AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvailles [PV Thétys]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eykal
Forgeron
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 18/11/2011
Age : 23
Localisation : Auprès de sa bien aimée

MessageSujet: Retrouvailles [PV Thétys]   Jeu 26 Mai - 21:27

Le temps passait.  

En quelques temps, la vie du forgeron avait prit un chemin étrange. Il avait d'abord rencontré une sirène et une voleuse. Voleuse dont il était tombé amoureux. Thétys était devenue sa nouvelle part de bonheur mais elle lui avait dit qu'elle ne stopperait jamais son activité. Heureux et plein de bonne volonté, Eykal avait accepté sa décision et lui avait certifié qu'il se fichait bien qu'elle poursuive ses voyages, qu'il continuerait de l'aimer malgré tout. Pourtant, elle avait commencé à lui manquer dès le moment où elle avait quitté sa maison. Heureusement, il gardait de fabuleux souvenirs de son passage. Et puis, il y avait eut son voyage avec Illion, jusqu'au royaume d'Hadès. En réalité, l'ancien soldat ne parvenait pas à se souvenir pourquoi son jeune ami souhaitait se rendre aux Enfers, cependant, il gardait en mémoire que lui, désirait revoir sa femme. Il avait prié tout l'Olympe pour ne pas l'apercevoir du mauvais côté du Styx. Et ce ne fût pas le cas. Quelque part, il en était déçu, car il aurait voulu contempler une dernière fois les yeux bleus de sa blonde épouse, bien que vides de vie. Il aurait aimé lui chuchoter une dernière fois comme il la chérissait même si, désormais, une autre femme possédait son palpitant.

Ayant pu sortir du royaume des morts, allez savoir comment, il avait recommencé à errer dans celui des vivants, se demandant s'il devait ou non rentrer à Héllenos. Mitigé, il prit la décision de retourner dans son ancienne ville, là où il avait tout perdu. Rasée des années auparavant, aujourd'hui, la petite bourgade revivait. Le forgeron eut presque envie de parcourir les rues jusqu'à son ancienne maison mais la force lui manqua. Il pensait pouvoir relativiser, accepter la disparition maintenant qu'il savait que sa famille ne faisait pas partie des âmes en peine. Que Nenni. Chagriné, il préféra s'isoler pour ne revenir que lorsqu'il serait prêt.

Plusieurs mois après, c'est à coup de grandes exclamations de joie que le forgeron était accueilli. Il revenait enfin à Héllenos. Ses voisins et clients ne manquèrent pas de lui faire comprendre à quel point son absence avait été longue et comme ils avaient hâte de pouvoir recommencer à le fréquenter. Se sentir ainsi entouré fit plaisir à l'ancien soldat. Sa vie était dans cette ville mixte, où paix entre espèces était le mot d'ordre. Sa boutique se trouvait là, sa maison, ses habitudes et... Sa bien-aimée. En repensant à elle, il ne pu s'empêcher de se demander si parfois elle pensait à lui, si même il la reverrait un jour. Peut-être l'avait-elle remplacé puisque de nombreux mois s'étaient écoulés depuis leur dernière rencontre. A cette idée, l'artisan serra les dents et soupira. Il refusait l'idée de perdre la femme aux cheveux de feu mais... Si jamais son cœur se trouvait aux mains d'un autre... Non, réellement, il refusait cette éventualité. En espérant la revoir un jour, il reprit le cours de sa vie. Se levant aux aurores, travaillant les pièces de métal, réparant ou créant objet en tout genre, rentrant chez lui le soir. Ainsi allait sa vie.

Ce matin là, cependant, l'air était chargé d'une aura différente. Du moins, c'est ce que pensait Eykal. Il était persuadé qu'une chose se passerait. Il ne parvenait pas à dire quoi mais il le sentait. Dans sa boutique, il allait et venait entre le comptoir, la réserve et la forge. Enfin, vers la fin d'après midi, la porte de son atelier s'ouvrit. Dos à celle-ci, il ne prit la peine de se retourner, concentré sur son travail. Sertir une bague d'un rubis n'avait rien d'aisé pour quelqu'un qui s'y connaissait peu et l'affaire demandait précision et finesse. La première étant mise, il soupira et enchaîna sur la seconde avant de s'adresser à son client.

- Pardonnez-moi mon impolitesse car je ne vous regarde pas mais je vous entends. Dites-moi ce qui vous emmène ici. Je peux réparer, construire, sertir, tout cela à moindre coût.

Le speech habituel. Habituel mais réel. L'artisan gagnait bien sa vie grâce à la qualité de ses oeuvres, il était même un des meilleurs de sa profession pourtant, il n'était pas hors de prix. Sans doute ce qui faisait sa bonne réputation. Qu'importe au final. Il attendait juste qu'on lui passe la nouvelle commande, qu'il noterait ensuite sur un parchemin et dès demain se mettrait à la réalisation s'il avait le temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thétys
Voleuse
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 02/10/2011
Localisation : Auprès de celui qu'elle aime

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Jeu 26 Mai - 23:41

Il faisait beau ce jour-là. Le printemps arrivait, forçant le passage à travers le froid qui perdurait depuis maintenant plusieurs mois. Les premiers bourgeons faisaient leur apparition, et l’on commençait à entendre, de temps à autre, des oiseaux chanter les beaux jours. Malgré le soleil, la température extérieure restait fraîche, et la quasi totalité de la population restait emmitouflée dans de larges et épais vêtements, ce qui ne rendait pas la tâche facile.
Assise sur un empilement de caisses au croisement d’une ruelle sombre et d’un boulevard bondé, une jeune femme observait les passants à la recherche d’une proie. Malgré son lourd capuchon qui retenait ses cheveux couleur des flammes, de fines mèches parvenaient à se frayer un chemin à l’air libre.

Un paysan, une bonne femme tenant deux jeunes enfants de ses grosses mains, quelques mendiants sur le bas côté et, au loin, le reflet des rayons du soleil sur les gardes d’épées, portées au côté par quelques soldats en patrouille dans le quartier. Pas le moment de traîner ici. Elle avait failli se faire prendre plusieurs fois ces derniers temps. A trop penser, elle devenait moins prudente. Il fallait se reprendre.
Voyant la garde approcher, Thétys se leva et observa les options qui s’offraient à elle. Après un moment d’hésitation, elle se fondit dans la masse en direction du centre de l’Agora. Sur le chemin, elle gagna une bourse et ses pièces d’argent, un bracelet serti d’émeraudes et un petit poignard, de peu de valeur mais visiblement bien affûté.

Elle empruntait ce chemin régulièrement, peut-être un peu moins qu’au début. D’abord, elle avait espéré le voir à travers les vitrines, mais le temps passant, elle se fit une raison et cessa d’observer. Cependant, passer dans cette rue était devenu un réflexe. Instinctivement, elle passa la main à son côté droit, où reposait une dague au métal sombre, qu’il avait appelée Victoire. Elle mériterait d’être affûtée, mais la jeune femme se refusait à la laisser entre les mains de n’importe qui.
Une intuition lui fit tourner la tête. Quelque chose avait changé. Après quelques secondes de réflexion, elle le remarqua. Le verre des vitrines nettoyé, l’enseigne dépoussiérée. Elle crut d’abord à des voleurs ou des squatteurs. Mais aucune vitre n’était cassée, et l’échoppe semblait reprendre vie de l’intérieur.

Les yeux brouillés par les larmes, elle franchit le seuil de la boutique, enclenchant la clochette fixée au mur. Ce simple son fit rouler une perle d’eau le long de sa joue, elle qui n’avait pas osé franchir cette porte après son départ. Prenant son temps, elle regarda les articles, en reconnaissant certains. Et dans l’arrière boutique, une présence, si familière et à la fois étrangère. Lentement, la jeune femme avança, promenant ses doigts sur les armes. Soudain, une voix émana du fond de l’échoppe, une voix qui lui rappela tant de souvenirs, d’intenses souvenirs. Elle ne put retenir ses larmes plus longtemps tandis qu’elle atteignait l’atelier, apercevant la silhouette. Il se tenait dos à elle, concentré sur son ouvrage.

Devait-elle faire demi-tour tant qu’il ne l’avait pas vue ? Après tout, elle n’était qu’une source d’ennui pour lui, une personnalité trop instable, alors qu’il avait besoin de stabilité. Mais partir sans revoir son visage était la dernière chose qu’elle souhaitait. Alors, dans un geste lent, elle retira Victoire de son fourreau et la posa près du forgeron, sur sa table de travail. Et dans un murmure, parce qu’aucun son ne sortait de sa gorge, elle prononça ces quelques mots, qui lui firent plus mal qu’elle ne l’aurait cru.

- Il faudrait la faire affûter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eykal
Forgeron
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 18/11/2011
Age : 23
Localisation : Auprès de sa bien aimée

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Ven 27 Mai - 0:19

Le forgeron s'attendait à tout, sauf à cela.

Alors qu'il poursuivait son minutieux travail, les bruits de pas retentirent pour venir toujours plus près de lui. En général, personne n'osait aller au-delà du comptoir, les clients préférant attendre patiemment que l'ancien soldat se déplace. Sur le coup, la chose ne l'intrigua pas tant que ça. Cela ne faisait pas si longtemps qu'il était revenu, il s'agissait sans doute d'un ami de longue date qui ne l'avait pas vu dès son retour et qui souhaitait simplement constater sa présence. Pourtant, ça ne collait pas avec la démarche prudente du nouveau venu. Un instant l'homme se tendit, inquiet. Quelqu'un voudrait sa peau ? Tout en finissant son oeuvre, le brun se tint prêt à bondir sur son potentiel agresseur quand...

Victoire ? L'arme tinta contre le bois de son établit. Victoire ? L'armurier fixa le métal sombre de ses yeux océan. Victoire ? Il approcha délicatement la main de la garde tandis qu'une voix féminine murmurait. En un instant, son cœur s'emballa, sa gorge se noua. Victoire... Une seule personne possédait cette arme et c'était Elle. Rassemblant tout son courage, Eykal releva lentement les yeux, dirigeant son regard vers la détentrice de l'objet. Un mélange de tendresse, de tristesse, de joie et d'incompréhension envahirent le palpitant du jeune homme. Sa respiration n'avait plus le même rythme et surtout, des gouttelettes salées tombèrent le long de ses joues. Était-ce vraiment elle ? L'artisan se releva lentement et guida ses doigts vers une joue alors qu'il tentait de capter les prunelles émeraude qui capturaient son âme à chaque fois qu'il y plongeait. Était-ce vraiment elle ?

Un mirage ? Une illusion ? Quelle Divinité osait jouer de sa détresse en lui faisant croire que sa voleuse se tenait là, face à lui. Pourtant, les doigts effleurèrent une peau réelle. Aussi douce que dans ses souvenirs. Les mèches folles dépassant du capuchon, couleur de feu, attestaient les faits. Lentement Eykal se recula pour pouvoir la contempler.

- Thétys...

Enfin. Enfin il prononçait son prénom. Enfin il parvenait à accepter son apparition. Elle lui avait tant manqué pendant son vagabondage et maintenant, elle se tenait face à lui.

- Thétys... Je...

Décidément, il ne parvenait pas à dire autre chose que ce prénom. Il s'en voulu immédiatement. Il était parti sans même lui laisser un mot, une indication. Rien. Alors qu'il avait promis, en quelque sorte, de l'attendre et qu'il lui avait avoué son amour. Déglutissant difficilement, Eykal reposa son regard sur Victoire. Elle l'avait donc gardée... Inspirant profondément après s'être mordu la langue, il soupira.

- Tu m'as manqué...

Sa voix s'était finalement brisée tant la vérité éclatait durement au grand jour. Oh oui ! Elle lui avait manqué. Tellement, qu'il aurait pu croire qu'à ce moment là, son cœur s'apprêtait à bondir hors de sa poitrine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thétys
Voleuse
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 02/10/2011
Localisation : Auprès de celui qu'elle aime

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Ven 27 Mai - 10:36

Il marqua un arrêt, observa la dague. Elle resta immobile, effrayée. Qu’allait-il faire ? Que devait-elle faire ? Il était trop tard maintenant pour s’éloigner sans bruit, comme si elle n’avait jamais franchi le seuil de l’échoppe. Autour d’eux, aucun bruit. Même le tumultieux brouhaha de la rue semblait infiniment loin d’eux. Tout ce qu’elle entendait, c’était le battement puissant et irrégulier de son propre coeur. Et son coeur à lui, comment battait-il ? Battait-il seulement ?

Une éternité, ou peut-être une fraction de seconde. Elle ignorait combien de temps s’écoula ainsi. Soudain un mouvement, léger, une main au dessus de la lame et alors elle les vit. Ses yeux, aussi profonds que les abysses. Elle crut voir sa propre âme se refléter sur leur surface, et crut défaillir. Il était là, devant elle, mais elle avait du mal à y croire. Après de si longs mois d’absence, pourquoi était-il revenu ? Et si ce n’était qu’une illusion, un mauvais tour joué à son esprit par quelque démon ?
Il se leva, et soudain, elle sentit ses doigts frôler sa joue. Ainsi il était réellement face à elle. *Il est là*. Elle dût se répéter ces quelques mots de nombreuses fois avant d’y croire.

- Thétys…

Cette voix… Elle eut un mouvement de recul. C’était la même que dans ses souvenirs. Il avait prononcé son nom avec la même tendresse qu’il le faisait autrefois, avec une pointe de tristesse non voilée. Les larmes à présent coulaient à flots sur ses joues, elle ne cherchait plus à les retenir. Combien de fois avait-elle rêvé la nuit, qu’elle le retrouvait, qu’il l’appelait ! Mais aucun songe ne parut aussi réaliste que cet instant précis.
Lentement, elle rabattit son capuchon, exposant sa chevelure. Aucun garde n’entrerait ici, ni ne la verrait, et elle avait trop chaud pour endurer plus longtemps le poids de sa cape.
Son visage était resté le même, mais il arborait une expression qu’elle ne lui connaissait pas. Elle s’appliqua donc à le détailler et à le garder en mémoire. Elle souhaitait se souvenir de chaque expression, de chaque petite ride, chaque imperfection ; pour peu qu’il y en ait. Mais encore une fois sa voix retentit dans le vide de la pièce, faisant sauter un battement à son coeur.

- Tu m’as manqué…

Que répondre à cela ? Lui aussi lui avait manqué, évidement. Elle s’était aperçue de son départ tardivement, et n’avait pu le rattraper. Cent fois elle était passée devant chez lui, devant son échoppe, espérant en vain voir une bougie allumée, un mouvement. Mais il n’était plus là, et elle s’était fait une raison. Elle était retournée à son quotidien, aux nuits à la belle étoile, dans des auberges mal famées les nuits de grands froid. Une fois même, elle s’était retrouvée dans un bordel en marge de la ville. Ses larcins devenaient plus fructueux mais aussi plus dangereux. Elle tentait tout pour l’oublier, penser à n’importe quoi d’autre. Que faire maintenant qu’il était de retour ? Allait-il seulement rester ?

- Tu es parti…

Ses larmes redoublèrent, elle éclata en sanglots. Nombre de fois elle se figurait la vie qu’elle aurait pu avoir avec lui, si leur histoire avait dû durer. Elle rêvait, mais tout était parti en fumée après son départ. La colère submergea son coeur, mêlée de tristesse et d’une joie infinie de le revoir. Elle s’approcha doucement, mais ne put contenir plus longtemps ses émotions, et frappa violemment son torse à plusieurs reprises, libérant enfin tout son ressentiment.

- TU ES PARTI ! TU ES PARTI SANS RIEN DIRE !

Sans penser qu’elle pourrait lui faire mal, le mettre en colère ou la dégouter d’elle, elle laissa s’échapper toute sa rage, en colère contre elle même d’être tombée si stupidement dans le piège de Cupidon, sans penser qu’elle pourrait souffrir le martyr.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eykal
Forgeron
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 18/11/2011
Age : 23
Localisation : Auprès de sa bien aimée

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Ven 27 Mai - 22:03

Évidemment.

Évidement que les retrouvailles ne se feraient pas dans la joie et la bonne humeur. Évidemment que l'histoire ne finirait pas en "Ils vécurent heureux et eurent plein d'enfants."

Évidemment qu'elle serait dévastée...

Mais il ne s'était pas attendu à ce qu'il sente son cœur se briser en un million de morceaux. Les larmes de sa belle, sa voix pleine de rage et de tristesse, les coups qu'elle portait à son torse, frappant sans s'arrêter. Le forgeron la laissait faire, retenant sa respiration tant il souffrait de la voir dans cet état de détresse. Il serra les dents fortement, ferma les yeux et vint simplement placer ses bras autour de la jeune femme, la contenant fermement contre sa poitrine. Péniblement, Eykal retint ses sanglots. A nouveau, sa respiration s'emballa tandis que ses membres tremblaient sans qu'il puisse se contrôler. Comment rester de marbre quand il la savait malheureuse par sa faute ?

Le brun se lâcha enfin. Il osait pleurer à l'oreille de la voleuse et refusait de la lâcher, de peur de la perdre définitivement. C'est vrai, il l'avouait, il l'avait abandonnée. Pire encore, il l'avait laissée pour retrouver son ancienne famille. Il l'avait oubliée par moments mais pas au point de la remplacer par une autre femme. Pas au point de se reconstruire ailleurs. Pourtant, il était là désormais. Il était enfin là et il la tenait. La voix du jeune homme se fit basse. Si basse que personne en dehors de la rousse ne pouvait l'entendre.

- Pardonne moi. Je suis désolé... Pardonne moi...

Tout en s'excusant, l'homme s'écarta pour plonger ses yeux dans ceux de la jeune femme. Il voulait qu'elle voit à quel point il était sincère, à quel point il s'en voulait vraiment. Doucement, il glissa sa main le long de sa joue, essuyant délicatement une larme puis colla son front au sien, cherchant au passage à récupérer une respiration normale. L'ancien soldat se sentait honteux. Terriblement honteux d'être la cause d'une telle blessure à l'âme. Aussi, gorge nouée, il se détacha une nouvelle fois pour se rasseoir, se contentant silencieusement d'attendre le verdict en se mordant la lèvre inférieure, tête basse. Finalement, il osa encore une fois prendre la parole.

- Je comprendrai si tu... Si tu m'en veux et si tu me détestes. Je...

Je ? Je rien. Il n'y avait pas de fin à sa phrase, pas de fin à ses mots. Retenant un grognement, il se passa les mains sur le visage puis dans les cheveux, comme pour se donner du courage. Le courage d'affronter la belle bien qu'il ne se sentait pas du tout à la hauteur de la chose...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thétys
Voleuse
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 02/10/2011
Localisation : Auprès de celui qu'elle aime

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Sam 28 Mai - 23:58

Se défouler. Extérioriser sa colère, lui montrer l’ampleur de sa tristesse, de sa détresse. Voilà tout ce qu’elle pouvait faire pour lui faire comprendre ce qu’elle avait ressenti quand il était parti, et la façon dont elle avait vécu les mois qui avaient suivi. Le chagrin accumulé lui arriva entier en pleine figure alors qu’elle le revoyait, lui. Depuis combien de temps était-il rentré ? Avait-il seulement essayé de la retrouver ? Ou s’était-elle bercée d’illusions en s’inventant un grand amour, qui finalement n’était pas réciproque ? Elle n’avait eut aucune nouvelle, n’avait pas entendu parler de son retour, alors que nombre des habitants de la ville l'appréciaient. Ils en auraient forcément discuté au croisement d’une rue, donnant à un ami des nouvelles d’un autre. Mais rien. Pas même le murmure de son nom dans toute la cité.

Elle voulut le repousser quand il la prit dans ses bras, toujours empreinte d’une colère noire. Seulement, après quelques instants, ses forces l’abandonnèrent, et retrouver ses mains sur son corps, sa joue tout contre son torse, toutes ces sensations firent tomber ses dernières tentatives de résistance. Tant de fois elle avait espéré qu’il la prenne à nouveau dans ses bras, précisément comme il le faisait maintenant. Un sentiment de sécurité l’envahit, l’impression d’être chez elle, chose qui ne lui était jamais arrivé, peu importe le nombre d’endroits qu’elle avait fréquenté. Son ancre dans ce monde, elle le comprenait maintenant, c’était lui. Seulement lui.

Sa voix douce, emplie de chagrin, serra le coeur de la jeune femme, alors que ses propres larmes se tarissaient. Bien vite il se détacha d’elle, et son regard lui fendit l’âme. Un instant trop proche, le suivant trop loin, elle ne savait que penser, n’arrivait pas à réfléchir. Son coeur restait muet, incapable de démêler lui-même toutes ces émotions.
Il s’assit doucement face à elle, tel un condamné à mort attendant patiemment son châtiment. Comment pouvait-elle lui en vouloir, alors qu’il était là devant elle, libérant inconsciemment toute la honte et la culpabilité qui le pesaient ? Comment ne pas le pardonner ? Elle l’aimait trop pour lui en vouloir plus longtemps. Elle l’avait comprit bien avant son départ. Elle était folle amoureuse de lui. Si seulement il lui avait parlé, elle aurait compris, l’aurait laissé partir. La trahison ne ferait pas partie de sa peine.

Il était là, suppliant presque, la vue brouillée par les larmes. Le coup partit sans même qu’elle en soit consciente. Elle avait levé la main et l’avait envoyée à une vitesse fulgurante, en plein sur sa joue. Le bruit avait fait écho dans toute la pièce, se répercutant sur les murs. Le bras en suspens, elle comprit ce qu’elle venait de faire, et le regretta aussitôt. Mais après tout, elle ressentit ce geste comme un point final, une conclusion à l’étalage de sa colère. Toute la tension accumulée en elle venait de disparaître.

- Tu l’as pas volée celle-là !

Elle avait prononcé ces mots avec plus de conviction qu’elle ne s’en serait sentie capable. Elle se sentait à nouveau forte, et prête à affronter la vie, mais pas sans lui. Presque aussitôt, elle lui prit les mains, le força à se lever et se lova contre lui. À présent détendue, le visage moins crispé, elle ferma les yeux, espérant qu’il ne lui tiendrait pas rigueur de ce geste.
Un souvenir lui revint en mémoire. La première gifle qu’elle lui avait donné, alors qu’ils ne se connaissaient pas encore, et qu’après son larcin raté, elle avait tenté de se dérober discrètement. Il l’avait rejointe plus loin dans la foule et l’avait retenue, ce qui lui valut une belle marque sur le côté droit de la face.
Se remémorer cet épisode la fit sourire, son coeur et le rythme de sa respiration se calmèrent. L’oreille collée contre son torse, elle entendit les battements de son coeur, qui lui semblèrent saccadés.

Elle leva la tête vers lui et passa une main sur sa joue blessée, douce cette fois-ci. Elle voulait qu’il lise son âme dans son regard, comme il le faisait autrefois. Doucement, dans un murmure, elle le regarda droit dans les yeux et prononça son nom pour la première fois depuis leurs retrouvailles.

- Eykal… Promets moi que tu ne partiras plus. Promets moi que tu vas rester !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eykal
Forgeron
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 18/11/2011
Age : 23
Localisation : Auprès de sa bien aimée

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Dim 29 Mai - 16:25

Le son de la gifle résonna dans la pièce entière. La main qui s'était écrasée sur sa joue laissait une sensation de brûlure et de douleur contre sa peau. Dans sa tête, l'écho des paroles de la jeune femme. Il ne l'avait pas volée, en effet. Il méritait amplement cette tarte dans la gueule mais il ne s'était pas du tout attendu à devoir encaisser une marque de violence physique, là maintenant. Les yeux dans le vague, Eykal retint un sourire malicieux. Thétys était définitivement plus caractérielle que sa défunte épouse, d'autant que ce n'était pas la première fois qu'elle le frappait. Et puis,la rouquine décida de la suite, le forçant à se lever avant de se coller contre lui. Sans faire de mouvement, le forgeron laissa sa belle se coller contre son torse et enfin elle daigna lui parler avec la douceur qu'elle lui connaissait depuis qu'ils se considéraient comme un couple. Même ses gestes étaient tendres.

Difficilement, il avala sa salive en tentant de calmer en vain son cœur, qui, encore une fois, se serra. Soupirant, il murmura à l'oreille de son aimée.

- Je te jure de ne plus partir... Je ne te laisserai plus !

Enfin, il l'enlaça fortement, la serrant fortement contre son cœur en retenant de nouveaux sanglots. Il se l'avouait, perdre la voleuse détruirait son âme et il deviendrait sans doute un de ces hommes qui maudissent Aphrodite, déesse de l'amour. Se reculant légèrement, le forgeron caressa lentement la joue de sa moitié du pouce, se perdant dans ses yeux sans retenue. Dieux, qu'elle lui était essentielle !

Nouvelle épreuve. L'homme laissa ses doigts glisser au coin des lèvres de la jeune femme. Son sale caractère, sa voix, ses câlins, tout cela lui avait manqué mais autre chose manquait à ces retrouvailles. Délicatement, comme la première fois qu'il avait goûté à ses baisers, Eykal se pencha vers Thétys pour venir effleurer ses lippes. Comme la première fois, il se retira bien vite pour entrevoir la réaction de son opposée.

En attendant qu'elle se décide, l'artisan revient coller la bouche contre l'oreille de son amie, revenant alors chuchoter ces fameux mots.

- Je t'aime...

Encore une fois, il revint poser les lèvres les siennes. Cette fois plus amoureusement, plus passionnément. Il voulait lui prouver que malgré son départ, elle restait l'élue de son cœur, que tout ce qu'il ressentait pour elle ne s'était pas envolé durant les mois de séparation. Après tout, rien ne pouvait entâcher cette part de bonheur même s'il l'avait mis à rude épreuve en très peu de temps.  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thétys
Voleuse
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 02/10/2011
Localisation : Auprès de celui qu'elle aime

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Dim 29 Mai - 18:46

Enfin, après ce qui lui sembla une éternité, il passa ses bras autour d’elle et l’enlaça avec force. Elle perçut ce geste comme un signe de fort attachement, et se promit de retenir la promesse qu’il venait de lui faire. Elle avait suffisamment souffert, et supposait qu’il en avait été de même pour lui. Elle ressentait la force de ses muscles, la chaleur de son corps et les palpitations de son coeur. Chaque détail trouvait une place dans sa mémoire. Même son odeur, le parfum viril du forgeron, de l’homme, resta gravé dans sa mémoire. Son corps ne répondait qu’à ses mains, ses effleurements, son souffle le long de sa nuque. Comme s’il avait laissé une empreinte indélébile chaque fois qu’il l’avait touchée, et qu’elle ne pouvait désormais réagir que si ces mêmes mains la possédaient à nouveau.

Écartant son visage, elle vit, à l’expression de son regard, qu’il ne lui en voulait pas pour son geste, et que ses sentiments répondaient en tout point à ceux de la jeune femme. Ce pouce qui caressait sa joue, elle ne le connaissait que trop bien. Ces yeux qui parlaient sans émettre aucun son, elle les comprit, et les laissa faire. Il l’avait déjà embrassée tant de fois, et pourtant elle vécu ce baiser comme une première expérience. Oui, il avait changé. Avait sûrement dû vivre des choses dures. Elle le ressentait sur ses lèvres. Il n’était plus le même, et elle ne l’en aimait que plus. Lui aussi avait dû prendre conscience de la profondeur de ses propres sentiments.

Son second baiser était tout aussi doux, bien que plus accentué, et elle y répondit avec toute la douceur dont elle était capable. Il le lui avait dit, elle était sûre d’avoir entendu ces mots. Il l’aimait toujours, malgré les longs mois et la distance. Oui, il l’aimait. Et elle voulut lui faire comprendre qu’elle aussi, était toujours folle de lui. Mais présentement, elle avait du mal à parler, la gorge nouée par l’émotion. Pour se faire comprendre, elle rendit son baiser plus tendre et plus passionné, n’aspirant qu’à lui dire qu’elle aussi, elle l’aimait.

Après ces quelques instants de bonheur, elle se recula, les yeux brillants de larmes qui ne couleraient pas, et détailla son visage une énième fois. Comme il était beau ! Elle passa le bout de ses doigts le long de sa mâchoire, de son nez, jusqu’à sa tempe. Son sourire refusait de la quitter, tant la présence du jeune homme la rendait heureuse.
Puis se rappelant soudain où ils se trouvaient, son regard parcourut la pièce. Rien n’avait changé, tout était à sa place, comme s’il n’était jamais parti. Quelques bougies ça et là amélioraient l’éclairage de la pièce. Sur l’établi, une oeuvre encore inachevée. Maintenant certaine d’avoir récupéré son amour, elle se détacha de lui, non sans regret. Mais il faisait un tel travail qu’elle en restait souvent émerveillée. Et bien sûr, son attirance pour les pierres précieuses n’avait pas changé ! Une magnifique bague surmontée d’un rubis éclatant trônait sur la table. Un instant, elle fut happée par son éclat.

- Ton travail est toujours remarquable. Ce bijou est magnifique…

Prenant un air sérieux, elle se tourna vers lui, bien décidée à lui faire part une fois pour toutes de ses sentiments.

- Eykal, ces derniers mois ont été très durs. Je n’avais aucune idée de l’endroit où tu étais, et cette inquiétude m’a rongée jusqu’à aujourd’hui. Je t’aime, du plus profond de mon coeur. Seulement j’ai besoin que tu me laisses un peu de temps. Je veux avoir confiance en toi, et je sais que ce sentiment reviendra. Mais tu es parti, et tu m’a fait tellement souffrir. Je ne te demande qu’un peu de patience.

Disant cela, elle s’approcha à nouveau de lui et l’embrassa. Elle n’avait pas l’intention de partir, il en était hors de question. Tout ce qu’elle souhaitait, c’était qu’il comprenne l’ampleur de ce qu’il avait fait, et qu’il fasse tout pour se rattraper. Comme elle tenterait de rattraper le peu (mais néanmoins important) de temps perdu avec lui.

- Je t’aime, n’en doute jamais...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eykal
Forgeron
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 18/11/2011
Age : 23
Localisation : Auprès de sa bien aimée

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Lun 30 Mai - 22:24

Le forgeron avait écouté les propos de la rousse sans dire un mot. Il se faisait docile, ne cherchant pas à la couper une fois, gravant chaque son dans sa mémoire. Du temps. Elle voulait du temps. Quoi de plus normal alors qu'il l'avait abandonnée ?  Cependant, une pointe de colère naquit dans son âme. Il ne l'avait pas vraiment abandonnée dans le fond. Elle avait décidé de rester voleuse et de poursuivre ses errances. Finalement, elle avait décidé de le quitter, lui, pendant un moment avant de revenir quand bon lui semblerait. Il n'était pas seul responsable de la situation. Certes, en suivant le jeune garde, il savait qu'il partirait un moment, certes en allant jusqu'aux Enfers il y avait eu un fort pourcentage de ne jamais revenir mais... En même temps, si la jeune femme était restée avec lui, alors peut-être qu'il n'aurait jamais osé l'aventure. Pourtant, l'ancien soldat retint pour lui toute cette réflexion. Il l'avait suffisamment fait souffrir, en témoignait la belle baffe qu'il s'était reçu.

Un nouveau baiser et enfin elle déclarait ses sentiments. Eykal eut du mal à retenir son sourire stupide et les battements de son cœur trahissaient la joie qu'il ressentait. Cela ne l'empêcha pas, cependant, de s'éloigner une nouvelle fois, soupirant profondément. Il se leva et prit la main de la brigande pour la faire asseoir tandis que lui-même, prenait place sur le bord de sa table de travail, gardant les doigts féminins entre les siens.

- Il faut que je te dise pourquoi je suis parti. Il me semble que tu as le droit de savoir.

Prenant une profonde inspiration, il montra le collier en forme d'étoile trônant autour de son cou. Avec énormément de délicatesse, il détacha la cordelette et posa le bijou face à sa belle, suffisamment proche pour qu'elle puisse l'examiner.

- Ceci appartient... Appartenait... A ma femme. Avant toi, Thétys, j'étais marié et père. Alors que j'étais parti en guerre, un groupe de... Monstres a attaqué mon village. Mon fils n'avait même pas cinq mois quand ils ont décimé mon ancien chez moi. En revenant victorieux de mes batailles, mes compagnons et moi avons trouvés uniquement les cadavres de nos familles et certaines bêtes étaient encore là pour admirer leur carnage. On les a tué mais ça n'a ramené personne à la vie. C'est pour ça que j'ai quitté la garde. Et puis....

Le forgeron posa son regard bleu embué sur le talisman. Au centre, deux étoiles de saphir brillaient faiblement à la lumière des bougies. Il observa la représentation de ceux qui étaient autrefois les siens  avant de plisser les yeux, dans l'espoir qu'aucune larme ne coule. L'homme se racla la gorge pour reprendre contenance et poursuivre son histoire.

- Et puis j'ai entendu qu'on construisait Héllenos. Je suis venu pour y vivre en paix. Pour ne plus avoir de sang sur les mains, pour ne plus perdre personne. Et... Je t'ai rencontré. Mais ce n'est pas tout...

Lentement l'artisan se passa la main sur le visage avant de se tenir le menton, frottant lentement son bouc en réfléchissant aux mots qu'il devait employer. Tranquillement il se gratta la joue et caressa la main toujours dans la sienne, comme s'il cherchait à voler un peu de courage à sa moitié mais aussi comme s'il désirait savoir si elle voulait entendre la suite. Aussi, il leva les yeux vers elle pour essayer de capter son regard. Se redressant alors, il avala sa salive puis reprit son récit.

- Après ton départ, un jeune soldat est venu à la boutique. J’affûtais son épée et on a discuté. Je ne sais plus de quoi exactement mais, à la fin, nous avons décidé de rejoindre le royaume d'Hadès. J'y suis allé parce que je voulais les revoir une dernière fois ou du moins, m'assurer qu'ils avaient pu passer. Nous sommes arrivés jusqu'au Passeur et ensuite... Je ne me souviens de rien. Mes derniers souvenirs remontent au moment où nos chemins se sont séparés. J'avais le choix. Revenir à Héllenos ou parcourir un peu le monde avant de rentrer. J'ai choisi de retourner sur mes anciennes terres mais comme le souvenir était trop douloureux, j'ai préféré voyager un peu. J'ai appris plusieurs choses sur mon métier, appris à manipuler de nouveaux métaux et matériaux. Je suis revenu plus grand.

L'homme s'arrêta, comprenant que dans son élan il parlait de choses que ne comprendrait pas Thétys. Tout ce qui touchait à son emploi ne passionnerait sans doute pas la jeune femme mais qu'importe, autant sauter cette partie pour revenir à la fin de son histoire.

- Et pour information, je suis de retour depuis peu. Moins de dix jours. Tout mes proches ne sont pas au courant. Et toi, tu ne l'étais pas avant aujourd'hui. A vrai dire, je ne pensais pas te revoir en ville avant un moment à cause de ta... Profession. Mais je n'ai jamais cessé de penser à toi. Jamais.

Lentement, l'homme se pencha pour caresser du revers de la main la peau de la femme au regard émeraude, s'approchant pour venir effleurer ses lèvres du bout des siennes, souhaitant lui prouver son amour. S'ensuivit un second baiser, plus appuyé que le premier et un troisième, toujours plus tendre que les précédents. La bouche proche de la sienne, Eykal n'hésita pas à offrir un petit sourire amusé tout en étant légèrement crispé, chuchotant si bas que la demoiselle pouvait à peine l'entendre.

- Cela dit, le jour où tu es enceinte de mon enfant, je te tuerai si tu pars en vadrouille au lieu de prendre soin de vous. Je t'aime. Tu es mon nouveau jour, mon nouveau soleil. Ma nouvelle raison d'être Thétys la voleuse...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thétys
Voleuse
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 02/10/2011
Localisation : Auprès de celui qu'elle aime

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Mar 31 Mai - 19:49

Tout comme il l’avait écoutée, elle l'observa et lui laissa le temps de commencer son récit. D’abord il ne dit rien, se contentant de décrocher un pendentif de son cou, bijou qu’elle n’avait jamais remarqué auparavant. Elle se pencha pour l’examiner attentivement et le frôla du bout des doigts, remarquant les deux saphirs qui brillaient en son centre. Il était magnifique, mais lorsqu’elle apprit son origine, elle en eut un pincement au coeur, détournant le regard, gênée. Elle l’écouta patiemment, ne pouvant même imaginer ce qu’il avait vécu. Elle refit mentalement son parcours, ayant elle-même beaucoup voyagé. Mais il ne lui décrivit pas en détails les lieux qu’il avait vu. il lui raconta brièvement ses aventures, retrouvant un visage apaisé. C’était toujours le cas quand il parlait de cette passion qu’il avait, et c’était ainsi qu’elle aimait le voir.

De temps à autre, elle lui pressait doucement la main, voulant l’encourager à continuer son histoire. Toutefois, il termina en confiant qu’elle n’avait jamais quitté ses pensées. Souriante, elle accueillit son baiser, et les autres qui suivirent, répondant aussi tendrement qu’elle le pouvait. Il effleura ses lèvres, et la jeune femme crut qu’il ne parlait que pour lui. Mais un mot, un seul, retint son attention, la faisant rougir jusqu’aux oreilles. Ainsi donc, il avait des projets pour eux deux ? Pensait-il vraiment que leur relation pouvait aller plus loin ? Ou était-ce des paroles en l’air ? Non. Elle le connaissait bien maintenant, et savait qu’il ne prenait pas ce genre de sujet à la légère. Un instant, elle imagina une maison, un jardin ensoleillé, et au centre, un bambin aux cheveux bruns et aux yeux verts jouant avec un papillon. Cette pensée la fit sourire, bien qu’elle eut du mal à s’imaginer dans une telle situation.

Elle se leva, prit la chaîne d’ou pendait une étoile et la passa autour du cou du jeune homme, l’attachant délicatement sur sa nuque. Elle posa ses lèvres sur les siennes, replaçant le pendentif sous sa tunique. Sa confession l’avait touchée au plus profond de son être, et elle était émue qu’il ait partagé cette partie de sa vie avec elle. Mais au fond de son regard, elle vit quelque chose qu’il n’avait encore jamais éprouvé à son égard, ou du moins, elle le pensait. Du reproche. Pour quelle raison ? Elle se promit de lui en parler, mais plus tard. La dernière chose qu’elle souhaitait était de rompre ce moment. Elle caressa son visage, cherchant un moyen de détourner son attention de ses tristes souvenirs.

- Tu m’as manqué. Je… Elle prit une inspiration, sur le point de prendre une décision difficile. Je ne veux plus être loin de toi. Ces longs mois m’ont appris que je ne peux plus me passer de toi, je ne le veux plus. Je vais rester à Héllenos, pour de bon. Elle marqua une pose, voyant le regard du forgeron s’agrandir tandis qu’elle parlait. Mais elle reprit aussitôt. Ne te méprends pas, je n’ai pas l’intention d’arrêter… ce que je fais. Je vais juste me cantonner à Héllenos. Du moins j’essaierai.

Elle espérait que ces paroles le soulageraient un peu, mais elle était sincère. La séparation avait été douloureuse. Elle était revenue en ville après seulement quelques semaines ; peut-être trois ou quatre ; et avait eut la mauvaise surprise de trouver la maison d’Eykal vide. Elle ne voulait plus jamais ressentir cette boule au ventre qui était apparue en elle à ce moment là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eykal
Forgeron
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 18/11/2011
Age : 23
Localisation : Auprès de sa bien aimée

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Jeu 2 Juin - 2:32

Lorsque la femme aux cheveux de feu s'était levée pour rendre au forgeron son bien, l'attachant autour de son cou, l'homme n'avait pas hésité une seconde avant de passer ses bras autour de la fine taille, laissant ses yeux saphir se poser sur le doux visage face au sien. Paisiblement et tendrement, il ne se lassait pas de la détailler, comme s'il cherchait à graver le maximum d'éléments dans le marbre de sa mémoire. Tandis qu'elle prenait la parole, l'ancien combattant passa sa main sur le dos de sa belle, le lui caressant d'haut en bas avant de s'arrêter aux propos. Avait-il bien entendu ? Elle décidait de... De rester à Héllenos ? Lui qui lui tenait rancune quelques instants auparavant parce qu'il s'était senti abandonné avant d'entreprendre son voyage, désormais, il se sentait complètement idiot. La jeune femme faisait un tel sacrifice pour lui qu'il eut l'impression de n'être pas digne de son amour bien que quelque part dans son esprit, une petite voix criait victoire. Pourtant, la nouvelle restait surprenante. La demoiselle sembla remarquer aussi l'étonnement et clarifia les choses en annonçant qu'elle ne renoncerait pas à son activité pour autant. Évidemment, il fallait s'en douter car il sentait bien que seul un événement important lui ferait arrêter les délits. Ça ou une arrestation par la garde. Ou... Le Dieu de la Mort... Cette dernière perspective n'était clairement pas la préférée du jeune homme. Il chassa très vite l'idée de son esprit et se mit à sourire, posant les mains sur les joues encore roses. Eykal supposait alors que c'était à cause de la chaleur de la forge, dans l'arrière boutique, à côté de son petit atelier. Lentement, il laissa ses pouces se promener sur la peau féminine.

- Tu es bien certaine de le vouloir ? Je veux dire... C'est dans ton tempérament de partir en vadrouille pour tes... affaires. Si tu es ici, tu sais que la moindre erreur te sera fatale. Il te faudra prier Hermès pour qu'il t'aide, si jamais il se sentait le cœur miséricordieux. Je ne veux pas risquer de te perdre...

L'inquiétude de cette perte se fit grandement douloureuse pour le jeune homme. Il se prenait à prier tous les Dieux de ne pas lui ravir sa compagne et suppliait silencieusement qu'ils la protègent car elle se trouvait être son plus précieux trésor. Il fit taire sa peur pour se recentrer sur Thétys et sa décision.

- Je suis tout de même content que tu veuilles rester avec moi ! Tu sais que ma petite maison est aussi la tienne et je serai le plus heureux des hommes si tu venais vivre avec moi. J'ose espérer que tu y avais pensé !

Doucement, Eykal laissa un rire échapper d'entre ses lèvres. A nouveau il sentit son palpitant s'emballer. Il revoyait sa première nuit avec la chapardeuse, le repas, le lit, le sommeil. Tout ce qu'ils avaient vécu suite à cette fameuse nuit. Les baisers, les rires et tout ce qui s'ensuivait. Une nouvelle fois, ses pensées revinrent aux Dieux, particulièrement à Aphrodite et son envoyé, et les remerciait mille fois du don qu'ils lui faisaient. Lentement, il approcha sa tête de celle de son opposée, colla leurs fronts et soupira de bien-être, murmurant une nouvelle fois.

- Tu imagines combien c'est agréable de se dire qu'en rentrant, on retrouve la personne qu'on aime plus que tout ? Combien c'est fabuleux de s'endormir avec cette personne et de se réveiller pareillement ? J'ai l'impression de rêver. D'être dans le plus merveilleux des rêves.

Comme pour confirmer ses dires mielleux, Eykal ferma les yeux et vint coller ses lèvres sur celle de Thétys, échangeant avec elle un long et doux baiser, cherchant à lui prouver une nouvelle fois comme il l'aimait. Prit dans ce cocon de tendresse, il n'entendit pas la clochette de la porte. Un client venait de passer le seuil et tapait sur le comptoir pour attirer l'attention du patron. Souhaitant profiter un peu plus de son aimée, le forgeron ne s'écarta pas immédiatement jusqu'à ce que l'arrivant se fasse plus insistant. Une légère grimace d'agacement et l'homme fut contraint de libérer sa belle, lâchant un "Je reviens" puis de rejoindre l'avant de la boutique.

Revenant quelques minutes après, il revint auprès de la rousse et lui prit les mains, caressant délicatement ses doigts avec un sourire.

- Tu me feras l'honneur de partager mon repas, n'est-ce pas ? On pourra même passer par les bains avant, si tu le souhaites.

Hommage à un petit souvenir qu'ils avaient en commun, hommage qui agrandissait son sourire, mêlant joie, moquerie et malice. Enfin, il se remit à son tabouret et prit Victoire par la garde, examinant sa lame d'un air professionnel, la tournant dans un sens et dans l'autre. D'un regard satisfait, il reposa l'arme sur son plan de travail et récupéra une pierre d’affûtage, commençant sa besogne.

- Tu as bien pris soin d'elle. Elle sera prête dans quelques instants. Comment comptez-vous me rémunérer, madame ?

Nouveau sourire amusé. Quel bien cela faisait de retrouver la jeune femme. Vraiment, cela lui faisait un bien fou.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thétys
Voleuse
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 02/10/2011
Localisation : Auprès de celui qu'elle aime

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Sam 4 Juin - 20:02

Elle remarqua tout de suite l’éclat dans son regard, celui qui l’avait fait chavirer dès le premier instant. Il semblait si heureux de la décision qu’elle venait de prendre qu’elle ne put s’empêcher de sourire, et se retrouva émue de provoquer une telle émotion chez lui. C’était bien la première fois qu’elle était source de bonheur pour quelqu’un. Peut-être avec ses parents, mais ça remontait si loin qu’elle n’en gardait aucun souvenir. Après réflexion, dans tous les souvenirs heureux qu’elle avait, pas une fois il n'était absent de sa mémoire. Il avait toujours été là. Il était pour elle ce qu’elle était pour lui, une bouffée d’air frais, un véritable bonheur. Elle se rendit alors compte qu’avant de le connaître, ne régnaient dans son coeur que chagrin et solitude, ses seules sensations de plaisir étant apportées par le vol. Oui, outre le fait d’y avoir recours pour manger et survivre, elle aimait ça, c’était une partie d’elle.

En entendant ses propos, elle se remémora leur pari, alors qu’il la pensait peu expérimentée en matière de subtilisation. Elle lui avait prouvé qu’il avait tort, et depuis il n’avait plus mis en doute ses talents de voleuse. Elle n’eut pas à ouvrir la bouche, son regard lui signifiant explicitement le fond de sa pensée. Ils n’allaient pas revenir sur le sujet. Héllenos était une cité bien assez grande, et durant son absence, elle avait pris connaissance de quelques échappatoires en cas de course poursuite avec les gardes.

Un son de cloche, des bruits de pas, et des coups dans la boutique. Se refusant d’abord à accueillir le client, le jeune homme n’eut d’autre choix que la laisser seule quelques instants. Après un baiser de plus, il se sépara d’elle et s’éloigna.
Vivre avec lui. Bien sûr qu’elle y avait pensé. Mais jamais elle n’aurait osé le lui demander, et elle était heureuse qu’il le fasse. Les derniers taudis qu’elle avait connus étaient tous plus lugubres les uns que les autres, les bordels, dans un état lamentable. Évidemment, ce n’était pas simplement pour dormir au chaud et en sécurité qu’elle accepterait. Elle avait du mal à imaginer ne pas dormir et se réveiller à ses côtés. Sa présence lui était maintenant devenue indispensable. Mais non, elle ne parvenait pas à imaginer les sentiments qu’il lui avait décrits. Jamais elle ne s’était retrouvée auprès de quelqu’un et en avait été heureuse. Au contraire, ces rares moments avaient souvent relevé du cauchemar. Les quelques hommes qu’elle avait connu s’étaient surtout servi d’elle pour leur plaisir ou pour gagner de l’argent sur son dos. La seule fois qui pouvait s’apparenter à ce qu’il décrivait, c’était le fameux soir où ils étaient allés chez lui en compagnie de la jeune femme qu’elle avait volée et où, pour la première fois, elle s’était sentie bien. Mais ils avaient vécu tellement de choses en une seule journée que sa nuit fut loin d’être paisible.

Un éclat attira son attention. Elle se dirigea vers une table où reposaient de petites boîtes contenant des pierres précieuses, ces joyaux qu’elle affectionnait tant. Elle prit délicatement un rubis entre deux doigts, étonnée par sa pureté. Un instant elle se demanda où le forgeron pouvait bien se fournir en pierres. Jamais elle n’en avait volé de si belles. Elle reposa le rubis et examina un à un les autres pierres présentes sur la table.
Le jeune homme revint au bout de quelques minutes, lui proposant une virée au thermes avant de manger. Elle ne sourit pas aussi franchement qu’elle l’aurait voulu, les souvenirs liés à ce lieu étant assez pénibles. Mais justement, c’était une bonne occasion de les effacer et d’en créer de nouveaux avec l’homme qu’elle aimait, et cette pensée la rendit joyeuse.

- Ce serait avec plaisir. Puis regardant sa dague, elle se pencha au dessus de son épaule et passa les mains dans son dos. Évidemment ! Elle m'est très précieuse, et c’était tout ce qui me restait de toi.

Sa dernière question la fit sourire, et profitant de sa concentration, elle tira sur sa tunique et passa les mains en dessous, remontant tranquillement le long de sa colonne vertébrale. Elle usa de ses ongles pour effleurer sa peau, et glissa le bout de son nez dans le creux de son cou, avant d’y déposer ses lèvres.

- Je te remercie de faire ça. Je ne voulais pas que quelqu’un d’autre y touche, alors tu penses bien qu’au bout de tout ce temps, elle s’est quelque peu émoussée. Tu sais, j’ai gagné un peu d’argent ce matin avant de venir, mais je ne suis pas sure d’avoir assez. On pourrait peut-être s’arranger autrement !

Disant cela, elle recommença les baisers au creux de son cou, mordillant parfois gentiment le lobe de son oreille. L’une de ses mains passa de l’autre côté, frôlant les muscles de son torse du bout des doigts.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eykal
Forgeron
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 18/11/2011
Age : 23
Localisation : Auprès de sa bien aimée

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Sam 11 Juin - 12:41

L'homme était plongé dans son travail, aiguisant la lame qu'il avait patiemment créé avant qu'elle appartienne à la rousse. La jeune femme lui parlait, plaisantant et se faisant plus câline que jamais. Un instant Eykal frissonna sous les caresses de la belle, sa peau réagissant immédiatement au traitement des doigts féminins. Quant à ses lèvres dans son cou... Le forgeron n'y était pas insensible puisqu'il se trouvait être sensible à cet endroit. Finalement, il abandonna l'arme à moitié finie et se laissa faire par la voleuse. Son cœur recommençait à battre la chamade, sa respiration se fit plus profonde et les frissons reprirent toujours plus fort. C'est avec un sourire en coin qu'il posa sa main sur celle sous sa tunique.

- Tu veux bien me laisser finir avant qu'on s'arrange ? Pas que ça me déplaise mais disons que... Tu mets ma concentration à rude épreuve.

Il en profita tout de même pour attraper sa compagne par la nuque et vint lui voler un doux baiser. Après quoi, il se mit à sourire et chuchota.

- Laisse moi encore une quinzaine de minutes et ça devrait être bon. Si tu veux... Tu peux aller à la maison et m'y attendre. Poser tes affaires ou...

Eykal détailla le visage de la rouquine, caressa ses joues délicatement puis finalement, l'incita à se rapprocher pour l'avoir dans ses bras, lui faisant prendre place sur ses jambes. La tenant assise contre lui, il entreprit sa vengeance en venant poser de doux baisers appuyés sur son épaule, remontant petit à petit jusque dans son cou, la maintenant un peu plus fort contre son torse pour qu'elle ne tente pas de s'enfuir.

- Ou alors... On reste ici, on ne fait rien d'autres que profiter l'un de l'autre. T'en dis quoi ?

Pour faire valoir sa proposition, l'ancien soldat reposa ses lèvres sur les parcelles de peau visibles de la jeune femme, soufflant chaudement dessus par moment. A son tour, l'homme glissa les mains le long de la colonne vertébrale de sa douce, se faisant tendre dans ses longues caresses. N'y tenant plus au bout de quelques minutes, l'homme repoussa doucement Thétys en lui murmurant à l'oreille qu'il revenait. Sans remords, le forgeron fit la fermeture de sa boutique. Il ne voulait plus être dérangé et perdre du temps, temps qu'il pouvait passer avec la jeune femme.

En revenant à l'arrière boutique, il happa sa belle par la taille, la collant fermement contre lui. Ses yeux se perdirent une nouvelle fois dans les siens et il vint l'embrasser à quelques reprises avant de revenir s'en prendre a sa gorge.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thétys
Voleuse
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 02/10/2011
Localisation : Auprès de celui qu'elle aime

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Ven 17 Juin - 23:51

La peau du jeune homme frissonna au contact de ses doigts, ce qui la fit sourire ! Elle était contente de constater que leur longue séparation n'avait en rien altéré l'attirance qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre. Jouant l'innocence, la voleuse se laissa hypnotiser par les reflets de la lumière sur la lame de la dague, tout en passant le bout de son nez le long de la mâchoire du forgeron. Elle savait qu'il appréciait ce genre d'attention, pour les lui avoir déjà prodiguées. Il était très sensible à la délicatesse et à la douceur, ce qu'elle appréciait beaucoup chez lui. Rares étaient les hommes aussi patients et attentionnés. S'il toutefois il y en avait, elle n'avait pas eu la chance d'en croiser un.
Elle prenait plaisir à le taquiner, l'empêchant de se concentrer sur sa tâche. Mais sa proposition de l'attendre chez lui la déstabilisa. Elle prenait conscience de sa situation, leur situation. Non pas que l'idée de vivre avec lui lui fasse peur. Simplement, c'était quelque chose de nouveau pour elle. Un pas de plus à franchir. Elle sourit timidement mais n'eut pas le temps de répondre, sentant des bras puissants lui  enserrer la taille pour la faire asseoir sur les genoux du jeune homme. Il parsema sa peau de baisers, la tenant fermement contre lui comme pour l'empêcher de s'éloigner.
Un instant elle s'imagina chez lui, ou plutôt chez eux, attendant qu'il rentre du travail, un repas sur le feu, et frissonna malgré elle de déplaisir. Non, ça ne se passerait pas comme ça. Elle n'était pas ce genre de femme. Au contraire, elle rentrerait après lui, ou peut-être en même temps, fatiguée d'une journée pleine d'actions peu honnêtes, les bras chargés de trophées. Elle ne les déploierait pas devant lui, trop respectueuse pour lui montrer la vraie nature de la femme qu'il avait choisi d'aimer. Ils prépareraient à manger ensemble et après un repas à se raconter leur journée, elle passionnée par le récit du jeune homme et éludant quelques détails de son propre programme, ils iraient se coucher ensemble. Voilà comment elle voyait les choses.

Les caresses du forgeron sur sa nuque la ramenèrent au moment présent. Elle y répondit bien vite, sentant la chaleur de son corps à travers leurs vêtements, et se pressa plus contre lui. Une main passa dans ses cheveux bruns, tandis que de l'autre, elle caressa son bras du poignet à l'épaule, se voulant douce. Elle frissonnait sous le souffle chaud qu'il portait sur sa peau, et les paroles qu'il prononça ne firent qu'accentuer le sentiment de désir qui naissait en elle. Mais bien vite il l'éloigna et se leva, lui promettant de revenir rapidement. Comprenant son intention, elle le laissa partir et tendit les bras lorsqu'il revint près d'elle. Il fit montre de plus de force en la prenant par la taille, mais son baiser fut si doux et passionné qu'elle en eut le vertige. Elle fit quelques pas en arrière, le maintenant tout contre elle, jusqu'à buter contre l'établi qu'elle sentit dans son dos. Son regard plongea à nouveau dans celui d'Eykal, et elle y lut tout le désir et tout l'amour qu'il ressentait pour elle.

Ses mains passèrent sur son torse, sa poitrine, ses épaules, et vinrent se souder dans sa nuque, attirant son visage tout contre le sien pour l'embrasser une seconde fois.

- Eykal, on ne devrait pas. Pas ici ! Tu as raison, je devrais t'attendre chez toi.

Mais ses mots se perdirent dans un fougueux baiser, alors qu'elle tentait de rassembler ses pensées pour ne pas perdre pied, ici, maintenant. Mais après tout, à quoi bon ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eykal
Forgeron
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 18/11/2011
Age : 23
Localisation : Auprès de sa bien aimée

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Sam 25 Juin - 11:50

- Chez nous.

S'était empressé de répondre Eykal. Il n'était plus seul désormais. Thétys partageait sa vie, maintenant, c'est elle qui venait de lui annoncer.

En retrouvant les bras de la rousse, l'homme ne s'attendait pas à ce que les choses prennent tant d'ampleur. Oui, elle lui avait manqué. Oui, il la désirait autant qu'au premier jour, voire plus. Et oui, il l'aimait plus que tout. Cependant, il ne s'était pas attendu à perdre tout contrôle, toute volonté, pour se laisser aller par son désir. Alors qu'elle les fit reculer jusqu'à l'établi, le forgeron en profita pour la faire asseoir dessus. Il posa lentement les mains sur ses côtes et les caressa longuement avant de lui sourire.

- Aurais-tu peur ?

En reprenant le contrôle de ses faits et gestes, l'ancien soldat vint coller son front contre celui de sa belle et ferma les yeux, gardant le sourire aux lèvres. Le désir qu'il avait pour elle était extrêmement fort bien que la situation manquait de romantisme. Soupirant doucement, Eykal vint doucement embrasser l'épaule gauche de la voleuse et remonta lentement le long de sa clavicule jusqu'au creux de sa gorge. Délicatement, il dévorait sa peau de doux baisers pendant que ses mains caressaient tranquillement ses côtes. Petit à petit, il guida ses lèvres vers la joue de la belle et enfin vers son oreille. Être ainsi contre la demoiselle lui faisait perdre pied bien qu'il tentait au mieux de garder le contrôle. Son cœur battait toujours plus fort et il avait l'impression que la petite salle de travail était devenue un sauna tant la chaleur était assommante.

- Si tu veux t'en aller, ma douce, c'est maintenant ou jamais, pendant que je ne suis pas en train de perdre tous mes moyens.

Amusé par ses propres paroles, le brun se mit à sourire un peu plus. Il se décolla légèrement de la jeune femme, posa ses mains à plat sur la table et attendit qu'elle se décide. Est-ce qu'elle rentrerait et l'attendrait ou resterait-elle ici, avec lui ? Un instant il se demanda s'il fallait qu'il rouvre la boutique mais trouvait préférable de la laisser close, au final. Tendrement, l'homme captura les mains de sa moitié et vint les coller contre ses lèvres. Il embrassait paisiblement ses doigts tout en dominant cet embrasement qui le submergeait. C'était définitif. Elle lui faisait perdre la tête.

Toujours en se contrôlant au mieux, Eykal vola un tendre baiser à la rousse avant de murmurer.

- Choisis ce qu'on fait. On le fera. Je te suivrai. Même au bout du monde s'il le faut.

Comme pour montrer sa bonne moi, le forgeron se recula d'un pas avant de se diriger vers la porte de l'atelier. Il ne prit pas la peine de l'ouvrir et préféra s'y adosser en attendant une réaction de sa moitié.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thétys
Voleuse
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 02/10/2011
Localisation : Auprès de celui qu'elle aime

MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   Lun 11 Juil - 0:32

Ce fut un moment bref, mais intense. Si puissant qu'elle perdit la notion de temps et d'espace. Seuls comptaient leurs deux corps, aussi proches qu'il était possible, et leurs baisers, passionnés, fougueux, pressants. Jamais encore elle n'avait ressenti une telle émotion. Était-ce nouveau aussi pour lui ? Elle ne saurait le dire, mais ses appels implicites lui firent comprendre, si elle ne le savait pas déjà, la profondeur de ses sentiments.
Rapidement cependant il reprit le contrôle de lui-même, lui lançant au passage une pique qui ne pouvait que la faire intérieurement bondir. Approchant au maximum son visage de celui du jeune homme, elle fit preuve d'une maîtrise difficilement contrôlée pour stopper l'avancée de sa bouche à quelques millimètres de la sienne.

- Moi, peur ? Si tu me poses cette question, c'est que tu me connais mal.

Un sourire en coin, elle plongea son regard dans le bleu profond des yeux d'Eykal, se sentant soudain happée par les abysses de cet océan infini. Elle pouvait sentir son souffle chaud caresser sa peau, tandis qu'elle même haletait de plus en plus. Sur le point de craquer et de l'embrasser, elle perdit d'un coup son regard, et sentit ses lèvres parcourir son épaule et remonter dans son cou, la faisant chavirer. Le passage de ses mains la firent fondre, et elle profita de la concentration qu'il employait à la caresser pour à son tour, poser délicatement le bout des doigts sur sa peau. Le plus doucement du monde, elle leva le bas de sa tunique et effleura son ventre. Mais n'y tenant plus, ses mains vinrent se plaquer d'un coup sur ses muscles saillants, et remontèrent sur son torse puis ses pectoraux, magnifiquement taillés grâce au dur labeur qu'il effectuait chaque jour. Un instant plus tard, elle se figeait, incertaine de comprendre le sens de ses paroles.

- Que je m'en aille ? Est-ce que je te donne l'impression de vouloir partir ? Irritée, sa voix montait peu à peu dans les aigus. Et si en fin de compte c'était toi qui avait peur ? Et en plus t'es content de toi ?

Son sourie ne faisait que s'élargir à mesure qu'elle s'énervait. Il se moquait d'elle ! Et, par de légers baisers volés, il tentait de l'amadouer. Quel culot ! La faire monter au comble de l'excitation pour finalement la faire redescendre brusquement. POUF ! Le pire, c'est qu'il ne semblait pas se rendre compte de ce qu'il lui faisait. Ce n'était pas de la colère, elle l'aimait trop pour être en colère après lui. Fâchée, passe encore... Non, elle était clairement frustrée ! Physiquement !
Il s'éloigna, lui laissant le choix de partir ou rester, mais elle pouvait deviner qu'il s'agissait d'un jeu pour lui. Il ne voulait pas qu'elle parte, et pensait qu'elle n'en avait pas envie non plus. *Je vais te rendre la monnaie de ta pièce mon gars !*. Elle descendit de la table et se pencha pour récupérer sa cape, qu'elle jeta sur ses épaules, avant de s'avancer vers la porte qu'il bloquait de tout son merveilleux corps musclé. Elle croisa les bras, attendant qu'il fasse un pas de côté. Car s'il avait décidé de ne pas bouger, elle ne pourrait certainement pas le déplacer toute seule.

- Pousse toi. Puisque tu me poses la question, je veux partir. Tu n'as qu'à finir ma dague et tu me rejoindras à la maison lorsque tu auras fini. Je t'attendrai chez toi... Enfin, chez nous.


Malgré elle, un léger sourire éclaira son visage lorsqu'elle prononça ces dernières paroles. A présent, elle n'était plus seule.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retrouvailles [PV Thétys]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles [PV Thétys]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité d'Héllenos :: La Cité :: L'Agora :: Au Royaume d'Héphaïstos-
Sauter vers: