AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 danger ou amitié Avec Atalante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ileana

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/09/2015
Age : 25

MessageSujet: danger ou amitié Avec Atalante    Sam 9 Jan - 18:04

Cela faisait plusieurs jours que la jeune nymphe se tenait tranquille, elle restait dans les bois bien à l'écart des autres. Sa dernière incartade lui avait valu une assez grosse concentration de regards noirs et emplis de reproches pas toujours silencieux. Agacée de devoir faire profil bas, alors qu'elle ne faisait rien de mal, la « demoiselle », une fois la pénombre tombée et ses congénères bien occupés à danser, festoyer avec les faunes, elle s'était une fois de plus évader du bois. Le chemin vers la ville, Iléana aurait pu le faire les yeux fermés, cependant elle resta aux aguets surveillant des yeux un peu partout afin de voir qu'on ne la suivait pas, mais que personne n'allait l'attaquer. Le froid de l'hiver, faisait s'échapper de sa bouche des volutes de fumée, un mince sourire illumina son visage en se rappelant l'amusement que cela causait en elle, quand elle était enfant. Elle appréciait vraiment ce temps la, froid mais les journées tout de même baignées de soleil comme aujourd'hui.

*Rien de mieux... En plus ça permet d'observer les étoiles bien haut dans le ciel.. *

Arrivée en ville, elle marcha au hasard des rues, laissant ses pas la mener où le vent lui dirait d'aller. La fille au cheveux verts faisait en sorte de ne pas se faire voir par les rares personnes en baladent dans les artères principales de la ville. Tout d'un coup un sentiment d'observation et d'oppression s'insinua en elle. La nymphe se mit donc à courir, son cœur battant à tout rompre, ne regardant pas en arrière. La créature ne se stoppa que lorsqu'elle arriva devant une grande bâtisse. Paniquée, Iléana chercha une porte, à sa grande surprise, elles étaient ouvertes. S'engouffrant dans le stade, elle s'installa sur un siège et tenta de calmer sa respiration ainsi que les battements de son cœur. Cela se fit plus aisément qu'elle ne l'aurait cru, le silence de ce lieu aidant probablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atalante
Chasseur
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 23/04/2011
Localisation : La forêt des Satyres

MessageSujet: Re: danger ou amitié Avec Atalante    Sam 16 Jan - 16:33

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Beaucoup de personnes connaissaient Atalante, à Hellenos. Des amis chasseurs, des camarades de beuverie, des commerçants sympathiques. Et tous ceux qui avaient eu le rare privilège de le voir, ces derniers jours, affirmaient la même chose : Atalante avait changé. Par la passé, son rire retentissait dans les ruelles, son sourire bienveillant et calme couvrait ses proches sans aucune trace d’animosité. Aujourd’hui, c’était différent. Sa joie semblait scellée et son humour, perdu. Lui qui parlait peu de lui-même, ne disait plus un mot à son propre sujet. Toujours présent, habitué des tavernes, il était maintenant rare de le voir arpenter ces rues. Quelques amis s’en soucièrent, mais finirent pas continuer leur vie, oubliant peu à peu le jeune homme qui semblait disparaître. Cela pouvait sembler triste. Au fond, cela l’était même un peu. Mais Atalante était satisfait de cet état de chose. Il ne méritait plus la confiance des habitants d’Hellenos. Il ne méritait plus rien. Pour ce qu’il allait faire, pour son erreur, il se contenterait d’exister sans vivre.

Il ne venait plus. Il vendait seulement quelques bêtes de temps en temps. Il se nourrissait de ses prises, et des quelques baies récoltées dans la nature. Il chassait énormément, de manière compulsive. Du gibier, mais pas seulement. Il visait surtout les petites proies rapides, inaccessibles. Celles qui le rendaient plus fort, plus précis. Car il devait être plus fort, pour réaliser sa sombre tâche. Les journées s’écoulaient, toutes similaires. Atalante ne sortait presque plus de la forêt. Quand il ne tuait pas, il courrait, s’entrainait, agissait. Oui, agir. C’était là son unique dessein. Car l’inaction laissait un vide, et la réflexion le comblait. Certes, la principale qualité d’Atalante, et aussi son principal défaut résidait dans sa capacité à réfléchir de manière profonde et poussée. Seulement, ces derniers événements le torturaient, et sa pensée n’était que rumination. Dans les méandres de ses idées, il finissait par s'égarer, par ne plus savoir où aller. Il pensait à ce qu’il allait perdre, à ce qu’il aurait pu garder. Il songeait à tous en même temps, jusqu’à ne plus comprendre, jusqu’à être désorienté. Son âme et son identité semblaient plus floues. Alors il agissait. Il agissait pour oublier.
Car au final, penser était si douloureux…

Un soir, à l’instar de tous les soirs précédents, il alla se coucher. Ce soir-là, à l’instar de tous les soirs précédents, il ne put fermer l’œil. C’était là le moment qu’il redoutait le plus. Allongé, il perdait ses dernières défenses, et les pensées revenaient à l’assaut. Alors il se tournait dans son lit, cherchant désespérément le repos. Mais la réflexion était trop forte. Elle devenait étouffante. Le doute s’insurgeait, sa poitrine devenait douloureuse. Parfois, il finissait par s’endormir. Souvent, il s'échappait de son lit pour sortir. Il chassait de nouveau. Pour oublier encore, et encore, ce qu’il allait faire, ce qu’il allait perdre en le faisant, et les énormes cernes qui trônaient sous ses yeux.
Ce soir-là, il comprit que Morphée ne l'accompagnerait pas. Alors il se leva. Il se couvrit bien, car les nuits étaient froides en cette saison. Puis il se dirigea vers la forêt. Mais, suite à quelques pas, il s’immobilisa. Il ne désirait pas aller chasser. Mais que voulait-il alors ? Ses iris émeraude le lui indiquèrent. Elle se posèrent sur l'imposante cité éclairée d'un faible rayon lunaire. Il désirait revoir Hellenos. Cette nuit, il n’y aurait surement personne, cela ne poserait pas problème. Tournant les talons, il reposa son arc chez lui et se dirigea vers l’entrée de la cité. Les gardes le laissèrent passer. Il marcha donc tranquillement dans les rues, avisant les diverses façades des habitations, et autres bâtiments. Malgré l’heure, quelques individus étaient encore là, ce qui le dérangea quelque peu. Il prit donc un tournant, sans vraiment s’occuper de son itinéraire. Il voulait juste marcher, et vider son esprit, seul. Finalement, ses pas le menèrent vers le stade. Là, il n’y aurait personne. Ou du moins, le croyait-il. Il y alla donc, déambulant, sans grande émotion étreignant sa poitrine. Calmement, il s’installa dans les gradins, parcourant la structure de pierre du regard. Un moment durant, il savoura sa solitude. Seulement celle-ci fut de courte durée.

Une jeune demoiselle arriva en catastrophe. Essoufflée, elle s’assit, sans le voir. Atalante ne sut que faire. Devait-il signaler sa présence, ou s’éclipser en douce ? Et pourquoi donc cette demoiselle était-elle dans cet état ? Etait-elle poursuivie ? Entre l’inquiétude et le désir d’être seul, l’inquiétude l’emporta. L’homme choisit de parler d’une voix douce, pour ne pas effrayer la demoiselle.


-Excusez-moi ? Est-ce que tout va bien ?

Je m’appelle Atalante, et vous ? Tels étaient les mots qu’aurait prononcé l’ancien chasseur. Mais le nouvel Atalante ne désirait plus se présenter. Il ne désirait plus qu’on le connaisse. Lui-même se dégoutait. Il se sentait si sale. Comment pouvait-il aspirer à avoir de l’importance pour quelqu’un, quand on savait ce qu’il se chargerait de faire ? Alors il se contenterait uniquement d’écouter la jeune demoiselle, sans parler de lui. Doucement, il se leva, et se mit au niveau de la jeune fille. Il ne sourit pas, mais son visage demeurait calme. Oui, il écouterait, et ce serait tout…

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ileana

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/09/2015
Age : 25

MessageSujet: Re: danger ou amitié Avec Atalante    Dim 24 Jan - 1:50

Remise de sa frayeur, la jeune nymphe fut tout de même surprise d'entendre une voix s'élever non loin d'elle. Avec une prudence qui ne lui était pas habituel, la créature des bois se leva et fit face à un humain. Le visage de cet homme la prit au dépourvu.. Ce visage montrait beauté, courage et sagesse. Et malgré la nuit à présent bien présente, elle perçut de la tristesse dans les yeux de ce blond. La douceur de la voix de ce jeune homme, ne l'empêcha malheureusement pas de lui répondre sèchement.  Les anciennes, lui infligeraient encore une sentence si elles venaient à découvrir qu'elle s'était adressée à un être humain, à un chasseur qui plus est d'après ses vêtements. En plus on peut dire que l'éducation qu'elle avait reçut ne la faisait pas apprécier ces tueurs de la nature. Cependant.. La néophyte employa des mots doux en adéquation avec le ton employé, elle parla de sa voix la plus charmeuse, tout en se cachant un peu plus du chasseur.

Je ne comprend pas qu'on s'excuse pour prendre la parole lorsqu'il n'y a pas foule... Je pense que oui tout vas bien. Je.. J'ai juste eu une petite pan.. Une course à faire à travers la ville, d'ou le fait que je sois essoufflée.  


La « fille » aux cheveux verts c'était rattrapée, elle avait failli avouer à cet humain qu'elle avait eu peur. Cela aurait déshonoré sa tribu, même si beaucoup de ses consœurs étaient effrayées à la vue d'humain, surtout mâle, Iléana ne devait pas avouer cette faiblesse. Afin de coupé court au silence, la demoiselle, sans trop savoir pourquoi se présenta, enfin donna son nom, la témérité revenant à mesure que la lune tournait pour éloigné sa lumière d'elle.

Je m'appel Iléana seigneur chasseur. Et...   * Allez sois comme une gentille humaine, excuse toi et file !!* Je suis navrée de vous avoir dérangé dans votre isolement.  

Un sourire s'afficha sur le visage de cette néophyte, la blancheur de ces dents pouvant être vue par le chasseur. Peu lui importait, d'ailleurs si des récompenses pour jouer la comédie étaient données la nymphe en aurait surement remporté une ce soir là.


Dernière édition par Ileana le Sam 28 Mai - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atalante
Chasseur
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 23/04/2011
Localisation : La forêt des Satyres

MessageSujet: Re: danger ou amitié Avec Atalante    Sam 12 Mar - 16:43

L’homme arqua doucement un sourcil. Il sentit bien que la demoiselle lui cachait des choses. Mais après tout, ce n’était pas son problème. Les soucis des autres ne le concernait pas, ou plutôt, ils ne le concernaient plus... Aujourd'hui, et jusqu'à nouvel ordre, Atalante se contenterait d'être égoïste. Il écouta donc la jeune fille sans se soucier de son sort. Sa voix était douce, très douce. On y décelait un charme indéniable, et une grâce propre à la gente féminine. Éclat cristallin et épuré dans ce silence pesant. Dans l’obscurité, il ne percevait pas bien son visage, mais identifiait tout de même quelques traits gracieux. Une jeune femme fort belle, bien qu’un détail dérangeait Atalante. Ce dernier ne sut mettre le doigt dessus. Enfin, peu importait. Une demoiselle, seule, en plein milieu de la nuit, semblait plus intriguant qu’un détail imperceptible. Que faisait-elle ici ? Avait-elle pour habitude de se réfugier en ce lieu, à la tombée de la nuit ?

La demoiselle se présenta. Iléana était son nom. « Seigneur chasseur », ainsi le surnomma-t-elle. Le jeune homme en fut surpris. Il avait déjà grand mal à se considérer comme un chasseur, alors en être souverain, cela paraissait dérisoire. Atalante ne méritait guère ce titre. Il ne possédait ni la splendeur, ni la richesse, ni le talent des grandes gens. Sa lâcheté n'avait d'égal que sa souffrance. Il se confortait mieux dans son statut d’individu moyen, sans saveur, sans réelle qualité. La platitude de sa vie lui convenait. Pendant un temps, son quotidien lui avait, certes, paru plus savoureux. Mais ce temps était résolu. La pensée de cette aire, si lointaine, si irréelle, si illusoire, lui serra le cœur. Le chasseur s’enferma alors. Il brima ses émotions, barricada son cœur et revint à la réalité. La damoiselle lui souriait.


-Je vous en prie, je ne suis qu’un humble chasseur. Néanmoins, puis-je vous demander comment vous avez eu connaissance de ma profession ?

Il s’assit non loin de la demoiselle. Peut-être la discussion serait-elle synonyme d’oubli. Peut-être cette même discussion l’apaiserait pour un temps. De toute manière, il venait si peu à Hellenos. Surement n’aurait-il jamais l’occasion de la revoir, et c’était mieux ainsi. Il devait se défaire de ses liens, pour n'en créer aucun autre. Tel un fantôme, tel un mirage. Doucement, le visage serein, il indiqua la place de pierre à côté de lui. Son visage demeurait paisible, bien qu’à l’intérieur, tout n’était que tempête. Un torrent de colère et de désespoir qu'il tentait avec grand mal de retenir. Parfois, il se demandait bien ce qui le retenait de mourir…

-Vous ne me dérangez pas du tout. Je ne m’attendais juste pas à trouver une demoiselle à cette heure-ci. Asseyez-vous donc. Vous êtes encore essoufflée, l'homme marqua une pause. Qu’êtes-vous venue chercher en ville, sans vouloir être indiscret ?  

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ileana

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/09/2015
Age : 25

MessageSujet: Re: danger ou amitié Avec Atalante    Mer 6 Avr - 0:26

Iléana remarqua qu'il se perdait dans ses pensées avant de lui répondre, il semblait tellement se battre contre lui même. Les tourments qui lui tenaillaient le cœur étaient puissant. Pour un être humain, il cachait bien son jeu. Les autres devaient se laisser berner par cette façade qu'il affichait, mais pour cette nymphe.. Proche de la nature, une guérisseuse des plantes et des animaux.. Elle sentait par vague la douleur de cet homme la traversé. Si, elle ne se contrôlait pas un minimum, elle tendrait ses mains, pour essayer d'apaiser ce qu'il ressentait, pour le faire guérir, lui redonner son éclat. Comme elle le faisait si souvent avec son habitat. Mais voilà, à force d'incursions ici, la néophyte avait finit par réussir à avancer sans partir de leur problèmes.

*Est ce le fait de vivre dans leur monde qui rend si malheureux ? Qui fait si mal ? Je comprend mieux comment certains en arrivent à se laisser à se transformer en monstres.. *

Elle s'arrêta de sourire le temps de sa réflexion, il en avait d'ailleurs profité pour la questionner et lui proposer de s'assoir. Il l'a trouvait éssouflé, était ce un piège ? En quoi cela pouvait il lui être utile de se montrer avenant ? Méfiante, la demoiselle, fit un pas en arrière. De plus, comment il ne pouvait pas se rendre compte que son métier était reconnaissable tant par l'odeur de sang restant accroché à ses vêtements que par sa façon de se tenir. Décidant de lui dire la vérité sur comment elle avait deviné son métier malgré son mouvement de recul.

Et bien.. Il est clair à votre allure et à votre posture que vous êtes un homme des bois. Et puis, vos bottes vêtements.. Ils sont tâchés de sang et usés. Alors il m'est clairement apparu que vous étiez un chasseur. Quand à ma venue ici... Et bien..

Iléana se tût, des gens aux rires gutturaux entrèrent aussi dans le stade. Elle reconnut la voix de l'un de ceux qui l'avait pourchassé il y n'a pas si longtemps. Brusquement, la fille aux cheveux verts se crispa et tenta tant bien que mal de se cacher un peu plus encore.


Allez la petite sauvageonne, on sait que tu es là, un ptiot t'as vue escalader l'enceinte. Vient donc nous voir..


Au nom d'Artémis.. non.. !  Ma déesse venez en moi en aide..


Les murmures de la nymphe franchirent à peine ses lèvres, à cet instant elle avait même oublier le chasseur, qu'il l'est entendu ou non n'était plus aussi important.

Vous deux aller la bas, nous dans se sens, on va la retrouver. Elle va comprendre ce que c'est les hommes..!

Les rires se firent entendre en réponse aux directives de l'homme à la voix graveleuse, ce qui fit frissonner la néophyte.


Dernière édition par Ileana le Sam 28 Mai - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atalante
Chasseur
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 23/04/2011
Localisation : La forêt des Satyres

MessageSujet: Re: danger ou amitié Avec Atalante    Jeu 26 Mai - 22:18

La demoiselle était bien perspicace. Ou du moins avait-elle le sens du détail. En tous les cas, Atalante en fut impressionné. Certes, ses vêtements, propres à sa caste, se remarquaient facilement. Mais son habit ne se trouvait pas rouge du sang de ses proies. On n’y distinguait que de rares éclats écarlates. Etait-ce un don ? Une qualité ? Un défaut. Atalante ne pouvait se permettre qu’on le décrypte à l’instar de ses bottes. Il bâillonna son cœur, et se concentra sur l’instant présent. Ne pas laisser ses penser dériver. Fixer la demoiselle. Ne penser à rien d’autre…

Une salve de rire retentit dans le stade. Des rires gras, où l’on devinait quelques traces d’alcool. Atalante sentit la tension de compagne monter en flèche. Elle connaissait ces hommes. La respiration saccadée de la demoiselle, son air fuyant. Le lien se créa immédiatement. L’inconnue fuyait ces êtres. Elle s’était crue cachée, au sein de ce stade. Visiblement, ce n’était pas le cas. Le chasseur serra les poings. On devinait sans peine les basses intentions de ces ivrognes. Il se leva. Ses yeux maintenant chargés de haine avisèrent les individus qui venaient de pénétrer le stade. On en dénombrait quatre, deux frêles, un bien bâtis et un plus gras et bedonnant. Aussi fort qu’était Atalante, jamais il ne pourrait vaincre tant d’hommes à lui tout seul. « Si j’avais plus de pouvoirs et d’influence, je pourrais empêcher ce genre d’individu de poursuivre des jeunes filles à la nuit tombée », pensa-t-il. Mais il ne possédait ni l’un, ni l’autre. Et les aurait-il en main qu’il ne pourrait les utiliser. « J’en ai perdu le droit. »

Seulement, de par sa nature éprise de justice –et sa culpabilité peut-être- il ne pouvait se permettre de laisser cette demoiselle à la merci de tels individus. Même s’il avait perdu le privilège de prendre soin de la cité, cette même cité qu’il était sur le point de trahir.  
S’il devait ou ne devait pas défendre la demoiselle n’était donc plus une question. Le véritable problème était le suivant : comment allait-il se débarrasser à lui seul de quatre hommes ? Il n’y avait qu’une entrée, dans ce stade, et les individus se trouvaient devant cette même entrée. Pas moyen de sortir sans confrontation, donc. Par reflexe, le chasseur porta la main à son dos, là où devait se trouver son arc. Elle se ferma dans le vide, et Atalante ferma les yeux. Bien sûr. Il n’avait pas pris son arc. Cela aurait été infiniment trop facile. Ses paupières s’ouvrirent. Il lui fallait un plan, rapidement. Un plan sans effusion de sang. Tranquillement, il se leva et se mit devant la demoiselle.


-Je peux vous aider messieurs ?

Les hommes se tournèrent vers lui, visiblement choqués d’entendre une voix masculine. L’un deux, l’homme gras, laissa échapper un rire.

-Hé toi ! T’aurais pas vu une donzelle aux cheveux verts ? On la cherche depuis tout à l’h… Hey mais c’est pas elle qui est cachée derrière toi ?

Atalante fronça les sourcils.

-Elle ne veut pas venir avec vous, l’affaire est donc close. Veuillez retourner d’où vous venez, s’il vous plait.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ileana

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/09/2015
Age : 25

MessageSujet: Re: danger ou amitié Avec Atalante    Sam 28 Mai - 19:49

Iléana, à présent, en partie  cachée par le chasseur eut une furieuse envie de frapper ces hommes pour oser parler d'elle ainsi.

*Comment osent t-ils parler ainsi d'une fille de la nature... Pensent t-ils que les Dieux nous ont faîtes stupide ? Certes mon peuple est réputé naïfs mais de la à nous croire capable de tout accepter.. JE HAIS CES HUMAINS !!!.. *


Le cri de son sentiment retentit dans sa tête aussi fort que les pulsions de son cœur, elle décida donc de passer à l'action. Discrètement, elle glissa une de ces dagues qu'elle dissimulait sous sa tenue, dans la main d'Atalante. Et fit un pas de côté au moment ou il demanda aux ivrognes de partir sur le champs. La nymphe savait pertinnemment qu'ils ne s'en iraient que si on les effrayait assez, chose qu'a elle seule, elle ne pouvait faire. La main sur sa deuxième dague, un peu plus petite que celle qu'Atalante avait maintenant, elle fixa les énergumènes. Cette créature de la nature n'avait pas autorisation d'utiliser de telles armes contre les hommes ou quiconque d'ailleurs, elle devait être toujours douce, enjouée et aimante de toutes les créatures ou presque. Donc si cet énième incident la concernait venait aux oreilles des anciennes de son peuple, la néophyte serait à coup sûr dans de beau draps.

*Ne penses pas aux règles et aux conséquences pour le moment.. Tu n'as pas à laisser le chasseur risquer d'être blesser alors qu'il ne sait même pas ce que tu ais et pourquoi ces hommes sont tellement obtus.. *

Sans un regard envers celui qui voulait l'aider, Iléana se mit donc à courir en direction de l'arène du stade afin d'éloigner le danger de cet homme encore plus perdu qu'elle qui souhaitait tant l'aider. Maintenant qu'il avait de quoi se protéger, surtout maintenant que la créature fuyait, lui au moins il courrait moins de risque. Une fois au milieu de l'arène, elle se stoppa prête à enfreindre une énième règle afin de ne pas être tuée ou pire déshonorée par ces hommes là. Ne montrant pas encore sa petite arme, elle les regarda venir.

Aller venez.. Profitez en.. Allez laissez moi vous montrez que je ne suis pas comme vous le croyez..

Rien n'empêchait à présent la lune de l'éclairer pleinement, tous à cet instant pouvait voir son appartenance au peuple des nymphes. Plus les hommes approchaient tels des prédateurs, plus sa colère montait Malgré tout cette étrange jeune femme se promit intérieurement de ne pas faire couler leur sang. Que voulez vous ? On ne refait pas sa nature profonde ou son éducation comme ça..
Couleur Iléana : color=#3366cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atalante
Chasseur
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 23/04/2011
Localisation : La forêt des Satyres

MessageSujet: Re: danger ou amitié Avec Atalante    Ven 24 Juin - 19:04

L’homme sursauta au contact froid du métal glissant dans sa main. Une dague… La demoiselle était donc armée ? Il ne l’aurait jamais cru. Une salve de questions déboula dans son esprit. Mais une seule se démarquait des autres : Au fond, qui était-elle ?
Il n’eut pas le temps de le lui demander. A vrai dire, il n’eut le temps de rien faire. La demoiselle s’élança en direction du centre, là où elle serait la plus exposée.

-Iléana !

La demoiselle vociféra alors des menaces. Du moins, Atalante les interpréta comme telles, sous leurs airs d’invitations. Après tout, et le chasseur le remarqua rapidement, de là où il était, la jeune femme avait une dague dans sa main. Le leader de la bande ricana et s’approcha d’elle.

-C’est très bien ma jolie ! Je vois que toi, au moins, tu es raisonnable.

Chose rare, Atalante agit sans réfléchir. Son sang ne fit pas un tour qu’il s’élançait déjà vers l’inconnu. Celui-ci, main tendue, semblait vouloir saisir Iléana. Mais le chasseur s’interposa rapidement, saisissant le poignet de l’homme, plongeant son regard dans le sien. La dague, durant la course d’Atalante, avait été rangée à la ceinture de ce dernier. Pourquoi ne prenait-il pas toutes les précautions nécessaires à sa survie ? Pourquoi ne gardait-il pas sa seule arme ? Atalante n’y avait pas vraiment songé. En réfléchissant, plus tard, il comprendrait. Il comprendrait qu’il ne désirait pas que le sang coule, d’abord et avant tout de par son côté pacifiste. Et puis, il ne désirait pas devenir un meurtrier, du moins, pas avant d’y être obligé. Enfin, son être lui intimait que son âme était sale, de par le pacte qu’il avait passé. Mais Iléana, elle, n’était sûrement pas dans le même cas. S’il s’interposait, c’était aussi pour elle. Car quitte à tuer, autant que ce soit un homme déjà mauvais qui le fasse. Ce n’était pas à Iléana de sortir sa dague. Ce n’était pas à elle de pourfendre la chair. Lui, le ferait si c’était nécessaire. Après tout, une tâche de sang sur un tissu déjà souillé d’hémoglobine ne se verrait pas. Au fond, peu importait le nombre d’éclaboussures, un vêtement sale n’était bon qu’à être jeté.

-Toi, t’as pas l’air d’avoir bien compris qui donne les ordres ici,
s’exclama l’homme, éclaboussant le visage d’Atalante de quelques postillons aux saveurs alcoolisées.

Sans que le chasseur ne puisse réagir, le leader des malfrats l’envoya valser d’un coup dans le nez. Un craquement sourd raisonna dans son crâne. Son derrière heurta le sol et lui arrache un gémissement étouffé. Un liquide chaud s’écoula de son nez, qu’il s’empressa de tâter avec deux doigts. Ces derniers revinrent à sa vue, brillant d’un éclat écarlate. Et dieu, que son nez lui faisait un mal de chien ! L’homme releva sa tête vers l’ivrogne. Ses émeraudes lui jetèrent un regard d’incompréhension. En l’espace d’un instant, le chasseur se trouva dans la peau d’un enfant de 14 ans. Un adolescent face à un père violent, et un peu trop alcoolisé.
L’obèse cracha sur le sol et s’approcha encore de la nymphe, ignorant l’homme qu’il venait de mettre à terre. La scène qui suivrait défila devant les yeux d’Atalante. Iléana sortirait sa dague et la planterait dans le ventre bedonnant de l’homme. Le sang giclerait sur ses pommettes lisses. Le rouge tacherait le drap blanc. Atalante lâcha un « Non » et se redressa vivement, malgré la douleur de son arrête nasal. Avant que la demoiselle ne puisse dégainer, il saisit son épaule et la poussa doucement derrière lui, faisant face au malfrat.
-J’aimerais que tout cela se règle sans plus de violence. Ne me poussez pas à faire quelque chose que vous et moi pourrions regretter.
Son interlocuteur grimaça et lui adressa un regard hautain.


-Azariat, il me gêne, dit-il sans quitter le chasseur du regard.

Rapide, l’homme de carrure imposant qui se trouvait derrière s’avança et asséna un coup de genoux dans le ventre d’Atalante. Celui-ci poussa un gémissement étranglé et s’effondra au sol, plié en deux. Son estomac le lançait atrocement. Azariat recula, l’homme gras, lui, s’avança de nouveau vers la demoiselle. La scène défila de nouveau dans l’esprit du chasseur. La dague. Le ventre. Le sang. Le drap tâché. Faisant un effort colossal pour s’arracher à la douleur, guidé par la peur de ce qui pourrait se produire, Atalante se releva rapidement, sortit sa dague et la plaça sous la gorge de l’assaillant de la demoiselle.


-Vous ne me laissez pas le choix, dit-il avec difficulté –son ventre lui faisait atrocement mal- respirant bruyamment, ILÉANA, COURS !

Et que ferait-il, après ? Il avait eu le temps d’y réfléchir. Malgré son impulsivité d’il y a quelques minutes, Atalante avait de nouveau la tête froide. Il avait anticipé beaucoup de choses. A tous les coups, il y laisserait sa peau. Et au fond, pourquoi pas ? L’idée lui avait traversé l’esprit, tel un éclair. S’il mourrait d’un accident, avant de devoir se salir les mains, rien ne serait fait à Artémis. Et sa conscience serait tranquille. De toute manière, avait-il véritablement envie de vivre, alors qu’il savait pertinemment qu’il avait tout perdu ?

Finalement, c'était la seconde fois qu'il se battait. Mais cette fois-ci était différente. Il n'avait plus peur d'agir, de mourir. Peut-être était-ce parce qu'au fond, il n'avait plus rien à perdre?

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ileana

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/09/2015
Age : 25

MessageSujet: Re: danger ou amitié Avec Atalante    Jeu 3 Nov - 14:39

Le son de la voix d'Atalante ne détourna pas la néophyte de son choix d'action. Elle devait faire en sorte qu'il ne s'en mêle sous aucun prétexte. Malheureusement il semblait tout aussi buté qu'elle. Car il s'approcha très vite de sa position, le  regard concentré sur les malotrus. Il se prit, au passage, un coup dans le nez. Ce geste, ainsi que ce chasseur qui tombe couvrit les yeux de la nymphe d'un voile  rouge. Le même rouge qu'elle vit, celui de son sang à lui, et l'adrénaline  ne firent qu'un tour dans l'organisme  de la créature censée être Pacifique.

*Noooooonnn !!!!!!!*


Se positionnant pour attaquer, elle fut stoppée dans son élan en le voyant se relever, mais surtout à cause de ce qui passa dans les yeux de son « camarade ». L'espace d'un instant, la demoiselle en vert eut le sentiment, que le chasseur se consumait d'un passé, lointain ou non. Cependant, son inquiétude à elle se trouva vite remplacée par de l'agacement. De l'agacement, non de la colère envers l'idiot surprotecteur qu'elle venait de rencontrer. Il venait de menacer les trio d'ivrognes.

*Mais quel idiot... Pense t'il qu'il pourrait s'en sortir, seul, face à ces trois .. Ordures ? Les humains et leur ego !! *

Un dénommé Azaria fut commandité à s'occuper du chasseur, sa carrure bien qu'imposante ne ferait pas le poids contre Atalante. Ça la nymphe le comprit bien vite, la grandeur et son le maladroit le désavantageait malgré la musculature imposante et apparente de ce lourdaud allait le perdre. Quant son allié se prit un coup dans le ventre, la créature de la forêt eut du mal à retenir un cri de rage. Ni une ni deux, elle commença à fuir loin d'Atalante ce qui, non sans l'amuser, les amenèrent à la suivre.

C'est parti, suivez moi.. On va s'amuser un peu comme vous le vouliez tant. !

Près de l'entrée la néophyte ralentit le pas, laissant ses agresseurs reprendre du terrain sur la distance qu'elle avait mit entre eux. Leur souffle pesant semblait pénétrer sa peau d’albâtre, retenant un haut le cœur, la demoiselle simula une chute et ça à la joie de ses poursuivants. Quand le premier fut enfin à sa hauteur, la jeune nymphe se retourna sur le dos, la dague à la main, ses yeux virant au noir d'un soir d'orage. La lame d'argent, brilla momentanément en reflétant la lumière de la lune. De sa main, elle enfonça cette lame dans la jambe de l'un des assaillants. Ce dernier se mit à hurler, son haleine putride, sa salive le sang tout se mêla autour d'Iléana quant il lui tomba à moitié dessus. Avec une poussée d'adrénaline, elle put s'éloigner de cet humain immonde, mais ne fut pas assez rapide pour empêcher le troisième de la projeter le long du mur d'enceinte et de la coincer là, bloquant sa main armée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atalante
Chasseur
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 23/04/2011
Localisation : La forêt des Satyres

MessageSujet: Re: danger ou amitié Avec Atalante    Dim 29 Jan - 19:04

Sa dague appliquée sous la gorge de son assaillant, le chasseur avisa la demoiselle fuir comme il le lui avait demandé. Une vague de soulagement s’empara de sa poitrine, mais celle-ci se vit interrompue en moins de temps qu’il n’en fallut pour qu’Atalante comprenne ce qu’il se passait. Un des hommes -celui qui avait su se faire oublier tout ce temps- assomma le jeune homme par derrière, et l’étreinte que celui-ci exerçait sur son ennemi disparut. L’homme bedonnant s’écarta vivement de son ennemi, lui donnant un coup de pied dans le menton, lui crachant dessus avec dédain. Enfin, le groupe s’éloigna pour partir à la poursuite de la demoiselle.

Atalante toussa avec difficulté, recroquevillé sur le sol. Ses bras, salis par la terre, vinrent enserrer son estomac douloureux. Son visage n’était plus qu’un amas de douleur. Pourtant, ce n’était pas sur ses nerfs hurlant leur message de souffrance que son esprit était focalisé. Bien que celui-ci se voyait rappelé régulièrement à l’ordre par ses hématomes, il tentait difficilement, mais avec succès, de gommer la douleur. Alors, là, étalé sur le sol, tout l’être d’Atalante se posait cette ultime question : « Qu’est-ce que je vais faire ? ». Il ne pouvait décemment pas laisser la demoiselle aux mains de ses ennemis. Mais il ne pouvait pas non plus se contenter d’attaquer bêtement comme il l’avait fait jusqu’à maintenant. Il fallait être réaliste. Autant sa survie lui importait peu, autant le destin de la demoiselle dépendait indéniablement de sa réussite. Et Atalante n’entendait pas seulement sauver sa vie. Non, c’est la pureté entière d’Iléana que celui-ci désirait conserver.

Là, l’idée lui apparut. Ils étaient dans une arène. Et il existait une arme que le chasseur savait manier à coup sûr. Cette révélation eut l’effet d’un coup de fouet sur tout son corps. En ses muscles, elle fit naître une énergie nouvelle. Aussi les cuisses et les mollets de l’homme se contractèrent, tandis que celui-ci se hissait sur elles. La contraction de ses abdominaux le déchira d’une douleur abominable, dont l’existence fut témoignée par un gémissement sonore. Une main vint s’appuyer contre l’estomac, et les jambes se tendirent enfin. Recourbé, Atalante fit un premier pas, tentant d’oublier son nez cassé, le sang chaud qui coulait sur le dessus de ses lèvres, son goût métallique et la douleur de son menton qui devait avoir doublé de volume. Serrant la mâchoire, il tenta de courir, geste qu’il regretta bientôt, et qu’il réitéra pourtant. Son regard balaya l’arène. Il devait faire vite. Avant que la demoiselle se fasse tuer, ou qu’elle ne tue quelqu’un. Enfin, ses pupilles habituées à l’obscurité finir par capter l’information qu’il désirait. Une petite porte dans la pierre, grille de métal épaisse et close. L’homme se saisit d’une pierre, et avec un cri trahissant son mal et sa volonté, il l’abattit sur la structure.

Quelques minutes plus tard, il trottait là où il avait vu Iléana courir. Ce qu’il découvrit fit monter un peu plus l’adrénaline dans ses veines. Iléana était plaquée contre un mur, fermement maintenue par l’homme qui avait frappé l’estomac d’Atalante un peu plus tôt. Mais le plus alarmant aux yeux du blond fut la jambe qu’un des hommes se tenait en hurlant. Un peu plus, et la seconde chose que le chasseur redoutait par-dessus tout en cette soirée se serait produite. Il ne put en voir d’avantage.
*Ne réfléchis plus*
Il tint fermement le bois rêche, le dressa devant lui. Il hésita un instant. Après tout, c’était des hommes…
*Non, ce n’est que du gibier. Un gibier dangereux…*
Des êtres vivants avec peut-être une famille, des gens pour les pleurer.
*Des animaux.*
L’assaillant de la demoiselle asséna une gifle à cette dernière.
*Vise la tête.*

Un éclair argenté fila dans les rues d’Hellenos. Puis le bruit d’un craquement se fit entendre, suivie d’une gerbe de sang. L’homme qui se tenait en face d’Iléana s’effondra sur le sol. Un second éclair fusa, et l’homme le plus frêle tomba lui aussi. Les yeux écarquillés, le chef de la bande regardait ses compagnons sombrer un à un. Comme tétanisé, il ne bougea pas immédiatement. Il finit par comprendre le danger que représentait Atalante, car il il se releva gauchement, clopinant sur sa jambe blessée afin de fuir. Le visage dur, le chasseur visa une dernière fois. Cible mouvante. Direction rectiligne. Simple. Sa main droite relâcha la pression. La gauche garda sa position. Le bruit d’un objet fendant l’air se fit entendre.
Enfin, l’ultime flèche d’Atalante vint se ficher dans l’arrière du crâne de l’ivrogne.

La douleur semblait s’être estompée un peu. Le chasseur finit par avancer à petit pas, tenant toujours son ventre. L’arc dans la main gauche, il jeta un bref coup d’œil aux cadavres. Mais il ne ressentit pas la culpabilité à laquelle il s’attendait. Il trouvait cela inhumain, et pourtant, il éprouvait une certaine fierté. Il venait de sauver quelqu’un, et de débarrasser de la surface de la Grèce antique trois ordures dont même Hadès n’aurait pas voulu. Ce sentiment l’écœura. Lui qui était pacifiste et détestait la violence, il venait d’apprécier le fait de tuer quelqu’un. Ce fut comme si son être entier avait été violement déformé, comme si son amour propre venait de s’automutiler. Mais il se rendit compte bien vite que tout cela n’était pas le plus important. Il se tourna vers Iléana, dont il eut peine à distinguer le visage.


-Tout va bien ? Tu n’es pas blessée ?

Comme d’habitude, une multitude de questions sans importance vinrent le tarauder. Sur son comportement, sur son destin, mais surtout sur l’état d’Iléana. Après avoir vu le chasseur chasser, allait-elle le fuir, ou le remercier ? Son expression serait-elle une expression de soulagement, ou une mine déformée par l’horreur ?

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: danger ou amitié Avec Atalante    

Revenir en haut Aller en bas
 
danger ou amitié Avec Atalante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'amitié c'est comme un oiseau, avec le temps c'est de plus en plus beau. [PV: Nuit d'Azur]
» Une amitié que le vent couche, mais jamais ne déracine. [Casey-Lee]
» Les embruns, et le Vent...
» Loann C. Gray | Sean O'Pry
» Flirt avec le danger, ou dans les Limbes, faut se tenir à carreau...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité d'Héllenos :: La Cité :: Le Stade-
Sauter vers: