AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre au marché PV: Calypso

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Calypso
Modérateurs
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 14/11/2011

MessageSujet: Re: Rencontre au marché PV: Calypso   Dim 22 Jan - 21:48

-Non. Pas forcément morte, mais c'était aussi une possibilité. Étant une femme, tu aurais probablement pu te faire violer ou pire, vendre en esclavage..

Il parlait de cela comme si c’était un acte anodin. Oui, bien sûr. Après tout c’était totalement normal et insignifiant de se faire violer, de violer, d’être esclave ou de tuer quelqu’un. C’est bien pour cela que cet homme lui laissait une désagréable impression de malaise quand il ouvrait la bouche. Parce qu’il semblait avoir vécu tant de choses affreuses qu’elles lui semblaient normales. Pourtant, un meurtre, restait un meurtre, un viol restait un viol, et le mal restait le mal : immoral, répréhensible et à éviter. Et pourtant, aussi paradoxal que cela pouvait paraître, on en avait besoin pour survivre. Du moins, c'était le cas si l'on écoutait les paroles d’un homme toujours en vie, mais au regard si expressif qu’il semblait déjà mort.

Celui-ci se releva, et s’éloigna. Elle fut soulagée de ne plus sentir le poids de son corps sur le sien. Ce regard était déjà bien assez oppressant, elle n’avait pas besoin de plus. Enfin, elle l’avait cherché, au final. C’était-elle qui s’était imposé ce bien triste traitement. Un coup de pied bien placé renvoya la dague à elle. Elle hésita un instant, avant de la saisir.


Celui qui reste planté comme un piquet comme ça risque de mourir, gamine. Il faut que tu bouges sans arrêt, sinon, ce serait comme inviter quelqu'un à te transpercer la poitrine d'une épée ou avec une lance. Dans une bataille ou un combat, les chances de se faire blesser sont aussi grandes que de se faire tuer, donc, combattre blessée sera normale. Allez, remets-toi debout

Elle tiqua de nouveau à l’appellation « Gamine ». Elle n’était pas si jeune que ça ! Et à tous les coups, il n’était pas beaucoup plus vieux qu’elle ! Enfin, il lui faudrait ignorer ces détails si elle voulait supporter cet individu le plus longtemps possible. Après un temps, elle obéit à l’homme et poussa sur ses jambes afin de se relever, ignorant la douleur lancinante qui traversait ses pieds. Cela faisait un moment qu’elle avait mal ainsi. Mais, aussi étrange que cela puisse paraître, cette douleur avait été si présente qu’elle ne la sentait maintenant presque plus. Comme si son corps s’y était habitué…
L’homme se remit en position –elle se fit d’ailleurs la réflexion qu’elle ne connaissait pas son nom, mais inhiba sa curiosité. C’était en s’intéressant aux autres qu’elle se faisait piéger. Elle se contenta plutôt de raffermir sa prise sur la dague. Cette fois, elle ne flancherait pas. C’était étrange. Elle oscillait constamment entre l’envie de combattre, et celle de fuir. A chaque seconde, elle luttait contre elle-même, pour que sa volonté ne vacille pas. Et pourtant, elle se tenait bien droite, et bien déterminée devant l’homme. Peut-être était-ce sa fierté qui la poussait à ne pas fuir. Il fallait dire que la demoiselle pouvait être têtue, quand elle le désirait.

Il fonça. Elle eut un mouvement de recul. Ce qu’il pouvait être rapide! Il fallait qu’elle soit en mouvement. Aussi recula-t-elle encore, et quand son adversaire et professeur se baissa pour lui faire un croche patte, elle parvint à exécuter un bond en arrière. Elle esquiva ainsi la balayette,  mais se réceptionna mal sur ses pieds et eu un mouvement de déséquilibre. Elle n’eut pas le temps de se stabiliser qu’une lame fusait déjà vers elle. Toujours vacillante, la sirène parvint à parer le coup in extremis, mais la force de celui-ci la désarçonna. Elle trébucha alors qu’elle reculait, et finit par tomber sur les fesses. Un gémissement étouffé s’échappa de sa gorge, et à peine leva-t-elle les yeux vers son adversaire que l’éclat d’une lame fusait déjà sur elle. Elle fixa un moment le métal tranchant pointé juste sous son nez, avant de pousser un soupir agacé.


-Ça ne rime à rien ! Je suis exténuée, et ce n’est pas en une soirée que je parviendrais à me défendre correctement, on ne peut pas remettre cela à un autre jour ?


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristopher Moreau

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 23/04/2015

MessageSujet: Re: Rencontre au marché PV: Calypso   Lun 23 Jan - 4:31

Il se rendait bien évidemment compte du ton qu'il prenait lorsqu'il parlait, mais que faisait Kristopher concernant cette affaire ? Rien du tout. Un environnement dur produisait des hommes et des femmes durs comme le roc et aussi froids que l'acier, selon lui. L'assassin avait été victime d'atrocités et commettait lui-même des atrocités sans grandes émotions, sans grand regret. C'était ce qui faisait de lui quelqu'un de bon à engager d'ailleurs. Aucun état d'âme concernant des meurtres ou gâcher des vies. Rien du tout. Il était le néant et il rappelait les âmes au néant. Comme une Faucheuse faisant son sale boulot. Bien qu'elle eût aussi des sentiments. Bien qu'il eût aussi des sentiments. Bien qu'il fît d'autres choses pour passer le temps.

Entraîner cette gamine en était une. Pour ne pas qu'elle devienne un cadavre vers la fin du mois que l'on trouverait dans un caniveau, la gorge ouverte, la robe déchirée et le corps brisé. Il ne faudrait pas qu'elle connaisse quelque chose de terrible, bien qu'en un sens, cela lui serait bénéfique sur le plan personnel. Elle en tirerait des leçons. Lui, il en avait retiré des leçons. Surtout de la part des Voix qui s'étaient montrées plutôt absentes ces derniers jours. C'était surement bon signe, qui sait. Jusqu’à présent, aucune erreur de faite.  

Elle s'améliore, pensait-il en la voyant esquiver son attaque, elle s'améliore en effet. Kristopher avait senti un potentiel en la jeune femme, quelque chose qui pourrait la motiver à combattre, ce qui s'était avéré juste. Elle avait même paré son coup, mais rapidement, il répliqua en mettant sa lame sous son nez, gagnant une nouvelle fois. Elle perdit patience cependant. Soudainement, Il l'attrapa par la gorge, la souleva avant de la plaquer contre un mur proche aisément, les pieds hors de terre.  

''Écoute-moi bien. Je t'avais averti que je ne me montrerais nullement doux avec toi. Tu voulais apprendre à te battre, tu apprendras de moi. Si tu pars cependant, jamais plus je ne t'apprendrais et tu devras apprendre ailleurs, je doute cependant que tu te sois capable de te payer un maître d'armes ou de te trouver quelqu'un d'autre qui sera capable de t'enseigner. Moi, je le peux, et je le fais sans te faire payer non plus. Alors tu te tais... Ou je serais dans l'obligation de te laisser un petit cadeau avant que tu ne partes pour de bon'' Dit-il, une note sombre sur les derniers mots avant de la relâcher et de reculer de quelques pas, reprenant sa position initiale.

''La vie ne sera jamais douce avec toi ni avec moi ni avec personne. Pour chaque moment de paix, une tempête se prépare. Alors pendant ces moments de paix, prépare-toi à la tempête.''

Puis il fonça de nouveau, cette fois de manière plus violente. Il essaierait de lui faire une entaille au niveau de la joue pour ensuite lui donner un coup de pied au niveau du ventre dans le but de la faire reculer avant de lui donner un autre coup de poing au visage, pour l'assommer et la mettre à terre.  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calypso
Modérateurs
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 14/11/2011

MessageSujet: Re: Rencontre au marché PV: Calypso   Dim 29 Jan - 12:33

Il l’avait prévenue qu’il serait dur et sans pitié. Il lui avait annoncé la couleur dès le début. Elle le savait. Pourtant, la réaction de l’homme à ses propos fut d’une violence qui la surprit, aussi poussa-t-elle un petit cri quand il se saisit de sa gorge. Elle se sentit soulevée, et laissa échapper un gémissement étouffé quand son dos heurta le mur. Tout le poids de son corps reposait désormais sur sa gorge, tant et si bien que sa trachée se vit dans l’incapacité de laisser passer le moindre filet d’air. La demoiselle suffoqua, le visage devenant rouge, ses mains tentant en vain de lutter contre celle de l’assassin. Ses ongles se plantaient fébrilement dans la peau de l’homme, sans parvenir à le faire lâcher prise. Son esprit parvenait à peine à capter ce que son agresseur lui soufflait. Elle sentait l’oxygène lui manquer, et le sang affluer anormalement sous la peau de son visage. Le stress monta en flèche, imprégnant tout son corps d’un unique message : « Il me faut de l’air ». Elle comprit quelques bribes de phrases. Le fond de ces propos était bien simple, au final. Elle devait choisir entre renoncer à jamais ou apprendre en cet unique instant. Et dans le cas où elle choisirait la première option, il se pourrait qu’elle ne s’en sorte pas indemne. Enfin, au train où allaient les choses, il se pourrait qu’il en aille de même dans le second cas. Mais là n’était pas la question. La demoiselle se sentait de plus en plus fébrile. Sa gorge devenait douloureuse. Il fallait qu’elle respire, ou l’assassin apprendrait bientôt l’art du combat à un mort.

Enfin, l’étreinte qu’on exerçait sur sa gorge disparut. Elle se sentit tomber, et ses jambes n’eurent pas la force d’amortir sa chute. Tombant à genoux, elle prit une grande inspiration, puis cracha ses poumons. L’homme la sermonna de nouveau. Encore une fois, il parlait de la vie, de sa dureté et de son imprévisibilité. La demoiselle, toussant toujours, le fusilla du regard. Certes, elle n’avait pas vécu ce que semblait avoir vécu ce type, mais la vie n’avait pas vraiment été tendre avec elle non plus. Et de son point de vue, on n’avait pas besoin de se faire manipuler, torturer, violer et de devenir un sociopathe maniacodépressif pour savoir qu’il fallait se préparer au pire. Et puis, d’une certaine manière, elle se demandait si ce sort était bien enviable. Certes, les êtres qui vivaient les pires choses étaient les mieux préparés, mais malgré tout, ils restaient brisés, aigris. Certains individus pouvaient ne jamais avoir rien vécu de terrible, mais cette inconscience formait justement un cocon de bonheur que Calypso pouvait envier. Certes, ces gens-là finissaient toujours par vivre des choses plus ou moins difficiles, mais les longs moments d’insouciance qu’ils avaient pu partager avec leurs proches ne compensaient-ils pas ? A moins que ce bonheur rende justement la chute beaucoup plus difficile. Calypso n’était sûre de rien. Ce qu’elle savait, c’est qu’elle ne faisait pas partie de ces gens-là. Mais surtout, elle savait qu’elle n’avait pas besoin d’un psychopathe lui répétant toutes les trois secondes que la vie était compliquée, sa présence seule suffisant déjà à rappeler à la sirène la dureté de son existence.

Seulement elle n’eut pas le temps de répliquer. A peine s’eut-elle relevée, haletante, que l’homme lui fonçait déjà dessus, la dague brandit devant lui. C’était vraiment un échange à sens unique. Mais qu’importait, elle n’était pas là pour satisfaire son envie de lui clouer le bec. Elle allait en baver, et elle en avait conscience. Elle recula rapidement, avec plus d’aisance que la première fois, mais ne fut pas assez rapide. La dague frôla sa peau, et la demoiselle sentit soudain un picotement au niveau de sa joue qui l’alarma. C’est qu’il l’attaquait vraiment, avec ça ! Un instant, elle se demanda s’il n’aurait pas été plus rentable pour elle de ne pas savoir se battre et de se débarrasser de cet individu. D’un point de vue probabiliste, elle avait beaucoup moins de chance de se faire attaquer dans la rue que de finir cet entrainement en un seul morceau. D’ailleurs, elle n’avait plus fait attention à ses pieds. Cette réflexion manqua de ramener la douleur à sa conscience, aussi s’efforça-t-elle de penser à autre chose. Au combat actuel, en l’occurrence.

La posture de l’homme lui indiqua qu’il comptait lui donner un coup de pied au niveau du ventre, mais son corps ne sut que faire pour parer un tel coup. Si elle reculait encore, elle finirait contre ce même mur où elle avait failli mourir étouffée. La rage monta dans sa poitrine. Si cet individu s’était contenté de lui expliquer, peut-être cela aurait-il était plus simple. Mais ce n’était pas le cas. Gauchement, elle fit un pas de côté, qui lui permit d’esquiver le coup. Seulement, encore une fois, la réception sur ses pieds fut des plus approximatives. Elle avait décidément de bon réflexe (peut-être cela venait-il de sa moitié poisson ?) mais son équilibre était vraiment mauvais. Et puis, cet individu était vraiment rapide. N'était-il pas blessé d'ailleurs? Enfin, qu'importait. Après de grands moulinets de bras, elle finit par se stabiliser, mais il fallut qu’elle rompe son équilibre de nouveau, car un poing fusait droit sur son visage. De nouveau, elle esquiva in extremis, pivotant légèrement et déviant le coup d’une main. L’autre s’était d’ailleurs avancée inconsciemment vers son adversaire, la lame de sa dague tendue vers son coeur. La demoiselle ne s’expliquerait jamais pourquoi elle avait porté ce coup. Le fait est qu’elle l’avait porté tout de même. De toute manière, avec un assassin de cette envergure, jamais une telle attaque ne parviendrait à atteindre sa cible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristopher Moreau

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 23/04/2015

MessageSujet: Re: Rencontre au marché PV: Calypso   Dim 29 Jan - 23:04

Cette émotion dans les yeux de la jeune fille quand elle l'avait étranglé, cette émotion lui était si familière, si quotidienne, qu'il en était devenu insensible et indifférent. Le regard de ceux qu'il avait connu en tant qu'anciens esclaves avaient ce genre de regard aussi, effrayé de la mort, de ce qu'il y avait. Mais Kristopher était a présent un instrument de la Mort lors de sa propre mort, sans nul doute qu'il l'accueillerait comme un vieil ami disparu depuis longtemps déjà. Il l'accueillerait comme il accueillerait sa propre famille, ses propres amis, ses protégées... Si la Mort devait inexorablement le prendre, il regretterait sans doute cependant de laisser derrière soi ses gamines.. Ses gamines. Il en aurait presque rit en pensant à ces mots qui décrivaient ses protégées. Un père avec ses filles adoptives... Il en aurait définitivement rit. Rit de sa propre faiblesse, de sa propre douleur de les perdre, de perdre quelqu'un de nouveau.

Mais quand il la relâcha, elle réagit de manière plutôt rapide, un peu plus rapide que la dernière fois. Fort bien, elle apprenait. Kristopher avait appris lui aussi a la dure de se battre et ça lui avait porter fruit. Des fruits d'expériences et des années d'expérience derrière lui, d'assassinat, d'entretenir son corps quotidiennement. Elle réagit de manière encore plus rapide quand il tentait de l'attaquer, esquivant ses attaques cependant de manière in extremis, au dernier moment. Elle apprenait vite. La raison de sa brutalité d'attaques était qu'elle devait apprendre à se défendre contre des attaques de ce genre, les gardes se montrant souvent avec des glaives ou des épées, frappant bien brutalement.

Ce qu'il vit au dernier moment par contre, il ne s'y attendait pas. La lame de la jeune femme s'enfonça légèrement dans sa poitrine, heureusement en partie bloqué par une plaque de métal qu'il portait dans son gros manteau en guise de protection légère. Une partie du bout de la lame s'enfonça dans sa poitrine, mais Kristopher reprit rapidement des esprits, en faisant de même avec la jeune femme, en enfonçant aussi une partie du bout de la lame en elle sans pour autant causer une grosse blessure.

Immobile, il la regardait dans les yeux.

''Tu la sens, la mort qui est proche ? Tu peux me tuer... Comme je peux le faire. C'est de ca que tu te nourriras dans un combat, le sentiment d'être proche de la mort. Et c'est-ce qui te motivera à te battre. La rage de vivre et de vaincre la Vie. De montrer au monde que tu n'es plus le mouton, mais le lion.''

Puis il recula de quelques pas en retirant la lame au passage, roulant des épaules.

''Bien joué. Je savais que tu avais du potentiel.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calypso
Modérateurs
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 14/11/2011

MessageSujet: Re: Rencontre au marché PV: Calypso   Sam 4 Fév - 15:28

La demoiselle écarquilla les yeux, alors que sa lame s’enfonçait dans le torse de l’homme. Ses prunelles se posèrent sur la dague, dont le bout disparaissait dans le tissu noir. Un mince filet de sang glissa le long du métal, jusqu'à atteindre sa main. La sirène commença à trembler alors que le liquide chaud s’infiltrait entre ses doigts. Ce… ce n’était pas du tout ce qu’elle avait prévu de faire.
Un mouvement. Une mince douleur au niveau de son ventre. Ses yeux s’agrandirent davantage, et elle baissa lentement la tête, avisant la lame qui s’était plantée dans sa propre chaire. Elle sentit un liquide couler le long de son ventre, sa robe blanche s’imprégner du sang. Elle releva les yeux, une lueur d’incompréhension dans le regard. Son esprit tentait désespérément de comprendre la situation, sans y parvenir, comme si ses rouages avaient été bloqués. L’homme plongea ses iris argentés dans les siennes. Bizarrement, les tremblements de Calypso se firent plus virulents.


-Tu la sens, la mort qui est proche ? Tu peux me tuer... Comme je peux le faire. C'est de ca que tu te nourriras dans un combat, le sentiment d'être proche de la mort. Et c'est-ce qui te motivera à te battre. La rage de vivre et de vaincre la Vie. De montrer au monde que tu n'es plus le mouton, mais le lion.


A vrai dire, la demoiselle ne sentait rien. Elle était comme paralysée, attendant que l’assassin esquisse le moindre mouvement pour agir. Peut-être l’attaquerait-elle. Peut-être qu’elle fuirait. Elle ne savait pas vraiment. En effet, il  n’y avait nulle trace de réflexion dans son esprit. Plus tard,  en y réfléchissant, elle comprendrait que c’était cela, se sentir proche de la mort…
L’assassin retira sa dague et s’éloigna, délaissant de sa cible la lame de la sirène. Celle-ci demeura un moment le bras tendu, des gouttes de sang s’écoulant de ses doigts. Elle finit par se réveiller, et plaqua sa main contre la plaie sanguinolente que l’homme lui avait infligé. Contre toute attente, celle-ci ne saignait pas tant que ça, et n’était pas si douloureuse. Il y avait certes un léger picotement, mais cela était supportable, largement plus supportable que la douleur qui lui brûlait toujours la gorge. Elle jeta tout de même un regard noir à l’assassin. Celui-ci avait bien failli la tuer. Elle aussi, cela dit, mais ce n’était pas la même chose. Elle était d’ailleurs quelque peu effrayée par ce qu’elle venait de faire. Pour rien au monde, elle ne désirait faire mal à autrui.

Bien joué. Je savais que tu avais du potentiel.

Cette réflexion ébahie la sirène, qui eut un mal fou à tenter de ne pas exploser.

Bien joué?! Non non non…  ça ne va pas du tout… J’avais dit défensif. Je ne veux pas faire ça. Je ne veux tuer personne… je veux juste savoir me défendre si besoin..

Elle baissa sa lame, et sentit une grande fatigue la gagner. Ses pensées se mélangeaient dans son crâne. Entre bien et mal, ce qu’elle désirait, la raison pour laquelle elle s’entraînait, tout devenait flou. La frontière entre chaque concept s’effaçait peu à peu. La sirène finit par appliquer sa main libre sur son front, exténuée. Par Zeus, quelle était fatiguée…

-Je ne veux pas être comme vous… finit-elle par déclarer frébrilement

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristopher Moreau

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 23/04/2015

MessageSujet: Re: Rencontre au marché PV: Calypso   Dim 5 Fév - 23:02

Kristopher avait une nouvelle fois vue ce regard dans les yeux de la sirène... Ce regard qui était a présent celle de quelqu'un qui se rendait compte qui n'avait agit qu'en suivant son instinct, ses émotions. Une haine, une colère profonde et ardente. Puis un instant de regret, de peur, d'effroi... Celle de devenir un prédateur, une bête qui tuait. Les gens de faible esprit ou simplement non habitués à la dureté du monde réagissait de cette façon. Kristopher avait lui aussi réagit de cette façon... Simplement, ce n'était pas aussi intense que ce que Calypso semblait ressentir en ce moment. Elle tremblait et les pupilles de ses yeux s'étaient dilatés sous l'émotion forte qu'elle ressentait, a la pensée de ce qu'elle avait fait.

Elle posa les mains sur sa blessure après qu'elle se soit retirée et parla d'une voix tremblante et effrayée. Ne pas être comme lui.

-Tu veux ne pas devenir comme moi... Alors dans ce cas-la, tu deviendras un futur cadavre. Tu penses sérieusement que neutraliser ton adversaire et t'enfuir ensuite suffira ? Non, gamine. Ça ne suffira jamais. Fuir ne sera jamais assez, ni se cacher non plus. Parfois, il faut prendre de grands moyens... Et tuer ceux qui nous veulent du mal dans la mesure que le cadavre de ton adversaire servira d'exemple aux autres. La concurrence entre les assassins est fortes dans cette ville et je fais partie de l'un des meilleurs assassins d'Hellenos. Ils ne me font pas de mal, ou du moins certains d'entre eux en tout cas, car ils savent que je les tuerais sans hésiter.

Kristopher rangea sa lame dans son étui et se croisa les bras.

-Fais ce que tu veux. Tu peux partir et ne plus jamais me revoir, me haïr, me détester jusqu’à la moelle... Mais tôt ou tard, tu reviendras me voir. Car personne d'autre ne voudra t'entraîner, gamine. Personne.

Il se retourna et resta immobile et silencieux un moment.

-Autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calypso
Modérateurs
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 14/11/2011

MessageSujet: Re: Rencontre au marché PV: Calypso   Ven 24 Fév - 19:16

-Tu veux ne pas devenir comme moi... Alors dans ce cas-la, tu deviendras un futur cadavre. Tu penses sérieusement que neutraliser ton adversaire et t'enfuir ensuite suffira ? Non, gamine. Ça ne suffira jamais. Fuir ne sera jamais assez, ni se cacher non plus. Parfois, il faut prendre de grands moyens... Et tuer ceux qui nous veulent du mal dans la mesure que le cadavre de ton adversaire servira d'exemple aux autres. La concurrence entre les assassins est fortes dans cette ville et je fais partie de l'un des meilleurs assassins d'Hellenos. Ils ne me font pas de mal, ou du moins certains d'entre eux en tout cas, car ils savent que je les tuerais sans hésiter.

La demoiselle eut un soupir dépité, et avisa avec dégoût sa propre lame. L’homme et elle n’avaient décidément pas la même notion de « style défensif ».

-Entre vous et un cadavre, hein ? La différence est mince…

Tuer ou être tuer. Le monde était-il vraiment régit par cette unique loi ? Elle ne le croyait pas vraiment, mais d’un autre côté, ne serait-il pas plus logique de se fier à la vision d’un homme qui avait passé sa vie à combattre, et avait survécu ? Ou bien cet avis était-il erroné, entaché par une quelconque période assez sombre pour chasser toute émotion du cœur d’un homme ? Etait-ce au moins son réel avis? Ou mentait-il, comme des milliers d’autres, dans un but obscur à propos duquel la sirène ne désirait pas réfléchir. Trop de questions, comme d’habitude. Et si peu de ressource pour en trouver le dénouement. Par lassitude, et peut-être un peu par dépit, elle décréta qu’elle ne chercherait pas de réponses ce soir. Demain serait un nouveau jour, et sûrement aurait-elle assez dormi pour décider s’il fallait tuer son assaillant pour vivre tranquillement sa vie.

Le lendemain, elle songerait d’ailleurs qu’aussi vrai qu’un cadavre pouvait en effrayer plus d’un, il pouvait aussi éveiller la colère des autres.

L’homme rangea son arme, et croisa les bras. Là, droit, le regard dur, dans la pénombre, les cicatrices barrant son visage, il sembla plus imposant que jamais. La sirène le fixa tout aussi durement. Elle ne l’appréciait pas du tout, non seulement de par son côté profondément antipathique, mais également par sa rigidité, et par la facilité avec laquelle il semait le doute en elle. Cela était d'ailleurs plutôt évident. Mais, après une courte réflexion, elle se rendit compte que l'homme n'était pas le seul dans ce cas. Au final, la sirène n’appréciait pas beaucoup de monde. Elle se demanda si ce n’était pas elle qui avait un problème. Puis elle se rassura en se disant que cela devait être normal, de ne pas apprécier quelqu’un comme l'assassin.


-Fais ce que tu veux,
déclara-t-il, tu peux partir et ne plus jamais me revoir, me haïr, me détester jusqu’à la moelle... Mais tôt ou tard, tu reviendras me voir. Car personne d'autre ne voudra t'entraîner, gamine. Personne.

-Si c’est une fatalité, répondit-elle avec dédain.

L’homme se retourna. Un silence vint s’installer. La demoiselle se demanda pendant un instant s’il la laissait partir. Finalement, l’assassin posa une dernière question, à savoir s'il y avait encore quelque chose qu'elle voulait. Du moins, c'est ce qu'elle en comprit. La sirène réfléchit un moment. Elle ne désirait pas vraiment retrouver cet homme, mais songeait qu’elle aurait effectivement besoin de lui, car elle était encore trop faible pour se défendre seule. En cela, elle ne pouvait nier que l'homme avait raison. Il y aurait bien un moment où elle devrait encore faire appel à ses services.


-Si je veux m’entrainer de nouveau, comment je pourrai vous retrouver ? A moins qu’il faille encore se faire poursuivre par un marchand sous un soleil de plomb pour que vous apparaissiez?


Un silence s’installa, que la sirène combla de nouveau.

-Et comment vous appelez-vous ?

En y réfléchissant, la demoiselle se surprit à penser qu’elle devrait être reconnaissante. Après tout, alors qu’elle n’avait rien à lui donner et avait adopté un comportement des plus odieux, l’assassin avait tout de même accepté de l’aider à s’entrainer. Une chance, en soi. Pourtant Calypso ne le remercierait pas. Pas pour l’instant. Pour quelle raison ? Par simple fierté, et parce que Calypso n’appréciait pas assez cet individu pour se comporter cordialement. Plus tard, elle comprendrait que cela témoignait plus de la puérilité que d’une quelconque logique sociale. Pour l’heure, elle estimait que se faire martyriser par un homme aussi détestable n’était pas un privilège.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristopher Moreau

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 23/04/2015

MessageSujet: Re: Rencontre au marché PV: Calypso   Sam 25 Fév - 22:59

Caché par la noirceur locale, elle ne put voir le froncement de sourcil de Kristopher quand elle répliqua de manière assez sèche a la remarque de l'assassin. Certes, Kristopher était habitué au mépris habituel que l'on avait envers les gens qui pratiquaient sa profession et surtout au fait qu'il était sans émotion en apparence, mais il n'aimait guère la provocation. Le brun n'était peut-être pas aussi expressif que la normal mais ce n'était pas forcément un mort sur patte non plus. Les rares fois où il pouvait sourire, c'était en compagnie de ses protégées qui réussissaient parfois par on ne sait quel miracle à le faire sourire. Parfois même à le faire rire. En tant que père et protecteur, il veillait sur elle constamment. Elles avaient appris a le connaitre tout comme lui avait appris a les connaitre.

Là ou elles étaient habituées à son impassibilité, il mettait clairement mal à l'aise et dégoûtait même la jeune femme devant lui. Elle se permettait même de se montrer dédaigneuse. Mais au moins, elle montrait de l'intérêt a vouloir s'entraîner de nouveau, s'enquérant du moyen pour recontacter le brun. Kristopher sortit d'une poche une pièce en argent qu'il lança vers la jeune femme, auquel était marqué une tête-de-loup rugissante.

-Va dans une auberge des bas-quartiers et en aucun cas, ne perds pas cette pièce. Garde-la bien en main. Si quelqu'un essaie de te faire du mal, montre la leur et ils te laisseront tranquille. Quand tu verras un quelconque aubergiste, montre-lui la pièce et ils sauront quoi faire.

Puis, il répondit à sa question.

-Kristopher. Kristopher Moreau.

Sur ces mots, sans lui jeter un regard de plus, Kristopher tourna les talons et s'en alla, disparaissant dans les ténèbres de la nuit...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre au marché PV: Calypso   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre au marché PV: Calypso
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Calypso.
» Calypso Acuos ; Maitre Jedi
» Allons au marché ♪ [PV: S'hira et Anna]
» So many thing to tell you ★ Calypso & Mathis
» TOR mets sur le marché :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité d'Héllenos :: La Cité :: L'Agora-
Sauter vers: