit pas, trop apeurée pour répondre, trop impressionnée pour délier ses membres. Cette fille était armée, et Calypso avait peur de finir embrochée sur une épée si elle se montrait. Guère agressive... On ne pouvait pas être plus naïf...
Malgré tout, la sirène suivi l'étrangère, prenant soin de ne produire aucun son. Mais toute son attention ne suffit pas, car elle marcha inopinément sur une branche, et le coeur de la belle cessa de battre alors que le bout de bois craquait bruyamment sous son pied.


- QUI EST LA !!!! JE SAIS QUI Y IL A QUELQ'UN!!!

Ce cri la fit sursauter. Malgré tout, elle put néanmoins déchiffrer dans sa voix une note de peur. En réalité, l'inconnue semblait autant effrayée qu'elle. Mais Calypso n'eut guère le temps de sortir de sa cachette, car la fille aux cheveux roses disparaissait dans les eaux du petit lac gisant auprès d'elle. La sirène fut d'abord étonnée de ne pas la voir remonter à la surface, et cru même à une noyade. Seulement la vision de l’inconnue émergeant et se hissant sur les bordures fit taire son inquiétude, et naître la curiosité. Rester tant de temps sans respirer, cela n'était propre qu'à deux créatures... Les dieux et...

Dans sa réflexion, la malheureuse ne vit pas qu'une araignée venait de grimper sur sa main appuyée sur un arbre, et un rapide coup d'oeil suffit à affoler les sens de la jeune fille. Son coeur rata quelques bonds, et un sursaut s'empara de tout son corps. Par réflexe, elle poussa un cri, dégageant la bête odieuse avec précipitation et reculant brusquement. Seulement voila, Calypso était maintenant sortie de sa cachette, et l'inconnue la fixait alors. La peur s'empara de nouveau de la pauvre enfant qui secoua les mains, par crainte que cette fille qu'elle ne connaissait pas ne sorte son épée et la coupe en deux.


-A-attends! J-Je ne te veux pas de mal!! Je suis juste perdue!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caphira

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 24/02/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi dans Héllinos

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Sam 29 Mar - 17:52

Caphira sursauta, elle commença a trembler, elle tenait fermement le manche de son épée. Elle fermait les yeux en ce disent qu'elle allait ce réveiller chez elle dans son lit, puis elle entendit la jeune fille s'exclamer:

-A-attends! J-Je ne te veux pas de mal!! Je suis juste perdue!

Caphira ne lâcha pas son épée, mais la tenait moi fermement, elle était terrifier. Elle fixait la jeune fille d'un air apeurer, mais en même temps rassurer, elle ce demandais ci elle était humaine ou une déesse, puis elle se dit: Et ci c'était une déesse aurai-je oser crie sur elle.
Caphira garda le silence tout en fixant la jeune fille, elle décida de ranger son épée , elle avait les yeux remplie d'eau, elle d'habitude qui était une fille fière. Puis tout d'un coup elle ce dit: Ci c'était un démons sous l'ordre de Dalas et ci Dalas l'avait ordonner de la tuer, et ci le -A-attends! J-Je ne te veux pas de mal!! Je suis juste perdue! Était une tactique pour qu'elle ce rapproche, pour mieux la tuer. Caphira versât une larme en pensent à sa mère, tuer part un démons puis elle cria

- Ne me fait pas de mal j-je n'ai rien fait à personne, je n'est que voulut protéger mon père.

Caphira versât une autre larme, elle s'agenouillent part terre, elle fixat la jeune fille dans les yeux, ses yeux était remplit d'eau

Puis elle murmura : s'il vous plaît, je ne veut pas mourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calypso
Modérateurs
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 14/11/2011

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Dim 30 Mar - 16:10

Au grand soulagement de la sirène, l'inconnue ne se jeta guère sur elle. Au contraire, elle sursauta, les traits de son visage trahissant une anxiété indéniable. Calypso put enfin voir avec précision son minois qu'elle n'avait eu l'occasion de contempler. Fin, orné de beaux attraits féminins, la pauvre enfant avait tout à lui envier. De beaux yeux azurs ornés de pommettes saillantes, des lèvres aux courbes gracieuses, des cheveux à la teinte incongrue. Bien penaude était la petite Calypso, qui était aussi sensible aux charmes de cette fille qu'ignorante de sa propre beauté. Mais elle le demeurait aussi car elle était aussi intimidée que l'inconnu était transie de peur.

- Ne me fait pas de mal j-je n'ai rien fait à personne, je n'ai que voulu protéger mon père.

Son père? Mais de quoi parlait-elle? La confondait-elle avec une autre? Peut-être... Après tout, il n'était pas à exclure qu'elle prit la jeune fille aux cheveux bleutés pour un quelconque monstre lié à son passé. Mais en réalité, la jeune sirène n'avait rien à voir avec la pauvre apeurée. Après tout, un visage si beau, cette chevelure rosée, l'auraient forcément marquée. Et il s’avérait qu'à cette heure, la jeune fille n'avait pas le moindre souvenir d'avoir croisé pareil créature. Pourtant, malgré cette beauté sortie d'un songe, l'étrangère tremblait de peur, et Calypso en était la cause. Aussi solitaire pouvait-elle paraître, cela n'empêchait son coeur de se sentir un peu coupable et consternée. Consternation qui se vit accrue par les larmes de la jeune femme, se dérobant au sol sans la quitter du regard. Elle semblait si fragile, comme un petit animal prit au piège...

-S'il vous plaît, je ne veux pas mourir, murmura la jeune fille à son égard.

La belle fut bien embêtée. Au final, ce n'était plus elle, mais cette inconnue qui croyait que l'autre allait lui bondir dessus. Les mains mises en avant pour prouver qu'elle n'était pas armée, la sirène s'approcha doucement. L'idéal aurait été un sourire chaleureux et assuré, ainsi qu'un regard paisible et maternel pour réconforter la belle. Seulement voila, Calypso n'était pas de ces gens qui souriaient facilement, et elle ne put afficher qu'une mine embarrassée. En vérité, elle était aussi effrayée, et son coeur; ne s'étant pas remis de ses émotions, battait un peu trop fort.

-N-n'ai pas peur! Je... je ne suis pas ton ennemi!

Quel comble. Elle qui était si sauvage, voila qu'elle cherchait à apprivoiser ce petit animal apeuré. Bien cocasse était cette scène, il fallait l'avouer. Mais alors qu'elle s'approchait encore, une pensée la stoppa. Et si cette damoiselle désirait la tromper? Après tout, c'était étrange, de voir une fille ainsi, dans la forêt, à une heure pareille. Qu'est-ce qui lui prouvait que cette jeune femme n'était pas une des partisans d'Eris ou d'Hadès? Chimère ou réalité, sa méfiance naturelle refaisait indéniablement surface. Dans l’espoir de sonder son coeur, Calypso plongea alors son regards au sein de ces yeux aussi bleutés que les siens. Seulement sa lucidité, essence même de la sirène, ne parvint à discerner une lueur de perfidie et de mensonge. Tout ce qu'elle put lire fut un incommensurable effroi, une terreur sincère. Elle se détendit alors, et continua de s'approcher d'elle, avant de poser la main sur son épée pour l'abaisser. Le visage moins tendu, mais n'étant éclairé d'aucun sourire, elle scruta les prunelles de la jeune fille en larme.

-Allons, je suis aussi perdue que toi. Je te jure sur Poséidon que je ne te ferais rien...

Pour appuyer ses dires, elle écarta les bras et baissa la tête vers son propre corps, avant de reprendre de nouveaux le contact avec les iris de la belle.

-Tu vois, je ne suis pas armée...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caphira

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 24/02/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi dans Héllinos

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Dim 6 Avr - 21:04

-N-n'ai pas peur! Je... je ne suis pas ton ennemi!
-Allons, je suis aussi perdue que toi. Je te jure sur Poséidon que je ne te ferais rien...
-Tu vois, je ne suis pas armée...

Caphira ce releva puis s'exclama

- Je te crois, désoler je me suis emporter, sella est rare que je parler a des gens, pardonne moi de t'avoir menacer, avec mon épée, d'habitude je ne suis pas comme ça!

- je ne suis pas perdue... Puis elle regarda au tour d'elle.

- tu a raison... Nous somme perdue.

Elle regarda la jeune fille dans les yeux, Caphira n'avait presque plus peur.

- aller continuions nôtre chemin, nous allons trouve la sortie, parole d'Atlantis! Et n'est pas peur, tout ceux qui nous attaquerons, finiront en petite rondelle, a donner à manger au requin. Puis elle lui fit un grand sourire

- je ne m'attaque qua ceux qui me font du mal. Alors n'est pas peur que je te découpe. Tu t'appelle comment? Moi Caphira!

Elle mit sa main sir l'épaule de la jeune fille en signe, qu'elle pouvait lui faire confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calypso
Modérateurs
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 14/11/2011

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Lun 7 Avr - 22:51

Au grand soulagement de Calypso, l'inconnue sembla la croire. Il était vrai que la sirène était peu douée pour rassurer les gens et leur donner la confiance qu'il lui manquait tant. Alors voir ainsi cette dame qu'elle ne connaissait pas effacer de son minois ses traits horrifiés fut pour elle d'un réel réconfort. Si elle n'était pas parvenue à rassurer ce pauvre animal terrifié, Calypso n'aurait su que faire. Peut être aurait-elle abandonné, peut être serait-elle partie. Après tout, si ces mots qu'elle avait eu peine à sortir n'avaient touchés le coeur de l'inconnue aux cheveux de la rosée du matin, rien d'autre n'aurait pu le faire. Mais le fait est que les "si" était nombreux. En effet, on pourrait refaire le monde avec des "et si". Mais maintenant, il fallait cesser de songer à ce qui aurait pu se produire, et porter son attention sur ce qui se produirait, car l'inconnue se relevait. Plus rien alors, ne trahissait la peur, il demeurait juste une mine désolée.

- Je te crois. Désolée je me suis emportée, cela est rare que je parle à des gens, pardonne moi de t'avoir menacée avec mon épée, d'habitude je ne suis pas comme ça.

-C'est normal... Dans cette forêt, n'importe qui pourrait attaquer... répondit la sirène avec douceur, et pourtant sans l'ombre d'un sourire.

Elle semblait si perdue, cette créature inconnue aux yeux de Calypso. Une si fragile enfant en ce lieu terrifiant, y avait-il plus déconcertant tableau? De plus, elle portait une épée, ce qui était pour le moins déconcertant, du moins, aux yeux de la sirène. Une fille d'aspect si raffiné, si frêle, portait une arme de guerre, ce qui n'était pas courant. Mais plus incongrue encore fut la réponse que lui donna la jeune fille. En effet, cette dernière affirma qu'elle n'était pas perdue, ce qui attisa la perplexité de Calypso. Un sourcil arqué, elle avisa la demoiselle aux cheveux roses jeter un regard circulaire autour d'elle. La lucidité de l'adolescente à la tignasse bleutée dénoua tout de suite le mensonge, ou du moins, l'inconscience de sa compagne. Mais cette dernière se rattrapa: en effet, elles étaient perdues. Et cela inquiétait Calypso! Elle avait beau se sentir rassurée par cette présence à ses côtés, l'angoisse, elle, était bien là. Enserrant un peu sa poitrine, redoutant la nouvelle attaque d'une hideuse araignée, ou d'une créature bien pire, allez savoir...


- Aller! Continuons notre chemin. Nous allons trouver la sortie, parole d'Atlantis! Et n'ai pas peur, tous ceux qui nous attaquerons finiront en petites rondelles, à donner à manger aux requins.

Un grand sourire éclaira le visage de la belle, et son énergie réchauffa quelque peu le pauvre coeur de Calypso. Oui, elle était en bonne compagnie. Cette jeune fille n'était pas méchante, elle le sentait bien. En revanche, un détail sauta à l’esprit de la sirène: Atlantis? Venait-elle d'Atlantis? Mais que faisait une Atlante aussi loin de chez elle. Calypso avait entendu bien des contes à ce sujets, mais n'avait jamais approfondi le sujet. Peut être la questionnerait-elle, si elle en avait le courage. Mais pour l'instant, leur objectif principal était de sortir d'ici, et malgré les dires de sa compagne, cela ne semblait pas être une mince affaire...

- Je ne m'attaque qu'à ceux qui me font du mal, ajouta l'inconnue afin d'achever de la rassurer, alors n'ai pas peur que je te découpe. Tu t'appelle comment? Moi Caphira!

Caphira? Quel prénom original... Il lui faisait étrangement penser au Saphir, à une ou deux lettre près. Bien évidemment, elle doutait que cela est une quelconque relation avec la dite pierre, mais les diverses qualités de l'Atlante faisaient tout de même d'elle un véritable joyau. Malgré tout, Calypso ne la connaissait que trop peu pour en arriver à de telles conclusions. Peut être l'avenir les reprocheraient-elles assez pour en arriver à ce stade, qui sait, mais le fait est qu'elle demeurait méfiante: même les gens que l'ont croyait connaître pouvaient s’avérer être les pires créatures du monde. Calypso était bien placée pour le savoir. De fait, elle plaçait une distante entre chaque nouvelle rencontre et elle, tant et si bien qu'elle était devenue un être de solitude. Elle n'avait donc plus l'habitude des embrassades, des étreintes, ou encore d'une simple main posée sur son épaule. A ce contact, elle tressaillit donc, avisant avec étonnement les doigts de Caphira posés là. Là, elle ne sut que faire, mais sentie une vague de panique l'envahir. Un geste amical! Comment pouvait-elle réagir?! La méfiance, la crainte même, amena la jeune sirène à rejeter froidement ce geste de la main. Puis, comme si rien de s'était passé, elle se remit à marcher. Ce sentiment que quelqu'un se liait d'amitié avec elle, elle en avait bien peur, et était fort dépourvue face au témoignages de cet amour.

-Calypso... Mon nom est Calypso...

Vite, changer de sujet avant qu'on ne l'oblige à parler de son passé.

-Tu... tu parlais d'Atlantis... C'est ta ville natale?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caphira

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 24/02/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi dans Héllinos

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Lun 7 Avr - 23:28

Caphira trouvait son nom très beau, Calypso. Quand Calypso lui demanda:

--Tu... tu parlais d'Atlantis... C'est ta ville natale?
- E.... Oui c'est ma ville natale

Caphira ne voulait pas parler de son passée, avec cette étrangère, alors elle lui dit

- j-je n'était q-qu'une simple paysanne.

Ce n'était pas très crédible, Caphira n'était pas douer pour mentir. Caphira se mise à trembler, elle prix 3 respiration, puis se calma.

- A-aven son je ne veut pas rester ici, en plus le soleil se couche, dépêche toi.

Caphira ne dit plus un mots, elle fixa Calypso.

- je sais que tu ne veut te lier d'amitié avec moi, mais pour sens sortir il va falloir qu'on fasse preuve de compassion et d'entraide, nous somme 2 timide qui ne connaisse personne, sortons de nôtre coquille! Après on pourras se distancer, ça ne changera pas grand choses, moi j'en ai mare de faire la fille tremblotante, timide, que tout le monde regarde bizzar ment, j'ai peur ne me montrer sous mon vrai séjour. Tu ne crois pas qu'on devrait être amie?

Elle regarda Calypso, puis se calma

- Désoler, le faite d'être perdue m'angoisse! Sortons d'ici au plus vite!

_________________


Enfance joyeuse...
Futur Haineux...
Un sourire...
Un cœur triste...

Sans un mot elle vis sa vie...

Avec le pois du monde sur elle, elle sourit...

Caphira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calypso
Modérateurs
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 14/11/2011

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Mar 8 Avr - 22:15

Pourquoi avait-elle réagit ainsi? A vrai dire, il existait une multitude d'explications qui auraient pu sembler plausibles. Mais une seule s'avérait vraie: Calypso avait peur. Peur d'une nouvelle amitié, d'une nouvelle déception. Durant son enfance, la confiance qu'elle avait accordée avait été trahie, et pire qu'un mauvais souvenir, cela était devenu un traumatisme. Et maintenant, maintenant qu'elle était seule, qu'elle s'était faite à la solitude, que son coeur s'était résolu à croire que quoi qu'elle fasse, elle n'aurait jamais personne, quelqu'un revenait vers elle. Maladroite, et prise par surprise, voila l'état dans lequel elle était. Et c'était là la raison de sa froideur. Pourtant, elle n'avait pas envie de s'éloigner, elle désirait même se lier d'amitié avec cette inconnue. Seulement, et dieu savait qu'elle n'y pouvait rien, tout son corps était transit d'une angoisse qu'elle connaissait bien: une sensation qu'il lui hurlait à plein poumons "cours, éloigne-toi, ou tu souffriras encore!"

- Euh.... Oui c'est ma ville natale.

Alors c'était bien une Atlante. Aussi craintive pouvait être la sirène, cela ne l'avait pas empêchée de le deviner avec aisance. Mais cela signifiait autre chose: Caphira était une sirène. Elle avait beau s'y connaître peu, il y avait néanmoins une chose que savait Calypso: La cité d'Atlantis était de ces palais qui gisaient sous les flots...

- J-je n'était q-qu'une simple paysanne.

Tiens? Que lui prenait-il à bredouiller ainsi? Autant la jeune Atlante semblait peu sûre d'elle, autant, à ce moment là, elle sembla être des moins à l'aise. Et Calypso en dénoua bien rapidement la cause: le mensonge. Nouveau pieu dans le coeur, nouvelle prise de conscience. On lui mentait de nouveau, on trahissait sa confiance. Sa mine devenait alors plus sombre, et elle n'accorda plus un regard pour la jeune fille. Evidemment, cela était idiot, et la jeune sirène le savait bien, au fond. Venant de quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, ça pouvait paraître normal. Seulement voila, dans l'esprit de l'adolescente, le mensonge allait de paire avec la trahison, et c'était pour cela qu'elle ne mentait jamais, ou presque. Elle avait déjà bien du mal à se délaisser de sa propre méfiance, alors s'il fallait démêler le vrai du faux, autant partir sans aucun mot.

- A-avançons, je ne veux pas rester ici, en plus le soleil se couche, dépêche-toi.

La sirène acquiesça malgré tout. Elle ne voulait pas rester seule, quitte à supporter cette fille. Enfin, le terme était fort, car Caphira semblait posséder un grand coeur. Sinon, elle n'aurait pas cherché à la rassurer d'une main sur son épaule, et encore moins à la sortir de là. Enfin, rien n'était sûr, c'était bien pour ça que Calypso était de ces gens que l'on ne domptait pas facilement.
En silence, sous le bruissement léger et pourtant lourd des feuilles, la sirène se mit à marcher, talonnée par sa compagne. Une angoisse déjà bien présente croissait au creux de son ventre, car, par delà le feuillage, elle pouvait discerner l'astre qui déclinait. Finalement, la voix angélique de Caphira rompit le silence de mort qui régnait sur les lieux.


- Je sais que tu ne veux pas te lier d'amitié avec moi, mais pour s'en sortir il va falloir qu'on fasse preuve de compassion et d'entraide, nous somme deux timides qui ne connaissent personne, sortons de nôtre coquille! Après on pourra se distancer, ça ne changera pas grand chose. Moi j'en ai marre de faire la fille tremblotante, timide, que tout le monde regarde bizarrement, j'ai peur de me montrer sous mon vrai jour. Tu ne crois pas qu'on devrait être amis?

Ces paroles eurent le don de piquer Calypso au vif, qui fusilla l'Atlante d'un regard noir, stoppant sa marche.

- Une timide qui ne connait personne? commença-t-elle, sans que son ton ne monte, mais une tension indéniable dans la voix, il faudrait apprendre à connaître les gens avant de les juger. Je ne suis pas timide, je suis juste distante et j'ai mes raisons, surtout quand je suis face à quelqu'un qui me ment...

Sur ces dires, elle se remit à marcher. Elle était en colère, mais aucune fois, elle ne s'emporta. Sa voix était sèche, froide, mais elle n'éclata guère. Pourquoi la sirène qui se voulait rassurante tantôt se trouvait-elle maintenant aussi glaciale qu'un hiver? Par orgueil. La timidité n'était pas un compliment très rependu, et elle ne voulait admettre pour rien au monde qu'elle faisait partie de ces "filles tremblotantes, timides, que tout le monde regardait bizarrement".
Mais la réalité n'était pas aussi simple: Timide, elle l'était, ou plutôt intimidée. Elle n'était plus à l'aise avec la population, c'était un fait. Un fait qu'au fond, elle n'acceptait pas vraiment. Et parce qu'elle n'assumait pas cette gêne qui était la sienne, elle venait de répondre de manière sèche et froide à cette pauvre demoiselle. Mais Calypso était faite ainsi: répondant au quart de tour, et tellement plus méchamment que ce qu'on lui avait dit naguère.

Seulement voila, au bout de quelques minutes, la jeune femme se rendit compte que sa répartie avait été un peu trop brusque. Avisant la mine blessée et encadrée de mèche roses de sa compagne, elle se sentit coupable. Au final, cette Atlante ne cherchait qu'à être gentille! Elle voulait juste bâtir un pont sur le fossé que Calypso avait bâti entre elles. Prenant conscience de son erreur, elle s'arrêta et se tourna vers Caphira, son visage sévère laissant place à des traits désolés.

-Je... Excuse-moi, Caphira, je ne devrais pas m'emporter comme je l'ai fait... C'est que... Je ne suis plus trop à l'aise avec les gens, c'est comme ça...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caphira

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 24/02/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi dans Héllinos

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Ven 18 Avr - 18:07

Caphira de dit plus un mot.... Puis Calypso s'exclama.

-Je... Excuse-moi, Caphira, je ne devrais pas m'emporter comme je l'ai fait... C'est que... Je ne suis plus trop à l'aise avec les gens, c'est comme ça...

- oui mais... Comment a tu o....

Puis elle se rappelas quelle m'était pas à Atlantis, et que les gens pouvait lui répondre sur se ton

- Désoler Calypso, je ne suis pas Habituer qu'on me répond sur ce ton.

Puis Caphira fut attirer part une petite lumière, c'était une nymphe. Caphira s'exclama

- bonjour... Nous somme perdue, connaissez- vous le chemin pour sortir....?
-désoler petite je ne connais pas le chemin....

Caphira fit signe mine base à Calypso d'avancer, Caphira avait faim alors elle sortie une pomme de son sac puis demanda.

- A tu faim, j'ai plein d'autre fruits....

Le soleil était presque totalement coucher, seul 2 ou 3 rayons apparaissait encore.

- Calypso.... Je ne veut pas parler de mon passer... Mais pour que tu puise mieux me connaître je vais te parler de moi.... Mais! Après tu pourras me raconter un partie de ton histoire s'il te plaît... Je suis née à Atlantis... Je ne suis pas une simple paysanne, je suis la princesse, mon père se prénomme Lérèos... Mais mère se nommait Améthysa, elle été tuer part un demons, que j'ai tuer.... Maintenant tu en sait plus sur moi....

_________________


Enfance joyeuse...
Futur Haineux...
Un sourire...
Un cœur triste...

Sans un mot elle vis sa vie...

Avec le pois du monde sur elle, elle sourit...

Caphira


Dernière édition par Caphira le Sam 19 Avr - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calypso
Modérateurs
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 14/11/2011

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Sam 19 Avr - 17:52

- oui mais... Comment as tu o....

o...? Oser? Comment avait-elle osé? Était-ce là la question de l'Atlante? Alors que Calypso avait mit son orgueil de côté pour s'excuser, c'était ainsi qu'on la traitait?! Mais pour qui se prenait-elle, cette Caphira?! La fierté de la sirène fut de nouveau piquée au vif, et ses traits redevinrent durs. Oui, elle avait osé lui dire la vérité, la vérité comme quoi on ne jugeait pas les gens avant de les connaître véritablement et qu'on accordait pas sa confiance à quelqu'un quand celui-ci nous mentait. Certes, il y avait mille et une autre manière de le dire, mais le fait est que ce comportement de la part de la fille aux cheveux rose ne témoignait que d'une chose: que cette dernière n'assumait pas.

- Désolé Calypso, je ne suis pas habituée à ce qu'on me réponde sur ce ton.

Ces mots eurent le don de calmer Calypso, qui ravala sa haine. Oui, elle exagérait un peu ses réaction et s'enflammait vite, il était vrai... Mais elle avait si peu l'habitude de discuter, et le mensonge et l'égoïsme l’horripilaient tant... Pourtant, il allait falloir que la sirène modère sa colère si elle voulait s'entendre avec cette fille. Elle n'avait pas trop le choix de toute façon. Elles n'étaient que deux face au labyrinthe qu'était cette forêt. Caphira avait raison, des efforts étaient à faire de chaque côté si elles voulaient s'en sortir...

Une créature apparut alors à ses yeux. Une créature à l'apparence de femme, mais dont la peau verte témoignait qu'elle n'était guère humaine. De beaux cheveux roux descendaient en cascade sur tout son corps, cachant ses parties intimes. Incroyablement belle, son visage avait à la fois la douceur et la sensualité des plus belles femmes d'Hellenos. Les yeux de Calypso s'écarquillèrent alors. Pour la première fois, elle voyait une Nymphe, ces créatures des forêts qui habitaient les légendes et les mythes. Elle connaissait peut être le chemin pour sortir de cette maudite forêt! Malgré tout, la sirène avait quelques appréhensions. Et si tout cela était... un piège... Mais elle n'eut guère le temps de retenir Caphira qui interpella la créature. Mais qu'elle était naïve! Et si elle les attaquait?!

Seulement la Nymphe répondit tout simplement qu'elle ne connaissait pas le chemin avant de partir. Peut être était-ce Calypso qui était trop méfiante, finalement... Néanmoins, quelque chose était étrange. Pourquoi une Nymphe qui peuplait cette forêt ne savait pas comment en sortir, ça paraissait illogique! Enfin, peut être n'en sortait-elle jamais. Elle devait avoir ses raisons. Les deux jeunes sirènes repartirent donc, cherchant toujours à sortir de cette forêt. Mais cette dernière semblait interminable! Comme si elle était chez elle, dans le lac des sirènes, Caphira sortit une pomme. Caplypso ouvrit alors de grands yeux. Mais comment pouvait-elle manger dans un moment pareil?! Elle alla même jusqu'à demander à la jeune fille si elle voulait des fruits, elle aussi... Soupirant, elle finit par accepter, lâchant un petit "merci". Après tout, il fallait qu'elle mange. Si elles n’arrivaient pas à sortir, ce que la sirène redoutait, elles auraient au moins le ventre remplie. Un silence de plomb s'installa, entrecoupé des bruits des dents s'enfonçant dans les pommes et leur arrachant jalousement un bout de chair. Un silence pesant s'installa, mettant dans l'embarra la belle sirène qui ne savait que faire. Finalement, c'est l'autre qui le rompit.


- Calypso.... Je ne veux pas parler de mon passé... Mais pour que tu puisse mieux me connaître je vais te parler de moi.... Mais! Après tu pourras me raconter un partie de ton histoire s'il te plaît... Je suis née à Atlantis... Je ne suis pas une simple paysanne, je suis la princesse, mon père se prénomme Lérèos... Mais mère se nommait Améthysa, elle a été tuée part un démon, que j'ai tué.... Maintenant tu en sais plus sur moi....

La sirène demeura silencieuse, digérant les informations qu'on venait de lui donner... Ainsi elle était une princesse... Cela expliquait sa réaction. Les princesses étaient chouchoutées, dorlotées. Elles n'avaient guère l'habitude qu'on leur réponde, qu'on remettre leur comportement en cause. Calypso se trouva néanmoins peinée pour sa mère. Elle avait beau être sauvage, elle n'était pas insensible. La peine de Caphira était détectable dans sa voix. Son ton baissait, sa voix se faisait tremblante. Elle avait beau être une princesse chouchoutée et dorlotée, elle avait vécu des choses atroces. Au final, elle était beaucoup plus forte que Calypso l'avait imaginé... Pauvre andouille qu'elle était, elle aussi aurait du apprendre à connaître Caphira avant de la juger... Et l'ouverture que lui donner cette sirène qu'elle connaissait un peu mieux, cette passerelle qu'elle avait bâtie entre elles, la sirène aux cheveux azurs décida de la prendre. A quoi bon lutter et ne rien dire, cette Caphira valait bien mieux que ce qu'elle avait songé au départ. Alors pourquoi ne pas se confier?

-Pour ma part, je suis née dans un village, au bord de la mer. Il n'y a pas grand chose à raconter. Mes parents m'aimaient beaucoup, j'avais de nombreux amis. La vie était si facile à ce moment là... Seulement il y a des choses qui se découvrent, au fur et à mesure de la vie. Dans mon cas, cela n'a emmené que des problèmes. Suite à... un petit accident, j'ai découvert que mes parents n'étaient pas les miens, et qu'ils m'avaient trouvée. Deux trois petits événements ce sont passés après ça... pas grand chose mais... elle hésita, sentant sa gorge se nouer, ça a été assez pour... pour qu'on m'expulse du village... C'est pour ça que je suis venue à Hellenos

Elle ne précisa pas qu'elle était une sirène évidement. C'était le genre de chose qu'elle ne révélait pas facilement. Son passé l'avait amenée à éprouver une réelle aversion pour cette nature, et elle ne voulait pas que cela se sache. Vivre comme une humaine, c'est tout ce qu'elle demandait... Néanmoins l'évocation de ces souvenirs était si douloureux.
Il enserrait son coeur en une étreinte glaciale, laissait une boule brûlante grandir au creux de sa gorge. C'était si difficile d'en parler... Si difficile de laisser tout ces événements resurgir dans la mémoire. Oui, Caphira était très forte. Parce que c'était très dur, d'évoquer ainsi ce passé quand celui-ci nous avait blessés et marqués au fer rouge...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caphira

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 24/02/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi dans Héllinos

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Sam 19 Avr - 18:52

-Pour ma part, je suis née dans un village, au bord de la mer. Il n'y a pas grand chose à raconter. Mes parents m'aimaient beaucoup, j'avais de nombreux amis. La vie était si facile à ce moment là... Seulement il y a des choses qui se découvrent, au fur et à mesure de la vie. Dans mon cas, cela n'a emmené que des problèmes. Suite à... un petit accident, j'ai découvert que mes parents n'étaient pas les miens, et qu'ils m'avaient trouvée. Deux trois petits événements ce sont passés après ça... pas grand chose mais... elle hésita, sentant sa gorge se nouer, ça a été assez pour... pour qu'on m'expulse du village... C'est pour ça que je suis venue à Hellenos

Caphira était désoler pour Calypso, elle sentait sa peine. Alors, elle s'exclama

- tu sais, je crois que tout les gens de Hellenos, on eu un passé difficile, c'est pour ça que la plus part des personnes, vienne ici.  

Sur ses mots Caphira fixa l'horizon, que des arbres, des buissons, des fleur. Les dernier rayons du soleil avait tomber, il commencais à faire plus frais.

- Calypso, dit moi de quel race tu est, car j'ai vraiment besoin de le s'avoir! J'ai peut être une idée pour sortir d'ici!

Elle fixa le tunel d'eau à ses pied, puis elle se penchât.

- Tu sens l'odeur? L'odeur de la mer.... Puis elle pris l'eau. Se tunel conduit au lac des sirène... Mais il est long à nager....

Elle fixa Calypso, elle pris pour quelle soie une sirène. Elle murmura

- s'il te plaît dit moi que tu est une sirène.

_________________


Enfance joyeuse...
Futur Haineux...
Un sourire...
Un cœur triste...

Sans un mot elle vis sa vie...

Avec le pois du monde sur elle, elle sourit...

Caphira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calypso
Modérateurs
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 14/11/2011

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Dim 20 Avr - 22:22

- Tu sais, je crois que tout les gens de Hellenos, ont eu un passé difficile. C'est pour ça que la plupart des personnes viennent ici.

Oui, c'était surement vrai... Néanmoins Calypso fut soulagée que sa compagne ne lui en demande pas plus sur elle. Elle avait omit volontairement les passages les plus marquants, les plus durs, restant évasive. Après tout, elle ne désirait pas que Caphira sache pour sa nature de sirène. Elle ne voulait pas qu'elle sache pour la trahison de sa meilleure amie. Elle ne l'avait jamais raconté à personne, et ne souhaitait pas le raconter. D'une part parce qu'elle avait peur que ces informations jouent contre elle, mais aussi parce que si elle en parlait, elle s’effondrerait. Évoquer ainsi son passé avait déjà étreint son cœur douloureusement. En dire plus le réduirait à l'état de lambeaux...

Le soleil n'était plus visible... Il allait bientôt faire nuit. Si elles ne se dépêchaient pas, elles risquaient de dormir dans ces lieux terrifiants, sans défenses. Les bruits provenant des arbres se faisaient entendre. Des cliquetis, des bruissements. Il lui semblait même entendre des voix... Son imagination surement. Frissonnant, la sirène se frictionna les bras pendant que sa compagne examinait quelque chose à ses pieds... Cela semblait être un point d'eau. Comptait-elle la boire? Calypso eut un frisson d'horreur. Elles n'allaient tout de même pas s'abaisser à cela? Mais la remarque de Caphira ne fut pas celle escomptée par la jeune fille, et cette dernière fut si surprise qu'elle écarquilla les yeux.


- Calypso, dit-moi de quel race tu es, car j'ai vraiment besoin de le savoir! J'ai peut-être une idée pour sortir d'ici! Elle se pencha sur l'eau, tu sens l'odeur? L'odeur de la mer.... Se tunnel conduit au lac des sirène... Mais il est long à nager....

Nouveau pieu dans le coeur. On lui demandait l'information qu'elle ne voulait surtout pas dire. On lui demandait de révéler ce qu'elle désirait cacher chaque jour, chaque heure, chaque seconde de sa vie. Une nature, qu'elle avait découvert, mais qu'elle n'avait jamais voulu. On lui demandait d'avouer qu'elle était... qu'elle était une...

Pourquoi était-ce si dur à dire?

Depuis qu'elle l'avait su, elle l'avait caché au monde entier. Mais, échouant dans cette tâche, son monde l'avait chassée, rejetée. Elle s'était retrouvée seule à cause d'une fille qu'elle maudissait, d'une race qu'elle maudissait. Sa propre race. Après tout, elle n'avait jamais désiré être une sirène. Elle vivait parfaitement bien avant cela. Avouer qu'elle en était une, une de ces femmes égoïstes et perfides à queue de poisson, c'était comme se mentir à elle même, comme avouer être le monstre qu'elle n'avait jamais désiré être. Voila pourquoi c'était si dur. Parce que chaque jour, elle hurlait contre le destin sa haine d'être née ainsi. Parce que chaque jour, elle se rappelait que c'était parce qu'elle était née ainsi qu'elle avait tout perdue. Voila pourquoi elle ne le disait jamais.
Seulement voila, aujourd'hui, elle était obligée de le dire...


- S'il te plaît dit moi que tu es une sirène...

Elle se mordit les lèvres. Ce qu'elle avait tant de mal à avouer était idiot. C'était normal d'être une sirène, à Hellenos... Pourtant...

-Ne t'inquiètes pas, on va pouvoir rentrer chez nous...

Sans rien ajouter, elle plongea dans le tunnel et pris sa forme de sirène. Au final, elle n'avait pas réussit à le dire clairement. Pourtant, on le savait déjà... Le forgeron nommé Eykal l'avait déjà découvert, et avait réagit comme si cela était normal. Seulement voila, le problème venait de Calypso. Pour elle, dans la vie qu'elle voulait vivre, cette race qui étais la sienne n'était pas normal.
Pourtant, elle laissa sa queue bleutée apparaître, et nagea dans le noir, tâtant doucement les parois pour ne rien percuter. Il fallait laisser ce problème de côté... Elles allaient rentrer, et c'était le principal. Pourtant, aucun soulagement ne vint...

La vie était si dure, quand on assumait pas ce que l'on était...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caphira

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 24/02/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi dans Héllinos

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Lun 21 Avr - 15:36

-Ne t'inquiètes pas, on va pouvoir rentrer chez nous...

À sa grande surprise, Calypso était une sirène, Caphira plongea à sons tour. Sella faisait 30 minute quelle nageait dans ce tunnel. Caphira commençais à sentir la fatigue.

- Je commence à me sentir fatiguer.... Ok! Écoute, même ci cet endroit n'est pas très accueillent, nous devons nous reposer. De toute façon, qui veut tu qu'il y ait dans ce tunnel. Aller, Installons- nous.

Elle prit la main de Calypso, et l'entraina sur le sol du tunnel. Caphira s'endormir seulement 1 heure après. Le lendemain matin, il faisait plus clair parce que le tunnel avait des troue, qui laissait passer la lumière.

- Calypso.... Calypso...

Caphira réveilla Calypso, elle ne voulait pas rester une minute de plus dans cette forêt.

- Aller, continuons nôtre chemin, je ne veut pas rester ici une autre avant midi de plus!

Elle fixa Calypso, puis elle cria!

- Calypso nage!!!

Derrière Calypso il y avait des elfes noir, petite créature cruelle et dévastatrice. Elle les emprisonna dans des murs de courent, plus fort que eux, elle créa un pression qui les fracassa contre la parois du haut.

- On a 3 heures pour leur échapper, de toute façons, il ne rappellerons même pas qu'il nous poursuivait, aller continuons.

Caphira fit un grand sourire à Calypso....

- je ne voulais pas les tuer, je n'aime pas tuer, je trouve ça cruelle. Je tue seulement pour la bonne causse.

_________________


Enfance joyeuse...
Futur Haineux...
Un sourire...
Un cœur triste...

Sans un mot elle vis sa vie...

Avec le pois du monde sur elle, elle sourit...

Caphira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calypso
Modérateurs
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 14/11/2011

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Sam 26 Avr - 21:00

Derrière elle, elle sentit que Caphira venait de plonger et la suivait. Elle battit donc de sa queue puissante, et s'adonna à faire quelques ondulations. L'eau était glaciale, peut être pas assez pour mourir d'hypothermie, mais néanmoins froide. Seul l'exercice que menait sa partie animale permettait à son corps de se réchauffer. Frissonnant, la sirène respira fort. Pourtant, les sirènes n'étaient pas sensibles à la températures des eaux, mais il fallait avouer que celles-ci étaient d'un froid assez robuste pour mordre sa peau et laisser quelques frissons brûlants parcourir son dos. De plus, ce tunnel était hanté par de perpétuelles ténèbres, ombres envahissantes et l'empêchant de voir à plus d'un mètre devant elle. A tâtons, Calypso continua de nager, aussi transie par le froid que par la peur. Et si un monstre habitait ces cavernes englouties? Et si elles se faisaient dévorer? La sirène était bien trop exténuée pour chercher à fuir. Tendue, elle continuait, s'accrochant pour garder ses paupières ouvertes. Soudain, une voix tranchant le silence de plomb la fit sursauter.

- Je commence à me sentir fatiguée.... Ok! Écoute, même ci cet endroit n'est pas très accueillant, nous devons nous reposer. De toute façon, qui veux-tu qu'il y ait dans ce tunnel. Aller, Installons- nous.

Oooooh oui! Que pouvait-il y avoir dans ce tunnel?! Peut-être une pieuvre géante et carnassière! Ou encore d'horribles piranhas friands de la chaire de sirène!  Mais elle était tellement naïve! Calypso s'apprêtait à lui sortir tous les arguments possibles et imaginables pour la convaincre de tenir le coup. Après tout, peut-être que son ancienne condition de princesse l'aveuglait, mais il ne fallait pas oublier qu'elles étaient toutes les deux en pleine nature: en danger. Ici, pas de gardes, pas de soldats, il n'y avait qu'elles. Elles et leur petits bras frêles, incapables de les défendre... Mais elle n'eut guerre le temps de faire un sermon à Caphira, car cette dernière s'empara de sa main et l'attira vers le fond du tunnel.
Bah, à quoi bon lutter, cette fille n'en faisait qu'à sa tête! Calypso s'appuya contre la paroi, croisant les bras et fixant le plafond, à l’affût du moindre bruit. Cette fille voulait dormir au péril de sa vie, bien à elle! Mais la sirène n'allait certainement pas les mettre en danger en s'endormant à son tour.

Du coin de l'oeil, elle vit Caphira se blottir contre la parois froide et fermer les yeux. Au bout d'un moment, il n'y eut plus un bruit dans la caverne. Dans ce noir, elle avait peine à distinguer les traits de sa compagne. Dormait-elle déjà? Comment pouvait-elle être aussi détendue alors qu'un ennemi se cachait peut être là, dans l'ombre? Tendue, la jeune sirène ne chercha même pas à savoir si sa compagne était assoupie. Elle fronçait les sourcils, luttant contre le sommeil et guettant chaque parcelle visible de la caverne... autrement dit, pas grand chose. Finalement, ses prunelles habituées à la pénombre se tournèrent vers la belle endormie. Ses traits se détendirent aussitôt. Calypso était vraiment trop dure avec elle... Après tout, Caphira ne voulait que se reposer. Mais la sirène aux cheveux bleus n'y pouvait rien. Elle avait peur, très peur, et l'inconscience de cette fille ne faisait que faire croître cette tension au sein de son esprit. Elle voulait qu'elles s'en sortent. Pas qu'elle , mais toutes les deux. Et deux vies à surveiller, dans un noir aussi complet, ça devenait très vite lourd, pour de si frêles épaules. Mais bon, elle n'avait pas le choix. Elle continuait donc de lutter, maintenant ses yeux ouverts, fixant le plafond qui était recouvert alors d'un rideau de pénombre. Ne pas s'endormir... Leur survie en dépendait... Ne pas s'endormir... Ne pas s...

Et la sirène s'endormit...

Elle fut tirée d'un sommeil fébrile par une douce voix murmurant son prénom. Ses paupières lourdes tentèrent de s'ouvrir vainement, alors que sa compagne lui murmurait des paroles incompréhensibles. Mais, où étaient-elles? Tient, il faisait froid, avait-elle oublié de fermer la fenêtre de sa chambre?
Soudain, elle se remémora des événements de la veille, et ses yeux s’agrandirent. Elle s'était endormie!!! Elle s'était endormie alors qu'elles étaient toutes deux en danger!!! M-mais quelle heure était-il?!!! La sirène se réveilla en sursaut, ses cheveux flottant autour de sa tête. Il fallait immédiatement se remettre en route! Elles avaient eu de la chance jusque là, mais elle préférait partir avant que cette chance tourne!

Trop tard, la chance avait déjà tourné...


- Calypso nage!!!

La sirène fit volte-face. Derrière se trouvaient une bande de créatures hideuses. Leur peau noire contrastait avec leurs yeux écarlates, brillant presque. Horrifiée, Calypso se mit à nager, une multitudes de question jaillissant dans son esprit.  Mais qui était ces êtres immondes?! Que leur voulaient-ils?! Comment parvenaient-ils à respirer sous l'eau?! Soudain, un bruit retentit derrière elle, et elle se retourna immédiatement. Un puissant courant les souleva, et les projeta contre la paroi. Les yeux écarquillés, elle cru voir un filet de sang colorer l'eau. Une expression d'horreur se figea alors sur son visage.

-Caphira? C'est toi qui....

- On a 3 heures pour leur échapper, la coupa-t-elle, de toute façons, ils ne se rappellerons même pas qu'ils nous poursuivaient, aller continuons.

Alors... Alors ils n'étaient pas morts? Bizarrement, cette idée soulagea la sirène, autant qu'elle l'effraya.

- Je ne voulais pas les tuer, je n'aime pas tuer, je trouve ça cruel. Je tue seulement pour la bonne cause.

La sirène ne sourit pas, même si au fond, elle était heureuse de l'acte de son amie.

-Tu as bien fait...


Sans rien ajouter, elle se mit à nager, et ce rapidement. Bien que l'effort fut douloureux pour ses muscles à peine éveillés, la crainte d'un nouvel assaut les maintenait conscients. Finalement, après des minutes qui semblèrent des heures -combien précisément, ça, elle n'en avait aucune idée- la lumière se fit de plus en plus intense. L'espoir colora son coeur assombri et terrifié, et la sirène pu alors voir de ses mirettes un trou, la fin du couloir. Elle s'y glissa sans grand peine, et là son regard balaya, rayonnant, l'immensité bleue qu'étais la mer. Un sourire soulagé illuminant son visage, la sirène nagea vers la surface, et ne mit guère longtemps pour trouver une petite îlot perdue au milieu des flots. Sans attendre sa compagne, elle s'y hissa, ses jambes redevenant immédiatement normales. Passant une main dans ses cheveux, les rejetant en arrière, la sirène laissa échapper un petit rire, levant ses yeux vers le ciel. L'angoisse disparut, son seul résidu: la joie dans la voix, la joie dans le regard.
Les larmes aux yeux, elle posa ces derniers sur la jeune sirène qui venait d'arriver.


-Caphira je voulais te dire que... enfin ... merci... Sans toi, on ne s'en serait surement pas sorties...

Un petit rire léger s'échappa de sa gorge et elle se frotta la tête, détournant le regard.

-Si... si on m'avais écoutée on serait peut être encore dans cette forêt maudite à... à se méfier de tout...

Fermant les yeux, la sirène sourit, puis releva la tête, plongeant pour la première fois ses prunelles dans celles de Caphira.

-Désolée pour ce que je t'ai dis... dans la forêt... c'est que... enfin, tu sais...

Elle détourna de nouveau le regard, comme pour chercher ses mots.

-Merci encore...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caphira

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 24/02/2014
Age : 19
Localisation : Chez moi dans Héllinos

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Mer 7 Mai - 13:45

Le visage de Caphira s'illumina en voyant l'océan bleu et ses vagues. Elle rejoignit Calypso sur une petite île, et puisqu'elle voulait parler Caphira laissa sa compagne aux cheveux bleus la parole.

-Caphira je voulais te dire que... enfin ... merci... Sans toi, on ne s'en serait surement pas sorties... un léger rire s'échappa de la gorge des deux jeunes sirènes.

-Si... si on m'avait écoutée on serait peut être encore dans cette forêt maudite à... à se méfier de tout...

-Désolée pour ce que je t'ai dis... dans la forêt... c'est que... enfin, tu sais. elle continua de fixer Calypso qui avait maintenant elle aussi fixé Caphira.

-Merci encore...

Sur les mots de la jeune sirène le visage de Caphira afficha un grand sourire.

-Amies ?

Caphira avait toujours le sourire étampé sur le visage.

-Tu sais... Je suis contente de m'être perdue avec toi. Et moi aussi je suis désolée pour ce que je t'ai dit.

Caphira fixa l'horizon quand elle vit que Héllenos n'était pas loin. Le plus grand des sourires s'était affiché sur son visage.

-Regarde Héllenos est juste la, nous devons nager encore un peu puis nous y serons.

Caphira prit la main de Calypso puis plongea les deux jeunes filles dans le bleu de la mer. Quelques minutes avaient passé et elles étaient sur une plage au rebord de la forêt des Nymphes. Caphira se leva puis, elle vit les gens d'Héllenos marcher dans les rues. Aussitôt la jeune fille se retourna vers sa compagne.

Nous...Nous sommes à Héllenos et plus dans cette maudit forêt.

Caphira s'assit au coté de son amie, du moins presque, et entendit une réaction de la part de sa compagne.

_________________


Enfance joyeuse...
Futur Haineux...
Un sourire...
Un cœur triste...

Sans un mot elle vis sa vie...

Avec le pois du monde sur elle, elle sourit...

Caphira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calypso
Modérateurs
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 14/11/2011

MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   Mer 7 Mai - 19:18

Idiote, qu'est-ce qu'elle se sentait idiote... En une journée, elle avait fait du mal à Caphira, l'avait sévèrement réprimandée alors qu'elle-même méritait quelques reproches. Son estime pour Caphira était tombée au plus bas alors que face à sa témérité, elle n'aurait due qu'en être plus grande. Mère méfiance était si néfaste, quand on se reposait entièrement sur elle. Au final, Calypso s'en faisait trop. Des gens sympathiques, il y en avait partout. Non, le monde n'était pas uniquement fait des êtres pourris, comme l'était sa meilleure amie. Il y en avait des foncièrement bons, mais la sirène n'avait pas pu les voir. Elle n'avait pas voulu les voir. Mais maintenant que la vérité lui était mise en face, maintenant qu'elle connaissait caphira et de sa bonté naturel, elle avait maintenant un peu plus foi en ce pauvre monde...

-Amies ?

La belle hocha la tête. Bien évidement! Caphira lui avait bien prouvé qu'elle était digne de confiance, et surtout qu'elle n'était pas mauvaise. Certains se fiaient aux dires des gens pour leur accorder leur amitié. C'est ce qu'elle avait fait par le passé, avec sa meilleure amie. Mais au final, la véritable valeur des gens n'était pas dans ce qu'il disaient. C'était leurs actes qui montraient la pureté de leurs âmes. Et ceux de l'Atlante avaient suffit à prouver à Calypso qu'elle était de ces gens sur qui l'ont pouvait compter. Elle l'avait sortit d'un épineux problème alors qu'elle ne la connaissait même pas...
Oui, au final, les dires ne faisaient pas la personne. La personne était faite de ces actes...


-Tu sais... Je suis contente de m'être perdue avec toi. Et moi aussi je suis désolée pour ce que je t'ai dit.

Calypso lui adressa un sourire franc. Le genre de sourire qui signifiait: "ne t'inquiètes pas, tu es pardonnée". Pourtant, le pardon n'était de ces choses que donnait facilement Calypso. Mais sa méfiance et sa rancœur s'étaient littéralement envolées au moment même où les deux jeunes filles étaient parvenues à sortir. Allait-ce durer? Elle-même ne le savait pas. Après tout, on ne changeait pas si facilement. Mais la chose dont elle était certaine, c'est que sa reconnaissance était telle, à ce moment précis, que tous les sentiments négatifs qui auraient pu la ternir avaient disparu.

Caphira se mit à parler. Hellenos, elle était là. Juste devant. La sirène, à ses mots, se tourna dans la direction qu'indiquait son regard. Un soulagement plus intense encore inonda sa poitrine. Hellenos... une contrée familière. Mais elle n'eut guère le temps de profiter du spectacle car une main s'emparait de la sienne, et l'Atlante l'emmenait dans les eaux sans rien ajouter. La sirène d'abord surprise, se laissa faire, et nagea tranquillement pour atteindre la berge. Ses muscles laissaient un sentiment de fatigue transcender ses membres, mais elle tenait bon. Enfin, elle atteignirent la plage, et Caphira sortit doucement de la mer, s’asseyant sur le sable chaud, reprenant forme humaine.


- Nous...Nous sommes à Héllenos et plus dans cette maudit forêt.

Sur ces mots, Calypso vint s’assoie à ses côtés, sa queue ayant laissé place à de jolies jambes. Doucement, elle passa un bras autour des épaules de Caphira et colla tranquillement sa tête contre la sienne. Une facette de Calypso, jadis opprimée par la méfiance et la peur, vint alors refaire surface. Un penchant tactile, aimant le contact humain, chaud et rassurant. Ainsi, elle était apaisée.
Comment avait-elle pu laisser ce besoin de chaleur au profit du désir de solitude et de distance?


-Oui, ajouta-t-elle simplement.

Ses yeux se levèrent au ciel, et avisèrent calmement le ciel bleu et, en son sein, haut dans les cieux, l'astre du jour qui lui avait tant manqué.


-On est chez nous...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite ballade indésirée ou plutôt Grande ballade
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petite ballade (privée!!!!!!) d'Edwin et Ellana
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» [Ruelles] Petite Mendiante
» ROXANNE petite caniche parfaite 9 ans CCDM (30) ADOPTEE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité d'Héllenos :: Les Forêts :: La Forêt des Nymphes-
Sauter vers: