AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand une sirène se perd...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hékate

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/09/2015
Age : 21
Localisation : sur une rive à attendre un marin

MessageSujet: Quand une sirène se perd...   Mar 19 Jan - 20:21

Après avoir passé la nuit à observer la Lune, les étoiles, le ciel dans son entièreté et sa magnificence, Hékate s'était décidée à nager jusqu'à ce que fatigue s'en suive. Elle venait tout juste d'arriver dans ce pays, bien étrange où créatures et Hommes cohabitaient, et ne connaissait que le lac où ses consœurs et confrères vivaient. Ne sachant pas vraiment où aller, la jeune sirène d'argent nageait encore et encore. Ses pensées se portèrent sur un souvenir de sa mère.
Sa mère lui avait promis de lui apprendre à se servir de ses jambes comme les Hommes le faisaient afin que personne ne se rende compte qu'elle fut une sirène. Elles avaient même convenu d'un endroit calme dès qu'elle l'aurait trouvé : la forêt des Nymphes.
Ainsi Hékate qui, avait commencé à nager sans avoir réfléchi à cet endroit, se mit en quête de cette fameuse forêt des Nymphes. Elle n'en avait jamais vu mais avait toujours été intriguée par celles-ci.
Elle en avait parlé avec différentes sirènes en ayant déjà rencontré. Comment étaient-elles vraiment ? Pourrait-elle en rencontrer une un jour ? Etait-il possible qu'elle puisse se lier d'amitié avec une Nymphe ?
Son esprit divaguait entre ses questions tandis que ses nageoires la guidaient vers un lieu qui semblait ressembler à une forêt. Mais s'agissait-il bien de la forêt des Nymphes ? Hékate allait bientôt le découvrir.
Le large fleuve dans lequel s'était engagée la jeune sirène se rapetissait à chaque coup de nageoires. Les rochers s'approchaient dangereusement du corps de la fille d'argent, sa queue touchait presque le fond de l'eau tandis que son visage allait en sortir. Le fleuve devenait rivière puis ruisseau.
Hékate était presque coincée lorsqu'elle entendit un bruit. Son coeur fit un bond dans sa poitrine. Elle tentait de se faire la plus discrète possible.
Un autre bruit de feuillage se fit entendre. Etait-ce une Nymphe comme elle l'espérait ? Puis un autre bruit se rapprochant toujours d'elle. Hékate entendit des bruits de pas, peut-être de sabots.. elle ne savait pas vraiment de quoi il s'agissait. Elle n'avait jamais quitté l'eau de sa petite vie. Plus les secondes s'écoulaient, plus les pas se faisaient entendre et plus Hékate paniquait.
Soudain, la jeune sirène aux écailles de saphir et d'argent, aperçu le joli museau d'un animal qu'elle ne connaissait pas. Cet animal ne ressemblait en aucun cas aux poissons et autres mammifères marins qu'elle avait l'habitude de croiser dans les fonds marins. Cet animal avait quatre pattes élancées, une tête fine et délicate. Il commençait à boire l'eau fraîche du ruisseau sans sembler avoir remarqué la sirène.
Hékate tenta alors de s'en rapprocher mais l'animal releva immédiatement sa tête et partit aussitôt.
Sans le savoir la sirène venait de rencontrer un animal qui allait, comme ses parents se faire tuer par l'Homme.
Hékate sortit alors son buste de l'eau afin de mieux observer ce qui se trouvait sur les rives de la rivière. Il y avait de grands arbres où s'étaient installés de tout petits oiseaux. Ils chantaient. Cela fit sourire la sirène solitaire. Les rayons du soleil qui transperçaient les nuages de feuilles vinrent atteindre la peau d'un blanc limpide de cette créature de la lune. Les gouttes d'eau encore sur sa peau s'écoulèrent lentement. Mais un second bruit, encore différent de celui de tout à l'heure vint écorcher son ouïe fine. On aurait dit un tir. Les oiseaux affolés s'envolèrent aussitôt. Mais qu'avait pu bien produire ce raffut ?
Hékate se figea alors instantanément.


*Où suis-je ? Quel était ce son horrible ayant produit la peur des oiseaux chanteurs ?*

Toujours figée, Hékate paniquait de plus en plus.

_________________
Hékate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atalante
Chasseur
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 23/04/2011
Localisation : La forêt des Satyres

MessageSujet: Re: Quand une sirène se perd...   Sam 23 Jan - 18:33

Chasser, encore, toujours. Sa rencontre avec la jeune Nymphe, il y a de cela quelques jours, l’avait bouleversé au plus haut point. Il y repensait, encore, se torturait les méninges, encore. Au fond, elle n’avait pas si tort. Chasser, pour oublier. Chasser pour chasser ce sentiment lourd. Chasser encore, toujours…
D’un pied léger, il suivait la trace fraîche. Un faon, voilà ce qu’il poursuivait. Le petit animal laissait derrière lui quelques indices, évidents pour le chasseur expérimenté. Ainsi, il le traquait. Il ne comptait pas s’entrainer, aujourd’hui. Il chasserait une seule proie, sans défense, et irait la vendre au marché. Les faons possédaient une chaire tendre, et une peau délicate. On achèterait la carcasse rapidement, et à bon prix. A pas de loup, il s’approcha encore. La végétation lui indiqua qu’il se trouvait près d’une rivière. Enfin, à une dizaine de mètres de là, il le vit. Frêle, chétif, buvant l’eau de la rivière. Atalante s’approcha encore, en douceur, et banda son arc. Malheureusement, la bête fuit. Dieu, que ces animaux avaient les sens affûtés ! Rapide, Atalante visa. L’animal fuyant était dans sa ligne de mire. Alors il tira. La flèche se planta à l’arrière du crâne de la bête. Le coup lui fut fatal. Le chasseur se détendit. Il avait fait de net progrès depuis ses débuts. Jamais il ne serait parvenu à abattre un animal en mouvement du temps où il apprenait aux côtés d’Artém…

L’homme secoua la tête, il ne devait pas penser à cela. Rangeant son arc dans son dos, il avança vers la dépouille. Il l'avisa un moment. Les yeux de l'animal étaient écarquillés par la peur. Pauvre chose, morte dans la terreur. Atalante contempla les deux orbes noires. Finirait-il lui aussi comme ce faon effrayé? Bizarrement, tuer ne lui faisait plus rien. Il n'y avait plus cette appréhension de donner la mort, ni ce sentiment victorieux du but atteint. Il n'y avait que le vide. Comme pour tout ce qu'il entreprenait. Chaque jour, cette descente vers les abîmes paraissait un peu plus insupportable. Ressentirait-il si peu d'émotion quand enfin, il tuerait son premier homme? Peut-être. Il l’espérait. Mais rien n'était moins sûr. Car aussi vrai qu'il s'était habitué à donner la mort aux animaux, jamais il ne parviendrait à se défaire de l'idée que chaque personne possédait une vie. Il ne pourrait se soustraire à la sombre pensée que chaque personne qu'il abattait avait une famille pour pleurer sa mort. Il avisa une dernière fois la carcasse. Puis il la hissa sur son dos. Mais après avoir fait quelques pas, il s'immobilisa. Il ne désirait pas retourner à Héllenos… Pas immédiatement. Il s’approcha donc de la rivière –en cela, il avait vu juste-, et déposa le faon mort. Puis il s’agenouilla auprès de l’eau, y plongeant ses mains en coupe, et s’aspergeant le visage. Il prit ensuite une grande inspiration, écoutant le clapotis doux et tendre de la rivière.

Il ne se rendit pas compte qu’à quelques mètres de lui, sur sa droite, se trouvait une sirène…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hékate

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/09/2015
Age : 21
Localisation : sur une rive à attendre un marin

MessageSujet: Re: Quand une sirène se perd...   Sam 23 Jan - 20:02

Une chute, un bruit de feuilles, tous les oiseaux s’étaient dès lors envolés. Hékate leva les yeux au ciel et y vit un nuage à la fois merveilleux et angoissant. Qui avait pu faire régner les tireurs dans ce lieu si calme et apaisant ?
Des bruits de pas se firent de nouveau entendre, Hékate se fit la plus discrète possible, il ne faudrait pas effrayer un autre être dont la beauté égalerait celle de l’animal qu’elle venait de rencontrer. Cependant, plus les pas s’approchèrent plus Hékate doutait de la condition de cette créature approchante. La jeune sirène resta alors figée. Les pas se rapprochèrent encore, le cœur de la sirène s’emballait. Qu’allait-elle découvrir ?
Les secondes s‘écoulèrent les unes après les autres et Hékate allait bientôt faire une crise cardiaque. Elle n’aurait jamais pensé être aussi peureuse que cela.
Soudain, un silence s’installa… Suivit du bruit d’un corps lourd déposé sur l’herbe humide.
La jeune sirène n’en revenait pas, quelque chose ou quelqu'un avait osé tuer cette bête… Les yeux effrayés de l’animal désormais mort dont elle ne connaissait le nom l’attristèrent.
Pour Hékate, tuer un être sans défense était une abomination. Hékate avait déjà tué certes, mais seulement des hommes l’ayant heurté par tel ou tel moyen. Et oui malgré cette haine, elle restait une sirène juste.
Plongeant son regard dans les yeux sombres de l’animal, Hékate allait pour s’en approcher et lui adresser un dernier signe d’amour que le tueur ne lui avait pas accordé. Mais elle n’eut le temps de le faire, car une silhouette d’un être qu’elle connaissait bien s’était agenouillé pour se rafraîchir. Le sang de l’animal coulait dans l’eau qui devint alors rosâtre..
Le sang vint jusqu'à elle. Hékate sentait la colère monter en elle, ses yeux changèrent d’un bleu presque blanc à un bleu sombre et profond. Les veines les entourant se gonflèrent...
Elle pourrait le tuer, mais cela ne ramènerait pas l’animal à la vie… Ni ses parents.. De plus, elle n’avait tué que des marins un peu trop entreprenants… Hékate lança un regard triste à l’animal et tenta de se persuader qu’il fallait être tolérant... Peut-être avait-il besoin de manger... De quoi se nourrissaient les Hommes ? Hékate secoua la tête.


*Non l’Homme est mauvais…*
Devait-elle être tolérante ou plutôt vengeresse ? Ces deux aspects la torturaient… Elle sortit alors de sa cachette et lui adressa ces mots :

-Vous êtes donc tous ainsi…

Son regard s’était très légèrement adouci.

_________________
Hékate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atalante
Chasseur
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 23/04/2011
Localisation : La forêt des Satyres

MessageSujet: Re: Quand une sirène se perd...   Sam 12 Mar - 17:18

Il resta un moment le visage dans ses mains. Il savoura la chaleur de sa peau, mêlée au contact glacé de l’eau. Enfin, il laissa glisser ses paumes de son visage, pour les replonger de nouveau dans la rivière. Il répétât l’opération, se délecta du liquide qui lui mordait la chaire. L’eau. Quel bel élément. Si Atalante en eut contrôlé un, peut-être serait-ce celui-là. L’eau, c’était la vie, et Atalante aimait la vie. Ou, tout du moins, l’avait-il aimé. L’eau, c’était la douceur aussi, la douceur d’une rivière un peu trop froide, mais qui savait se faire apprécier de ses baigneurs. Mais l’eau pouvait aussi être agitée, et glacée selon le contexte, selon l’endroit. Mais surtout, l’eau s’adaptait. Elle se mariait parfaitement à son réceptacle, en prenait la forme pour peu que le récipient ne la laisse pas déborder. Oui, Atalante était comme l’eau. Il vivait selon ses proches. Mais ce temps était révolu. Maintenant, l’eau qu’était Atalante n’était plus que glace. Inflexible. Peut-être était-ce pour cela qu’il ne se reconnaissait plus.

Il savoura donc. Le liquide permettait au vent de lui mordre la peau. Il adorait cette sensation. Elle se démarquait de ce quotidien morne. Mais surtout, elle donnait au chasseur une impression de pureté, comme si chaque filet d’eau coulant sur son visage le lavait de tous ses torts. Le visage exposé au vent, il fermait les yeux. Il sentait la nature autour de lui. Une réflexion le prit, celle qu’il avait toujours été plus à sa place dans la forêt que parmi les hommes. S’il ne mourrait pas… S’il ne se donnait pas la mort, peut-être pourrait-il vivre au cœur de cette nature, loin des autres et de ses propres souvenirs. On disait souvent que le grand air constituait la meilleure des cures. A ce sujet, Atalante n’avait plus aucun doute. Mais pour atteindre cette paix, encore fallait-il être seul. Or une voix le sortit de ses songes.

Il se retourna vivement, tonnant à son cœur de se calmer. Ses yeux rencontrèrent la source des mots qui l’avaient tant surpris. Une demoiselle, dans l’eau, à moitié immergée. Un choc parcourut le corps d’Atalante. Serait-ce… une sirène ? Il n’en avait encore jamais vu. Le visage calme, il avisa la jeune inconnue, cherchant chaque détail apte à confirmer son hypothèse. Dans son regard luisait un brin de colère, dans son visage, une froideur inégalée. Dans l'eau, crut voir l’ébauche d’une queue écaillée, floutée par les mouvements de la rivière. Mais le chasseur savait aussi qu’on ne distinguait souvent que ce que l’on désirait voir. Aussi ne se fia-t-il pas à cette vision. Il se concentra plutôt sur les mots de la demoiselle. Qui était ce « tous » ? Que signifiait ce « ainsi » ? Si sa nature était bien celle que lui soupçonnait Atalante, alors parlait-elle des hommes ? Et si tel était le cas, alors quelle similitude entre lui et les autres pouvait-elle souligner. Parlait-elle de ses jambes ? De ses cheveux ? De ses yeux ? Ou alors quelque chose qu’il avait fait ? Il décida de considérer la demoiselle comme une fille de Poséidon. Peut-être que la suite de la discussion lui donnerait tort, mais il n’en avait que faire. Son visage dégoulinait d’eau, on y observait une expression paisible.


-Chez nous, la convention veut que nous nous saluions, quand nous nous rencontrons pour la première fois de la journée, dit-il d’une voix douce, sans reproche. Je me demande bien ce qui fait de moi et de mes confrères des êtres si semblables

Il adopta une position plus confortable, cherchant ses mots. Sa main passa dans ses cheveux humides et blonds. Qu’allait-il bien pouvoir dire à la demoiselle ? Il plongea son regard dans le sien. Ce dernier s’échappa pour se poser sur celui de la carcasse. Un frisson parcourut Atalante. Il comprit.

- Oh… ça… Pardonnez-moi de vous avoir offert un tel spectacle. J’aimerais vous affirmer que c’est par nécessité que j’ai tué cette bête, mais je n’en suis moi-même plus vraiment certain.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hékate

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/09/2015
Age : 21
Localisation : sur une rive à attendre un marin

MessageSujet: Re: Quand une sirène se perd...   Mer 1 Juin - 10:16

Hékate ne fit guère attention aux premières paroles que lui avait adressé le jeune homme aux cheveux d’or. L’horreur qu’elle avait ressenti en voyant cette magnifique créature mourir ne fit que la rendre encore plus en colère. Quant à lui, son visage semblait apaisé jusqu’au moment où il tourna ses yeux vers l’animal au corps ensanglanté. Quelque chose venait de se produire en lui et Hékate l’avait bien remarqué. Il s’était même empressé de s’excuser. Mais quelque chose semblait brisé en lui. Hékate ne lui répondit pas tout suite. Les rayons du soleil se reflétaient sur la peau de lune de la jeune sirène. La chaleur de cet astre la réchauffait. Les veines autour de ses yeux commençaient à s’effacer doucement. Hékate se rendit compte, mais ce sans garder sa méfiance, que la personne en face d’elle ne réagissait pas comme celles qui passaient leur temps à traquer ses soeurs. En détournant le regard du jeune homme, Hékate observa la forêt avec envie. Elle n’avait jamais vu d’endroit aussi beau malgré l’horreur qu’elle devait connaitre chaque jour. Le vent qui se faufilait parmi les arbres résonnait comme un courant de liberté. 
Soudain, les oiseaux qui s’étaient envolés quelques minutes auparavant revinrent égayer l’aspect sinistre de la situation de par leurs chants. L’un d’eux se posa juste à côté d’eux. Hékate se rapprocha alors doucement de la petite boule de plume qui s’envola aussitôt. La jeune sirène eut alors un sourire incontrôlé, avant de retourner son visage vers le jeune homme dont elle ne connaissait le nom. Elle le fixa un instant ne sachant comment lui parler. Elle regardait à nouveau l’animal et s’en approcha. Elle posa sa main sur les yeux vides de cette créature et tenta de lui fermer.

-Comme ça je pourrais me dire qu’elle dort…
Le regard de la sirène était triste. Sa voix était presque enfantine, douce.
Avec hésitation elle reprit.

-Vous.. Vous auriez dû… Non
Tout s’embrouillait dans son esprit.

-Pourquoi semblez vous si… Seul ?
Les mots que la sirène de lune utilisait, pouvaient parfois paraître trop directs mais elle ne faisait pas vraiment attention à tout cela. Hékate le fixait toujours ne sachant comment réagir face à lui. Elle ne savait si elle allait devoir le détester ou l’apprécier.

_________________
Hékate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atalante
Chasseur
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 23/04/2011
Localisation : La forêt des Satyres

MessageSujet: Re: Quand une sirène se perd...   Lun 27 Juin - 15:58

Les mots du chasseur moururent dans le bruissement des feuilles. Il ne quitta pas l’inconnue des yeux, attendant sa réponse. Seulement la demoiselle ne dit rien, ne bougea pas. Seul son regard changea, s’adoucissant peu à peu. Un silence s’installa, entrecoupé des clapotis de l’eau. Fallait-il qu’Atalante prenne la parole ? Le chasseur ne le pensait pas. Il préférait attendre, écoutant le souffle de la forêt, ses sons qui la rendaient si mystérieuse et si vivante à la fois. Avec patience, il continua d’observer la demoiselle, sans attendre une réponse en particulier. Pour une fois, il ne pensait pas, n’anticipait pas. C’était comme dans la ville, avec la nymphe. Il ne pensait plus, et laissait faire les choses. Décidément, les derniers mois l’avaient transformé.

Finalement, la demoiselle se décida à bouger. Atalante, lui, ne silla pas. Un oiseau venait de se poser sur la berge, et l’inconnue s’approcha de lui. Cela étira les lèvres du chasseur d’un sourire attendri. Qui n’avait jamais tenté de toucher les plumes à l’aspect si doux des musiciens des cimes ? Aucun adulte, probablement. La demoiselle lui évoqua instantanément une enfant qui explorait le monde. Peut-être était-ce sa première excursion à la surface ? La mer devait constituer son seul monde. Atalante se surprit à se demander à quoi pouvaient ressembler les fonds marins. A quelles merveilles vivre dans la mer nous exposait ? Et à quels dangers ? Après tout chaque univers possédait ses parts d’ombres. Chaque être vivant également. Cela, Atalante le savait mieux que quiconque, désormais…

L’oiseau s’envola, sans surprise. La sirène sourit à son tour. A quoi pouvait-elle bien penser ? Atalante se mit à songer aux possibilités. Se posait-elle des questions sur les hommes ? Se demandait-elle ce quelle allait lui dire ? Le maudissait-elle ? Si le dernier point était vrai, alors elle perdait son temps, car Atalante était, d’une certaine manière, déjà maudit. Son interlocutrice finit par bouger et s’approcher de lui. Là encore, Atalante ne bougea pas. Il ignora la sensation de danger qu’incombait ce rapprochement. Si elle s’attaquait à lui, alors soit. Sinon, il n’y avait rien à craindre. Mais il remarqua bien assez vite qu’il n’était pas le principal objet d’attention de la demoiselle. En effet, celle-ci se pencha sur le faon, et lui ferma les yeux.


- Comme ça je pourrais me dire qu’elle dort…


Encore une fois, elle sembla-t-être une enfant. Le genre qui se dit qu’on ne meurt pas, et se berce de la douce illusion que tout est éternel, en ce bas monde. Atalante perdit son sourire. Il n’y a pas si longtemps, lui aussi pensait comme cela.

-Vous.. Vous auriez dû… Non

Elle s’arrêta, ce qui frustra Atalante au plus haut point. Il désirait savoir. Qu’aurait-il dû faire ? Ne pas tuer cette bête ? Arrêter de chasser ? Arrêter tout ? Aurait-il dû retourner dans cette forêt, loin des hommes ? Aurait-il dû réagir, plutôt que de rester passif ? Aurait-il dû affronter cette déesse plutôt que de tout abandonner ? Aurait-il dû arrêter, avec Artémis, tant que le temps le lui permettait encore ?
Bien sûr, que ce n’était pas ce qu’elle voulait dire. Elle ne savait rien de lui. Mais lui, savait. Lui, se disait chaque jour qu’il n’aurait pas dû, et ce pour beaucoup de choses. Il avait honte de ses actes, de ce qu’il était. Il se détestait pour tout cela.


- Pourquoi semblez vous si… Seul ?

Atalante sursauta. Ça, c’était une question surprenante. Une question qui lui fit un peu mal, dans un sens, car elle le mettait de force face à une réalité qui était douloureuse à voir. Il se calma et ferma les yeux, laissant échapper un petit rire. Ses lèvres esquissèrent un doux sourire.

- Allez savoir… C’est peut-être parce que je le suis… … … Pour tout vous dire, j’ai l’impression de m’être abandonné moi-même, alors ce n’est pas vraiment étonnant...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hékate

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/09/2015
Age : 21
Localisation : sur une rive à attendre un marin

MessageSujet: Re: Quand une sirène se perd...   Jeu 30 Juin - 16:53

La jeune sirène le regardait avec beaucoup d’appréhension, car sa question avait surement dû être trop brutale. Dans sa famille, ils se disaient les choses comme elles étaient alors cela lui paru normal de lui demander une chose aussi rude mais en y réfléchissant un peu, Hékate se rendit compte qu’elle aurait peut-être dû formuler cette question d’une façon plus délicate.
La réaction d’Atalante fut presque incompréhensible pour la jeune fille. Il ferma les yeux un instant avant de sourire.

*Il sourit ?*

Puis la voix du jeune homme se laissa porter par le vent vers la sirène.
Après sa réponse quelques peu déconcertante pour une sirène qui ne connaissait rien du comportement des Hommes, Hékate fut encore plus curieuse.

-Je n’ai jamais vu d’homme seul, comment peut-on s’abandonner soi-même ? Cela n’est pas possible… Nous pouvons abandonner, être abandonné, mais au final nous retrouvons toujours quelqu'un sur qui compter n’est-ce pas ?

C’est avec un débit de voix très rapide que la sirène se lança dans un questionnement incessant. Une fois qu’elle se rendit compte de son comportement elle s’arrêta. Son discours rimait comme si elle tentait de se rassurer elle-même. Après lui avoir lancé un regard presque triste, Hékate reprit.

-Pardonnez-moi, je ne voulais pas en arriver là. Vous me semblez être différent des Hommes qui partent en mer et croient que tout leur est permis. Est-ce vrai ?

Soudain un nuage de petit oiseaux s’envola, une voix d’Homme se fit entendre. La jeune sirène sursauta. Elle se figea, le visage de la sirène se raidit, sa mâchoire se crispa.
Une brise légère vint soulever les quelques mèches de cheveux sèches de la jeune fille, dégageant un regard désormais assombri par ce qu’elle venait d’entendre. Elle resta figée, telle une statue de marbre

_________________
Hékate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atalante
Chasseur
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 23/04/2011
Localisation : La forêt des Satyres

MessageSujet: Re: Quand une sirène se perd...   Dim 17 Juil - 15:27

-Je n’ai jamais vu d’homme seul, comment peut-on s’abandonner soi-même ? Cela n’est pas possible… Nous pouvons abandonner, être abandonné, mais au final nous retrouvons toujours quelqu'un sur qui compter n’est-ce pas ?

Cette réplique lui arracha un petit sourire amusé. La demoiselle semblait encore naïve, apte à ne saisir qu’au premier degré. Mais il devait admettre que ses propos avaient quelque chose de rassurant. Avoir quelqu’un sur qui compter hein ? Peut-être qu’avec un peu de patience, lui aussi trouverait des gens qui le soutiendraient. Quoique cet espoir paraissait bien incertain. Après tout, Atalante lui-même ne se sentait pas digne d’un tel honneur. Cela n’avait rien d’étonnant. Comment pouvait-il croire que certains soutiendraient ses actes quand lui-même ne cautionnait pas ce qui allait faire. Non, au final, il préférait n’avoir personne.

Perdu dans ses pensées, il n’avait pas remarqué que la demoiselle n’avait pas cessé de poser des questions. Il fut bien embarrassé, car il était bien incapable de répondre à ces interrogations. En effet, il n’en avait retenu aucune. Que répondre, dans ce cas-là ? Heureusement pour lui, la demoiselle n’insista pas. Elle lui lança un regard triste et s’excusa.


- Pardonnez-moi, je ne voulais pas en arriver là. Vous me semblez être différent des Hommes qui partent en mer et croient que tout leur est permis. Est-ce vrai ?

L’homme fut quelque peu décontenancé par la question. La demoiselle semblait avoir bien des a priori sur les hommes. Il voulut d’abord répondre positivement, mais après tout, était-il vraiment différent ? Il ne croyait certes pas que tout lui était permis, mais ce qu’il prévoyait de faire ne le différenciait pas vraiment des marins qui sévissaient. Au final, il n’était même plus capable de se juger, à l’heure qu’il était. Mais il n’eut pas le temps de répondre à la sirène, car une autre voix s’éleva dans les airs. Une voix étrangère et masculine. Atalante soupira. Sérieusement, ne pouvait-on pas le laisser tranquille quand il discutait avec de nouvelles personnes ? Le visage de la demoiselle s’assombrit, et il en fut de même pour celui d’Atalante. Tous ses sens en alerte, il mit la main sur son arc. Apparut alors entre les buissons un homme de carrure imposante, un chasseur également, à en juger par son équipement. Atalante le fixa durement.

-Que puis-je faire pour vous ?

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand une sirène se perd...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand une sirène se perd...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la sirène devient une succube ... { Solo }
» Quand Le Loup Se Perd...
» Le Grand Véfour perd une étoile
» Quand on perd une cerise dans les couloirs
» Quand un ange perd ses ailes → Angel S. Sawyer [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité d'Héllenos :: La Cité :: Le Terrain de chasse-
Sauter vers: