AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Passage aux thermes (Alexander Théo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexander Théo

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 07/04/2011

MessageSujet: Passage aux thermes (Alexander Théo)   Lun 18 Avr - 21:45

Son cœur vibrait très fort au son apaisant de l'eau. Cette réalité aquatique qu'il pouvait appréhender à quelques mètres de lui paraissait bien fade en comparaison des cours d'eau et des lacs qu'on pouvait voir en dehors ; mais l'eau qui coulait dans les thermes d'Héllenos avait ceci de plus vivant qu'elle traversait une cité unique en son genre. La simple proximité des dieux pouvait donner l'impression à Alexander que le monde était plus beau, plus intense, comme s'il s'agissait d'un monde supérieur à celui des hommes tout en étant distinct du monde divin. C'était un rêve qui franchissait la barrière de l'irréalité pour se plonger dans le concret et qui rendait Alexander presque incrédule. Il avait l'impression de franchir l'abîme qui séparait son quotidien d'un univers inconnu et merveilleux. L'attraction était intense, mais Alexander ne pouvait pas s'empêcher d'éprouver une crainte révérencielle. Pauvre fou.

Il fut alors boulsculé par un individu un peu plus brute que lui. Se servant de sa masse musculaire importante pour se frayer un chemin jusqu'au bassin, il n'avait que faire d'un jeune homme s'extasiant sur de l'eau somme toute banale. Cet homme-là, plus âgé, avait acquis un sens de la réalité qui était encore inconnu d'Alexander. Il se plongea dans l'eau sans délicatesse et sans faire grand cas des autres visiteurs autour de lui. Alexander reprit brusquement esprit. Il savait pertinemment que tous les hommes n'étaient pas aussi croyants que lui. Cette évidence l'aidait parfois à revenir à la réalité lorsqu'il était perdu dans une douce prière. Le monde était fait ainsi, et il n'appartenait qu'à lui d'en faire à son tour partie, de prendre place dans le rouage infernal de la vie, mais dans une position nettement supérieure à celle qu'il avait reçue à sa naissance. La liberté avait un prix faramineux, mais elle méritait d'être connue.

Le rythme de ses pensées se ralentit. Pourquoi fallait-il toujours qu'il s'affole dès qu'on l'arrachait à sa torpeur ? Il se sentait pour un peu différent des autres, alors qu'il n'avait qu'une ferveur religieuse enracinée en lui. Cela était donc absurde. Peut-être était-ce la nature intrinsèque de l'Homme que de se sentir à l'écart ? Mais l'heure n'était pas au questionnement. Il se dirigea à son tour vers les bassins.

Il aurait volontiers suivi l'ordre classique d'immersion dans les bassins, mais il fallait se rendre à l'évidence : il y avait bien trop de monde pour qu'il reste de la place partout. L'attitude de l'individu brute était alors totalement compréhensible. Il semblait que seule la force aurait permi de trouver place dans cette foule dense. Apparemment, l'heure était mal choisie pour se rendre aux thermes. Le bassin d'eau tiède était le plus assailli. Quitte à ne pas pouvoir effectuer de rituel, autant en effet se faire plaisir. Le bassin d'eau chaude était moins rempli, mais y entrer n'était guère plus aisé. Restait alors le bassin d'eau froide qui, pour une raison mystérieuse, attirait moins les visiteurs. Sans doute les grelottements et les claquements de dents de certains hommes qui s'y trouvaient étaient décourageants. Pour Alexander, l'eau froide n'était pas un obstacle : il s'y était lavé durant toute son enfance, alors que l'eau chaude était réservée au maître. À la réflexion, ce dernier avait un côté épicurien.

Personne ne lui prêta grande attention quand il se glissa dans l'eau. Le terme est pour trop faible pour exprimer cette incroyable sensation de l'eau sur le corps d'un jeune homme. Elle ressemblait à une femme douce voulant attirer par ses charmes un homme, tout en conservant un rapport de cruauté sous-jacent. Elle l'attrapait et se faufilait dans ses pores, elle mettait en valeur le corps qui s'immergeait. Alexander grimaça lorsqu'il entra en contact avec l'eau froide, mais il s'y plongea d'un coup, comme pour se prouver à lui-même qu'il était un homme digne de ce nom.

Il ne pouvait pas nager, mais il avait assez de place pour se mettre à l'aise. La sensation était légèrement désagréable, mais il s'en accomodait très bien. Il se sentit sortir de la réalité pour replonger dans ses rêves divins. Son corps en harmonie avec l'eau, il écoutait son corps battre, sa poitrine se soulever avec difficulté, la résistance de l'eau sur sa peau. Pour un peu, il aurait presque pu se croire seul en pleine nature. Cette légèreté inouie le ravissait. S'il pouvait ne jamais quitter cet état, l'éternité s'annoncerait heureuse. Pourtant, la fin approcha, et avec elle la nécessité de sortir du bassin. Il trouva l'air intensément chaud lorsqu'il quitta l'eau, ayant oublié que celle-ci était froide. L'heure de partir approchait. Il prit le temps de se faire sécher, rêvassant à quelque projet sans grande importance, puis il s'éloigna des bassins pour se replonger dans les vestiaires. Quelques minutes plus tard, il était prêt à sortir. Il était ravigoré.

_________________
albino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Passage aux thermes (Alexander Théo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» APRES LE PASSAGE D'ANDRE APAID
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Passage du 3eme au 4eme Age
» anecdote sur le passage de Napoléon à Buigny-St-Maclou (80)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité d'Héllenos :: La Cité :: Les Thermes-
Sauter vers: